mercredi 1 avril 2020

jour 17 : talon pointe

Tous les jours donc je m'oblige à faire des aller-retours sur ma terrasse. Il faut que ma jambe malade reste en ordre de marche (c'est le cas de le dire!)

Un passage du livre de Philippe Lançon (voir jour 4) m'accompagne sans cesse, le voici:

"... il faut recommencer à marcher presque aussitôt, mais il ne faut pas le faire n'importe comment. C'est talon pointe, talon pointe, lentement et le dos droit, sans éviter la souffrance que le mouvement provoque, puisque l'éviter c'est se condamner à boiter. {...}
Les longueurs étaient devenues douloureuses mais il fallait accueillir la douleur comme un allié m'indiquant le chemin à suivre."

Quand je marche, je me répète ces mots sans cesse, comme une chanson  sans fin: talon pointe, talon pointe, pour m'obliger à dérouler le pied. Si je suis distraite un moment, si je suspends mon effort, je me surprends à trainer le pied, avec son bruit caractéristique de pantoufle qui racle sur le sol!

Conscientiser ce que je fais à chaque déroulé de pied, c'est un réel effort: je considère que c'est là ma kiné personnelle

mardi 31 mars 2020

jour 16 : une petite lecture!

"Excusez-moi, dit un poisson de l'océan à un autre, vous êtes plus vieux que moi et plus expérimenté, et pouvez probablement m'aider. Dites-moi: où est-ce que je peux trouver ce qu'on appelle l'océan? J'ai cherché partout et n'ai rien trouvé."
"L'océan? dit le vieux poisson: tu nages dedans!"
"Ca? Mais ce n'est rien que de l'eau. Ce que je cherche, c'est l'océan" répondit le jeune poisson fort déçu, qui d'un coup de nageoire se remit en toute pour chercher ailleurs.

Anthony de Mello, Comme un chant d'oiseau

= de l'aveuglement de celui/celle qui cherche à l'extérieur ce qu'il a en lui


lundi 30 mars 2020

jour 15

Vous le savez (ou pas!), j'habite à un jet de pierre des Cliniques Universitaires Saint Luc à Bruxelles. et je peux vous dire qu'il s'en passe des choses là-bas! je le sais par ma fille infirmière qui se trouve au coeur de tout ça!
Il y a du douloureux, du très douloureux, des souffrances, de la mort et puis soudain un éclat de rire: NON la vie n'est pas terminée tant qu'elle s'éclate dans un rire ou un sourire affectueux
Faut juste tenir bon, ne pas perdre courage

J'ai vu par ci par là des gens (et même des blogueurs/euses) qui disent, qui affirment comme s'ils étaient dans le secret des dieux, que après la crise, tout redeviendra comme avant, et peut-être même pire et que le néolibéralisme et la mondialisation reprendront leurs droits

Croyez-vous que cela serve à tous ces gens qui se battent au quotidien pour sauver des vies?
NON bien sûr! Alors...Taisez-vous!
C'est rare que je me mette en colère, mais cette fois je le suis!
Et ne me faites pas dire ce que je ne dis pas: je ne crois pas à une vie où tout sera rose! mais à une vie et à un monde plus responsable, plus adulte et plus humain

dimanche 29 mars 2020

Jour 14

Aujourd'hui est un jour un peu particulier et j'ai passé beaucoup de temps au tél...
Les coups de tél j'aime les recevoir, surtout quand il s'agit de mes enfants et des gens que j'aime!
 Donc pas trop eu le temps d'écrire..
.
Alors juste ceci d'un livre que j'ai trouvé très intéressent quand je l'ai eu et lu:
Le Royaume de Emmanuel Carrère, P.O.L p.141
"Est-ce cela, perdre la foi? N'avoir même plus envie de prier pour la garder? "

Je pourrais et j'aimerais en citer davantage, mais plus l'énergie...  c'est très fatigant d'écouter à longueur de journée des personnes aimées  qui m'ont tél pour me souhaiter un bon anniversaire
photo du Net

Mais c'est une énorme chance de réaliser qu'on est aimée comme ça!
merci mes enfants et mes amis chers!


samedi 28 mars 2020

Jour 13

Bon, quel jour on est exactement?
Vendredi? Samedi? dimanche?
Le temps est rythmé en général par un agenda parfois bien rempli et à présent, RIEN!
Les pages restent blanches... les choses qui étaient prévues ont été toutes supprimées...

