mercredi 6 octobre 2021

jour 0

 Demain, je serai hospitalisée dans le meilleur centre de revalidation de Bruxelles. J'y resterai le temps qu'il faudra, mais au moins deux semaines

Je suis soulagée et inquiète à la fois

Soulagée car je le souhaitais, je ne tiens plus sur mes jambes et les chutes font bobo!

Inquiète, bien sûr: tout ce temps loin de mon chez moi. J'ai fait mes bagages, j'espère n'avoir rien oublié!!!

J'ai décidé d'écrire régulièrement une sorte de journal de bord. cela me fera du bien d'être suivie par votre amitié; j'en ai besoin!

Merci déjà à ceux qui me liront

Je vous embrasse de tout mon coeur

Coum







samedi 2 octobre 2021

Un bocal trop étroit

 J'aurais aimé vieillir

tranquillement, doucement

calmement, paisiblement 

passant d'une année à l'autre

en profitant à fond de chaque moment.

Mais c'est raté, complètement raté!

Le temps de ma vieillesse est 

tumultueuse, douloureuse…

Elle s'agite comme un diable

dans un bocal très étroit.






dimanche 26 septembre 2021

 Ce matin, très tôt, un oiseau

un oiseau soliste s'obstinait à croire 

que le jour finirait par se lever...

J'ai espéré, de toutes mes forces

qu'il aurait raison


J'ai pris la décision de mettre mon blog en pause: pour l'instant je n'ai plus trop le courage de continuer. D'ailleurs, vous l'aurez remarqué, je n'écris plus beaucoup et au moins, ce sera clair!

Au revoir, à tous et à chacun 

dimanche 19 septembre 2021

Julos...

 Oui, il est décédé !

Je me souviens...

Il y a vingt ans environ, nous allons à l'aéroport accueillir notre fille

L'avion est légèrement en retard: nous attendons avec patience

Un peu plus loin je remarque un homme que je reconnais aussitôt: c'est Julos Beaucarne/ Il est seul, il attend aussi

Je le (re)connais, lui ne me connait pas. Oserais-je m'avancer vers lui?

Oui! j'ose.

Je le salue avec chaleur: il me regarde et... le courant passe aussitôt

On papote de tout et de rien , on passe le temps agréablement! 

Puis des confidences s'échangent: j'ose lui parler du drame qui a déchiré sa vie, il n'est pas choqué par mon audace, il m'écoute, attentif: une larme dans ses yeux...

Merci Julos pour ce moment vrai que nous avons passé ensemble: je n'oublierai jamais ta simplicité. MERCI

 


samedi 4 septembre 2021

C'est comme ça!

 Merci à ceux qui sont venus jusqu'ici...j'avais besoin de votre chaleur

Passons maintenant à Charles Pépin

J'avais déjà lu de lui  "La beauté nous sauve" que j'avais bcp apprécié!

Ce livre "Les Vertus de l'échec" m'a touché au point que dans mes moments de détresse, je viens le prendre et y chercher de quoi me nourrir 

Et donc à la page 81, voici ce que je lis: 

Ch. Pépin parle ici de Ray Charles:

Ray Charles a perdu la vue à sept ans et sa mère à quinze. Auparavant il avait assisté à la mort par noyade de son jeune frère. J'avais le choix, dit il: m'installer au coin d'une rue avec une canne blanche et une sébile ou tout faire pour devenir musicien.(... ) Ray Charles n'a pas gâché ses forces en se plaignant de son sort. (...) Il a su accepter la différence entre ce qui ne dépendait pas de lui et ce qui dépendait de lui .  Ray Charles fut capable de ce grand  "c'est comme ça", le grand oui à la vie... Face à un échec, comme face à une épreuve, la question n'est pas de savoir si c'est juste ou injuste, mais si nous pouvons nous appuyer dessus pour construire autre chose

L'échec quand il est là, ne dépend plus de nous. Seul dépend de nous la manière de le vivre. Nous pouvons pleurer sur notre sort "injuste" , ou voir l'échec comme une invitation à rencontrer le réel. Et nous avons ce choix!

Hier je me suis plainte, et quand j'ai lu cette invitation, je me suis reprise (mais c'est tout juste!)                                                                                                                        

vendredi 3 septembre 2021

 Mesdames et Messieurs (du moins les quelques dames et sieurs qui visitent encore ce blog)

Je vous le dis tout net: je ne vais pas bien, tant moralement que physiquement! je ne tiens plus que mes jambes et donc je tombe

et donc je me fais mal, et donc ce n'est pas agréable du tout! En plus, je ne peux pas me relever!

Quant à mon seul œil... parlons en de celui-là: il se met à démissionner de son travail d'œil

Bref, je les collectionne et ça m'énerveeeeeee!

Ma psy à qui je racontais mes malheurs (!), m'a dit qu'elle comprenait que je sois au "bout du rouleau". Elle me dit que je ... bref que mes problèmes sont nombreux et bien douloureux

Hé bien je vais vous dire: qu'elle reconnaisse mes malheurs, m'a fait du bien... c'est une nouvelle psy habituée à accompagner les seniors en souffrance

OUF

et maintenant qu'est ce que je fais de cela?

C'est alors que je prends le livre de Charles Pépin: "Les vertus de l'échec" 

et p.81 je tombe Sur ces mots qui me parlent énormément:

(bon je fatigue là, j'écrirai ces mots plus tard )





vendredi 13 août 2021

La vie est difficile

 Hier j'étais encore l'invitée du vent, de la mer et du soleil, une invitée consentante -ô combien!- et gourmande!

J'ai marché longuement face au vent, dos au vent, puis face au vent à nouveau. C'était infiniment bon. Chaque fois, je me sentais revivre.

J'ai prêté l'oreille au craquement des coquillages nus sous mes pas, ceux que la mer abandonne et qui sont enfoncés dans le sable mouillé: j'aimais me baisser pour en ramasser un beau et coloré que j'essuyais doucement et enfonçais dans la poche de mon vêtement

Il est là maintenant sur mon bureau et me parle en silence des cris des mouettes qui l'ont accompagné dans son périple marin. C'est un chant magnifique qui me tire des larmes quand je prends la peine de l'écouter

Aujourd'hui je marche encore, mais à peine, mes jambes ont décidé que marcher ce n'était plus pour moi, ou alors quelques pas pénibles, penchée sur ma canne

Me guette la tentation de la peur, du repli sur moi, du regard en peu envieux vers les autres...

Il me faut continuer à croire dans la beauté fondamentale de la vie. Envers et contre tout!

Picasso


LinkWithin

Related Posts with Thumbnails