jeudi 5 septembre 2019

Je suis allée à la recherche de vieux textes écrits il y a une dizaine d'années
J'ai été frappée puis touchée par mes vieux mots
C'est moi, et ce n'est plus moi, surtout les textes écrits avant aout 2011 qui est une date charnière pour moi

Attendu que
1. mes ressources physiques (vue et fatigue) sont désormais plus restreintes, je ne peux plus lire ni écrire plus de 30' d'affilée
2. Je suis prioritairement occupée et préoccupée à la fois par la diffusion de mon dernier livre

je fais le choix de garder ce blog en pause longue, voire très longue, sans  savoir si je reviendrai ;-(

Ce choix je ne le fais pas de gaieté de coeur, mais voilà, c'est comme ça! Comme dit quelqu'un: "je me rends au réel" et je vois ce qui me reste comme options constructives pour les mois à venir

Merci à tous, pour votre présence et pour certains votre amitié



jeudi 15 août 2019

Au milieu de la rivière verte

Quelqu'un au milieu de la rivière verte
Quelqu’un qui patauge.
Qui cherche le chemin, à droite, peut-être à gauche.
Qui trébuche. Qui tombe…
Elle est tombée. 
Immergée, envahie.
Rongée par la vase.
Son ventre gronde
Au secours. Pas de respiration. C’est la fin.

C’est juste quelqu’un au milieu de la rivière verte
Qui a perdu les couleurs de sa vie
Qui cherche et patauge obstinément
Qui cherche son arc-en-ciel
Nue dans la vase, ça fait quoi ?
Jeune et vieille à la fois, dans l’eau qui rumine, ça fait quoi ?
C'est juste quelqu’un au milieu d’une rivière verte. Pas rouge.
Il n’y a pas de sang dans cette histoire
Juste de la vase, ou de la boue...
C’est peut-être pire
Ankylosée, paralysée, les jambes figées, raidies déjà

Elle n’a plus de voix pour crier des notes de soleil, do ré mi fa sol
Aplatie dans l’eau verte elle hoquette
Juste la présence en elle, forte, insaisissable pour tout dire
Qui frappe et cogne ses espoirs par delà

Une femme qui se questionne ne reste pas immobile
Elle se débat, elle crie
Elle travaille à sa naissance


photo du net

lundi 12 août 2019

On saura qui tu es vraiment!

Voilà! Je romps un moment mon silence pour écrire sur la consigne que propose Le Gout! Merci à lui!





- Ouvre la bouche je dis! Plus grand!!
Il faut prendre tes empreintes dentaires,  alors on saura qui tu es vraiment! Tu ne pourras plus te cacher dans cette classe avec d'autres enfants: il y a le mensonge dans ta bouche grande ouverte,
- Mais je suis un enfant comme les autres, derrière mon pupitre d'écolier, avec mon tablier bien propre, lavé et repassé hier soir par ma maman... d'ailleurs demandez à monsieur Doisneau, il connait mon secret, si secret il y a... tout est correct dans le fond de mon pantalon! Je le jure!
- Ben non! je sais bien qui tu es, je l'ai vu tout au fond de ta bouche. Quand ta dent va tomber, ce sera la fin de l'histoire. Ce sera terminé pour toi. Pour toi et tes parents d'ailleurs.
- Mais... on est en 1956 la guerre est finie depuis longtemps, on n'emmène plus les enfants dans des camps de "bonnes vacances" avec des grillades en veux-tu en voilà et des feux de camps, que tout le monde sent les odeurs de très loin!

Et la maîtresse, qu'est-ce qu'elle fabrique? Elle voit pas que ça va dégénérer? Il y aura des cris et des pleurs, et même des grincements de dents. C'est alors qu'elle va pas rigoler... personne va plus rigoler moi je dis: c'est comme ça que ça commence, les émeutes, les vraies émeutes qui conduisent aux vraies guerres...

Hé monsieur Doisneau! comment avez-vous fait pour entrer dans cette classe incognito?


samedi 20 juillet 2019

Une pause plus ou moins longue, on verra!

Un petit tour et puis s'en va!
Je me rassure, pas pour toujours.... mais comment savoir?
Je ne suis pas au mieux de ma forme, je lis difficilement, hélas... et j'écris tout aussi difficilement,  dommage...
Pour moi avant tout, qui aime ça (lire et écrire...-
Je vous lis au compte gouttes, sans souvent mettre de commentaire, trop fatiguant, (je ne sais pas si vous pouvez comprendre ça)!
Je suis là, sans y être, en tout cas sans que vous le sachiez...
Et je vous vois disparaître petit à petit de mes commentaires, et non! ce n'est pas agréable!

Donc voilà! je m'éloigne un moment, sans savoir si je reviendrai, en tout cas ici...
Bonnes vacances à vous tous et toutes, à bientôt... ou pas

la peinture est de Léon Spilliaert

vendredi 12 juillet 2019

les photos qui sourient


Les photos sourient toujours. Enfin... la plupart du temps !
Même si on sait très bien que les personnes là sur la photo, n’étaient pas heureuses, que le drame était passé tel un train déraillant leur quotidien, qu’il avait coincé leur vie pour toujours dans des douleurs féroces... les photos sourient toujours... enfin la plupart du temps !

Maintenant, si tu es perspicace, tu vois.
Tu vois que, à côté des sourires de bonheur simple, il y a des sourires de malheur aggloméré. Tu vois très bien qu’à côté des sourires vrais de vrais, il y a des sourires faux de faux, mais très bien déguisés ma foi, les sourires faux de faux sont souvent des sourires courageux...
Si tu es perspicace, tu vois qu’il y a de la pluie dans ces yeux qui sourient, que les mains démentent ce qu'affirme le visage, les mains sont bavardes, on ne pense pas assez à les regarder.
Pourquoi sur les photos, se sent-on toujours obligé de sourire. Peut-être qui sait, est-ce pour croire ou faire croire l'espace d'une respiration, que la vie vaut quand même la peine d'être vécue...

dimanche 7 juillet 2019

Tant de soupes à la langue de bois



Tant de décisions imbéciles
tant d'articles mensongers
tant de silences lâches
tant de jours sans soleil
et de nuits sans sommeil

tant de mayonnaise sur les frites
et de soupes à la langue de bois

et ouf...
soudain une étoile
toute petite toute maigrelette
une qui ne croit pas vraiment
qu'elle est une étoile

C'est toujours comme ça!
il faut tourner sa vie
pour la déchiffrer en hésitant
travail sérieux que l'on peut faire
en souriant
envers, endroit

parfois c'est bien mieux l'envers


jeudi 4 juillet 2019

Vivre sans pourquoi

Tous les matins je suis (du verbe suivre) un atelier à l'UDA (Université des Aînés), sur le personnage haut en couleurs Alexandre Jollien. Il est l'auteur de plusieurs livres, la plupart passionnants, cela fait quelques années que je le lis, sans jamais m'en lasser. (j'attends que ses livres paraissent en "poche"
Le livre dans lequel je me retrouve pas mal est "Vivre sans pourquoi" (désormais en poche Points)

C'est un livre profond et vrai, qui touche l'essentiel de l'âme humaine. Comme il est fait de courts passages, on peut en lire l'une ou l'autre page par ci par là et s'en nourrir
Souvent je lis et j'écris pour moi ce que les mots évoquent en moi

Vivre sans pourquoi, c'est entre autres, ne plus s'inquiéter de "l'après"
C'est ce que je vis maintenant que mon témoignage "Horton" est paru: je fais ce qu'il faut pour le faire connaître, mais je ne veux pas m'en inquiéter, plus que nécessaire. Il fera son chemin, touchera les personnes qu'il doit toucher et tout se passera bien, je suis confiante!


LinkWithin

Related Posts with Thumbnails