Qu'est-ce qui différencie un jour d'un autre? question existentielle, vous avez 3 heures pour répondre 

Pour moi, je m'oblige à faire deux choses, tous les jours:
1. tenir mon journal de confinement
2. faire mes allers/retours sur ma terrasse ce qui me fait des marches quotidiennes d'environ 2km (si si, c'est mon smartphone qui me le dit!)

Mais demain et les jours suivants il fera moins beau, vent et même pluie
Il faudra que je trouve une solution de remplacement

Ah oui! j'ai reçu d'une amie un vélo d'appartement qu'elle avait en double, faudra bien que je l'utilise!

Mais pour continuer mon journal de confinement, pas de problème, je continuerai, coûte que coûte!
Parce que je le veux... et quand on veut on peut: discipline librement consentie, qui fait beaucoup de bien quand ce qu'on voulait faire, est fait!

Prenez soin de vous!

vendredi 27 mars 2020

Jour 12 retour précipité en Belgique

Aujourd'hui est un jour spécial ou la joie s'entremêle à la peine

Ma petite-fille L. est rentrée en catastrophe du Canada anglais (Edmonton, tu vois kéa?) où elle passait une année à l'école là-bas. Depuis 15 jours déjà elle vivait en confinement et là la décision est tombée, le Canada renvoie chez eux tous les ressortissants étrangers

C'est une décision particulièrement brutale pour L. En hâte elle a dû rassembler ses affaires, prendre congé (à peine!) de sa famille d'accueil avec laquelle elle s'entendait super bien!
Elle n'a revu aucune de ses amies canadiennes, confinement oblige, elle a dû abandonner tous ses projets (elle montait une chorégraphie de danse avec ses copines pour la fin de l'année scolaire)

Puis avion (cette nuit) et retour en Belgique sans l'accueil chaleureux de toute sa famille
Même pas un gros bisou de sa maman, infirmière qui travaille dans l'unité des soins intensifs de la clinique proche! Ils adoptent le coeur gros la distance sociale prudente et nécessaire. Bien sûr, moi non plus je ne peux la voir et la serrer dans mes bras! mais j'ai pu entendre sa bonne voix au téléphone. Elle me dit qu'elle vit un vrai déracinement!

Ma L. est une fille formidable, je communiquais encore mardi par WhatsApp et maintenant elle est là si proche et si loin de nous...


jeudi 26 mars 2020

Jour 11

- Ce qui me pèse, c'est que je dois renoncer à mes séances de kiné. J'espérais tant qu'elles me procurent le soulagement de mes douleurs de sciatique. Il faudra trouver en moi-même la force (les trucs?) pour m'en sortir, pour adoucir tout ça. Mais je ne veux prendre aucun antidouleur: sans doute ai-je tort mais je prends suffisamment de médicaments pour Horton, et aussi suite à l'infar que je me suis offert il y a cinq ans! Je suis en état d'immunodépression, prête pour attraper n'importe quel petit virus qui tourne autour de moi. Pourtant je ne vis pas dans cette peur, sauf (un peu) quand mon époux a fait les courses: peur qu'il ne ramène à la maison un petit qq chose que je ne lui ai pas demandé ;-)

Je suis aussi tracassée de devoir remettre mon contrôle bimestriel concernant ma vue: cela ne va pas fort de ce côté mais rien à faire que patienter!

Sinon le printemps suit son cours: c'est étonnant le contraste entre la beauté de cette saison et le chaos dans les hôpitaux: est-ce réellement le même monde?
Je suis avide de me nourrir de photos de beauté printanière, comme celles que Pastelle par exemple nous offre dans son blog: Lumières de l'ombre. merci Pastelle!

Je suis bien consciente de la chance que j'ai: un époux attentionné, une maison assez grande dans laquelle chacun de nous deux peut se confiner dans une certaine solitude, un jardin pour respirer le soleil, des livres (ça j'en parlerai demain) des amis virtuels avec lesquels on peut échanger, et j'oublie sans doute pas mal de choses

Quoiqu'il en soit, prenez soin de vous ;-)

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails