jeudi 14 juin 2018

un bout de feuillage dansant dans le vent...

Imaginez la bénie des dieux que je suis...
Plusieurs contrôles m'attendent régulièrement à l'hôpital: un contrôle pour la maladie de Horton, un autre pour contrôler l'état de mon œil valide, l'autre ayant été définitivement rayé de la carte par sa majesté Horton le vilain! Et enfin un contrôle pour vérifier l'état de mon coeur, puisque je me suis payé un infarctus il y a deux ans!

Aujourd'hui, j'y suis allée pour une scintigraphie... voilà l'examen que je déteste le plus!
Quoi! on m'enferme dans un tunnel avec une machine qui fait et refait le tour de mon corps livré là sans défense? Pendant une bonne vingtaine de minutes, serrée dans ce truc, sans pouvoir bouger le petit doigt? Je souffre un peu de claustrophobie voyez vous et donc...
Et comme par hasard c'est à ce moment que j'éprouve le besoin de me gratter par ci par là, chatouillements incoercibles, horreur!

Bon, je respire calmement, demandant à l'endroit qui chatouille de se calmer, par pitiéééééééééé, que c'est vraiment pas le moment de se faire remarquer
Parfois ça marche, mais parfois pas, pas de tout!

En plus savoir que pour un jour ou deux, coule en moi une substance radioactive qui colore les veines qui arrivent au coeur... je sais pas vous, mais moi j'aime pas!

Et demain, rebelote faut recommencer l'examen après avoir mangé un morceau de chocolat bien gras (bon je sais pas trop pourquoi, faut que je consulte Google)

Ce matin dans la salle d'attente, j'ai regardé attentivement autour de moi: les gens (tiens surtout des hommes....les hommes ont plus que les femmes des problèmes cardiaques?) les soignants qui viennent imperturbablement chercher les patients, tout un monde interdépendant.

Soudain mon regard a été attiré par l'extérieur: il y avait le béton des bâtiments, et par un tout tout petit coin un arbre, oh! miracle!
Cet arbre dont je ne pouvais apercevoir que quelques branches seulement, se balançait docilement , bercé par le vent, un vent très calme, très doux
Au plus dense de ma prison de béton, dure et comme sans espoir, il y avait là quelque chose d'infiniment tendre

Mon coeur s'est calmé, et je suis allée paisiblement me livrer à mon examen
Il a suffi d'un bout de feuillage caressant des murs de béton...





18 commentaires:

  1. La nature est merveilleuse. Elle apaise et soigne...
    Et tu nous en donnes une jolie et poétique preuve.;-)
    Bon courage pour tes examens, Coum.
    Je t'embrasse
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il est impératif pour moi de pouvoir garder contact avec un min de nature: impression alors que rien n'est perdu!
      merci Célestine!

      Supprimer
  2. je comprends que la vue de l'arbre ait cet effet, je suis aussi une Idéfix :-)
    Bon courage, Coumarine, on pense beaucoup à toi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je pense que nous sommes quelques uns à chercher le contact avec les arbres et leur verdure. Les arbres nous permettent de rester avec le vivant
      Merci Adrienne

      Supprimer
  3. J'ai passe cet examen de scintigraphie en automne dernier .
    Allongée sur la table d'examen j'avais vie sur un feuillage d'un vert magnifique sur fond de ciel bleu.... joli décor artificiel du plafond de la salle... un architecte, une équipe qui connaît le pouvoir apaisant de la nature ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est en effet un beau décor, mais il ne bouge pas,...
      OK c'est mieux que rien...

      Supprimer
  4. La branche abandonnée à la douce brise et coumarine qui se laisse bercer par le spectacle... les deux font un tableau pour qui a les yeux pour voir ! kéa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'étais affamée de regarder ce spectacle, comme une nourriture indispensable qui m'était offerte...
      merci chère kéa

      Supprimer
  5. Tu vois !
    Tu repères ce qu'il y a d'intéressant et de vivant dans un monde désolant de "grisitude" !

    "les hommes ont plus que les femmes des problèmes cardiaques?"
    Ben oui, tu n'as pas idée du nombre de râteaux qu'on peut ramasser dans une vie !
    a nous a rendus fragiles du palpitant, à force de le malmener !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bon d'accord, le Gout, les hommes ramassent des râteaux...
      et les femmes pas tu crois??
      ;-)

      Supprimer
  6. Ma belle fille passe beaucoup d'examen pour sa maladie "inconnue", je pense qu'elle pense à ses filles.
    Tu as trouvé ton truc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui heure-bleue, ta belle fille passe des mois (des années?) bien difficiles...
      Et se sentir impuissants pour ceux qu'on aime, c'est terrible!

      Supprimer
  7. La nature peut nous apaiser. J'ai subi plusieurs scintigraphie et ce n'est guère agréable mais pas douloureux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hier je suis parvenue à me mettre en état d’auto-hypnose et l'examen s'est déroulé incroyablement vite, hors du temps
      C'est une expérience assez incroyable!

      Supprimer
  8. Une étude scientifique (ne me demande pas le protocole je l'ignore…) aurait démontré qu'un patient qui voit un arbre de sa chambre d'hôpital guérit plus vite que celui qui voit un mur d'usine ou un truc du genre…

    Lorsqu'il y a quelques années j'ai passé six mois en centre de rééducation (de revalidation comme on dit chez vous...), je voyais un bel arbre de ma chambre. Il accompagnait mes jours.
    Un beau matin on vint recouvrir ma vitre d'une feuille de plastique qui l'opacifiait. je ne voyais plus mon arbre. Paraît que c'était obligatoire pour obtenir la norme extra super d'un établissement hospitalier haut-de-gamme !
    Une preuve de plus qu'il y a vraiment des cons qui établissent les réglementations. Mais ça, on le sait tous et on en a l'exemple tout le temps ! Comme chantait Brassens : « quand on est con, on est con »
    Moi, tu me connais, particulièrement docile, j'ai essayé d'arracher le truc de plastique, je n'y suis parvenu qu'à moitié. j'avais oublié que le con ça adhère !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je t'ai raconté que quand je fus hospitalisée pour la maladie de Horton, j'eus le bonheur de me trouver devant la fenêtre qui s'ouvrait sur des arbres, et dès que j'ai pu, je me redressais pour regarder ces "vivants", je les respirait, ils m'ont aidée à tenir le coup
      Ca ne m'étonne pas que tu te sois rebellé contre cette réglementation ridicule et que tu aies le max pour arracher ce truc en plastique!
      ;-)

      Supprimer
  9. Une blogueuse que j'aime bien lire pose la question "comment regardez-vous les arbres?" Ta réponse me semble tout à fait idoine. Enfin, une réponse qui est vraie... C'est laborieux, ces examens, surtout qu'ils se font en deux fois. Injection et examen. Donc, un arbre n'est vraiment pas de trop.

    Je crois qu'il faut essayer de bien respirer et de méditer - cela correspond sans doute à ce que tu appelles état d'auto-hypnose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hello Pivoine

      les arbres, je les regarde avec avidité, je les savoure, je peux rester longtemps à en contemple un, surtout q'il s'agite
      Respirer et méditer, deux maîtres mots en effet!

      Supprimer

un petit mot à dire?

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails