mercredi 19 novembre 2014

écrire au présent

J'ai l'impression que je transporte 25 kilos sur mon dos
plus peut-être
C'est lourd 25 kilos quand on est une faible femme... qui voit juste pas comme il faut...
mouais...

comment se fait-il que j'ai à ce point perdu les mots qui en moi, surgissaient autrefois sans même les appeler? Ils étaient là, je n'avais qu'à les cueillir!
que faire pour que "cela" revienne?
parce que je sais bien que écrire fait partie de ma vie, C'EST ma vie, et que si j'arrête ça, je suis foutue!

Le matin, pleine de bonnes intentions, je m'installe derrière mon écran, dans l'intention d'écrire
écrire quoi? je ne sais pas encore, ce qui viendra... comme j'ai toujours fait.
Mais c'était autrefois...
Maintenant,  tranquillement, insensiblement, ma souris se met à voyager de site en site et le temps que je pouvais consacrer à l'écriture ici, s'est écoulé.
Irrémédiablement!
Ce n'est rien me dis-je, ce sera pour demain. Après tout j'ai bien des choses à dire encore. Demain je m'y mettrai dès potron minet et même encore plus tôt si c'est possible, car plus je tarde, plus je perds mes moyens...
D’abord écrire, dire, raconter à la rigueur n'importe quoi, il en sortira toujours quelque chose
Si si je le sais: autrefois je faisais ça... écrire n'importe quoi, et ça devenait des billets intéressants pour lesquels on me remerciait!

Incroyable, et pourtant vrai

J'ai écrit il y a quelques jours une lettre à mon père, je pourrais écrire une lettre à ma mère... 
mais je sais que je ne le ferai pas, voilà c'est comme ça, je ne le ferai pas
Pourquoi? ben... pour ça...
ce n'est pas possible
et puis tout cela est derrière moi à présent: place au présent qu'il me faut affronter

Je pourrais écrire comme certain (je ne vise personne suivez mon regard...) sur mes amours de jeunesse. Sujet super intéressant... sauf que non, je ne pense pas le faire, ou alors pas maintenant: j'attends le miracle: celui de recouvrer une vue claire et complète. Cela arrivera dans très très longtemps...quand je serai morte et enterrée... pas très intéressant donc!

Un seul mot donc: maintenant, maintenant, maintenant, c'est maintenant qu'il me faut vivre!





à l'image du chaos qui circule en moi, cette peinture de Bram Vanvelde, grand ami Charles Juliet...
chaos oui, mais peinture merveilleuse dans laquelle couleurs et formes s'entrelacent

37 commentaires:

  1. Je ne crois pas au miracle mais chercher " une vue" in térieure "claire" c'est possible en écrivant justement.Et je vois avec bonheur que tu t'y remets.
    Donc continue d'écrire ...

    RépondreSupprimer
  2. ah! chère Charlotte...
    mon oeil intérieur "voit" plein de choses...
    il faudrait que j'en parle, c'est une idée ;-))

    RépondreSupprimer
  3. noter tes souvenirs d'enfance pour tes petits-enfants, ou tout ce que tu sais sur ceux qui étaient là avant toi, voilà qui serait un document d'une valeur inestimable pour tes descendants!
    non?
    :-)
    qu'est-ce que je serais heureuse de posséder de tels témoignages!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Adrienne, j'ai déjà commencé en publiant "L"enfant à l'endroit, l'enfant à l'envers" (voir à droite là!)
      Mes enfants bcp aimé, en effet!
      Les petits-enfants n'ont pas encore l'intérêt de le lire... ça viendra en son temps, je crois

      Supprimer
    2. oui je sais ;-) mais il y a sûrement aussi des tas de choses à écrire, à transmettre, sans qu'on veuille les publier et je crois que rien qu'avec ça, il y a de quoi occuper sa plume ;-)

      Supprimer
    3. mais, mais... il semble que j'ai tout (ou à peu près ) gommé de mon enfance.
      Je ne me souviens de pas grand chose
      Le flou intégral!

      Supprimer
  4. Accueillir, ce qui vient et ne vient pas.
    On en fait toujours quelque chose, tu sauras en faire quelque chose !
    Maintenant n'est plus hier. Je crois qu'on évolue avec le temps, comme notre écriture, notre manière d'écrire.
    Je t'embrasse
    Prends soin de toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cloudy, tu dois en savoir quelque chose d’accueillir ce qui vient et ce qui ne vient pas...
      Prends soin de toi aussi, chère Cloudy

      Supprimer
  5. Accueillir de ne plus écrire. Ne pas lutter contre. Et peut être que les mots sous ta plume refleuriront... d'une manière différente.

    Je t'embrasse Coum'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui Suzame, lutter revient à se crisper et dès lors augmente le problème...
      Je t'embrasse aussi!

      Supprimer
  6. Cela ne doit pas être facile, quand ce qui nous semblait évident ne l'est plus, ce qui était simple se dérobe...
    Pour le reste, je suis assez d'accord avec Suzame.

    Bonne continuation, où qu'elle soit et qu'elle passe par l'écriture ou non :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci sel la fidèle
      non je ne peux pas dire que ce soit facile ;-(
      mais chacun a ses difficultés, plus ou moins grosses

      Supprimer
  7. J'aime beaucoup Bram Van Velde, je n'y comprends rien mais ça me touche, il est vrai que j'ai lu le livre de Charles Juliet et que cela me l'a rendu proche...
    Moi aussi je me demande pourquoi les mots viennent si difficilement maintenant...peut-être en effet faut-il accepter cet état pour pouvoir passer à autre chose...Merci de nous avoir dit si simplement ce que tu ressentais

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai découvert Bram Van Velde via Charles Juliet... je n'aime pas tout chez lui, mais ses tableaux les plus lumineux comme celui-ci!

      Supprimer
    2. ah Gazou encore une chose: ce n'est pas évident d'avouer ses faiblesses ou difficultés, les gens n'aiment pas ça!

      Supprimer
  8. Combien je comprend vs angoisses chère coumarine. Je me répète peut-être mais approchant de mes 78 ans moi aussi je panique un peu. La semaine prochaine j'écris "Ma drôle de vie" en prenant cette décision je ne savait pas le travail que cela représentait...Non que les souvenirs s'échappent, non ils sont bien présent. Mais ce sont les mots qui ne viennent plus aisément depuis quelques temps. Gazou le dis bien dans son commentaire "il faut passer a autre chose" et c'est maintenant mon emploi a plein temps. Restons unies dans le fait de vieillir le mieux possible avec nos handicaps . Amicalement Claire de Nice.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah ben oui Claire, c'est un fameux travail d'écrire une autobiographie: il fait vraiment le vouloir et s'y tenir
      Bon courage à vous!

      Supprimer
  9. Souvent, je pense "Tiens, ça, j'en ferais bien un billet" et je combine les choses en pensée, puis, je ne les écris pas.
    Mais c'est comme si c'était fait, n'est-ce pas ?
    Je t'embrasse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ben non, pas tout à fait...
      Nous tes lecteurs nous ne lirons jamais ce qui s'est inscrit dans ta tête... dommage ;-))

      Supprimer
    2. Bah, tu sais combien je suis futile ! :-)

      Supprimer
    3. tu crois vraiment? ou est-ce l'image que tu veux donner de toi?

      Supprimer
  10. Ecrire sur la difficulté d'écrire, c'est écrire. Et c'est aussi intéressant que de raconter une histoire. Peut-être plus. Les mots reviennent, Coumarine, j'ai eu ce trou pendant quatre mois, rappelle-toi, et pourtant j'avais mes deux yeux pour y voir clair. Nous ne sommes pas des machines à jet continu. Laisse-toi faire, attends qu'un mot en pousse un autre, ne fais pas de projet précis, prends ton temps et persuade-toi, surtout, que tu ne dois rien au lecteur, libère-toi de cette pression.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est depuis trois ans maintenant que j'ai des difficultés à écrire, Michèle...cela fait longtemps, et je sais de moins en moins si "cela" reviendra un jour
      Toi en effet, tu es revenue à l'écriture, et de belle façon... super!!

      Supprimer
  11. Tu dis ``comment se fait-il que j'ai à ce point perdu les mots...`` pourtant tu as le mot le plus important - maintenant-
    De rester dans maintenant est chose difficile. Cela demande de la pratique et encore de la pratique de rester connecté à l'intérieur de soi. Rien à faire c'est le seul endroit où se trouve `maintenant``. Et là tout y est, tout est complet. L'acceptation, le lâcher-prise, la paix s'y trouve, tout y est si simple.
    Mais pourquoi donc est-on si attaché à hier et demain... qui eux sèment le doute, le manque, l'insatisfaction et comme tu le dis si bien on porte une charge sur son dos. Je connais cette pesanteur mais dans maintenant elle n'existe pas. Je connais aussi.
    Les mots vont revenir. Entre deux barreaux de l'échelle il y a l'espace vide avant de pouvoir s'appuyer sur le barreau plus haut. L'important est de continuer à grimper sans trop se soucier de l'espace vide.
    Je pense à toi et là mon ordi est ok. Maty

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maty, il est vrai que l'espace vide m'effraie...
      je suis TRES contente que ton ordi soit OK! Tes commentaires me manquaient: tu as toujours le mot juste!

      Supprimer
  12. Je ne vois pas bien quoi ajouter à ce qui a déjà été dit…
    C'est certain que l'écriture est au présent…
    Renouer avec elle suppose Quelque chose qui ressemble à l'amorçage des pompes…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. amorçage des pompes... voilà c'est exactement ça!!

      Supprimer
  13. Ma blog liste ne me signale plus en temps et heure les nouveaux billets des gens que j'aime...désolée d'arriver si tard, comme dit Alain tout a été dit déjà.
    Il est vrai que la vie est une source d'écriture qui me semble pour l'instant inépuisable. Chaque halètement, chaque pas, chaque regard vers le haut me semble digne d'être écrit et développé.
    Je continue a penser que les ateliers d'écriture sont un excellent moteur pour écrire. Et ne jamais se départir d'un petit carnet pour noter les idées sinon après, on se dit: je pensais faire un billet sur...mais sur quoi déjà ? Et on réalise que l'on a oublié.
    Je t'embrasse fort
    ❤️

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mais tu vois cél, j'anime des ateliers qui permettent aux autres de se mettre à une écriture créative...
      Mais moi, pendant les ateliers, je n'écris pas, je les regarde ;-))

      Supprimer
  14. Bien sûr que seul le présent devrait occuper toutes nos pensées mais le passé occupe une telle place que c'est parfois difficile de l'oublier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. voilà c'est ça mab... tu as tout compris ;-)

      Supprimer
  15. Très contente de vous retrouver (même si j'allais "voir"(?), "écouter"(?) sur l'autre site ...).La lettre à votre père ,j'aurais pu l'écrire à l'identique ... Mais c'est toujours après qu' on s'en rend compte .Ne pas regretter car au moment où l'on vit tout cela on ne "pouvait "agir autrement ...Et écrire "sur "rien , une fois , deux fois , trois fois même ...comme disait Devos "trois fois rien c'est déjà quelque chose ..." Et quelque chose ce n'est pas rien , c'est bien connu ! A bientôt peut-être...selon l'envie ! Mimi8

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui d'autres aussi m'ont dit combien la lettre à mon père les avait touchés
      Merci d'être venue...

      Supprimer
  16. Tu es sûre que tu n'as pas voulu titrer "Ecrire au futur" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. euh.. j'aurais pu
      mais je n'ai pas comme toi l'art des jeux de mots!
      bises à toi

      Supprimer
  17. Je la trouve extrêmement équilibrée et harmonieuse, cette peinture. Si c'est un chaos, alors j'aime ce chaos:)
    Merci Coumarine pour ce beau billet

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Almanito d'être venue jusqu'à moi ;-)

      Supprimer

un petit mot à dire?

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails