lundi 4 juin 2012

Reconnaissance... ou vide


Certains matins je me lève et je suis d'emblée dans la reconnaissance absolue
Je suis vivante, la vie est belle, peut-être pas tant dans ses évènements personnels, familiaux, sociaux, mondiaux
Mais elle est belle en soi, intrinsèquement belle, particulièrement dans les relations profondes, aimantes et fidèles que je peux vivre (au delà des leurs difficultés que je ne nie pas, absolument pas),cadeau dont je ne mesure pas toujours la véritable ampleur...

D’autres matins je me réveille d’emblée dans une sensation de vide, de manque
Comme si j'étais en recherche de ce qui devrait me nourrir, et j'ai beau chercher, attendre, m'inquiéter, le vide reste lancinant, rien ne peut le r remplir, je peux juste me distraire de ce vide en vivant ce que j'ai à vivre
Je peux me distraire de cette souffrance existentielle, mais elle réapparaît régulièrement

Curieux la différence de posture, et celle-ci ne dépend pas du temps qu'il fait, ni même de mon moral
C'est beaucoup plus profond, cela se situe dans ma sphère la plus profonde
Si je savais de quoi ça dépendait, je pourrais m'habiller de reconnaissance profonde dès le matin et pour le temps qu'il me reste à vivre, et non pas de  ce manque qui me creuse, qui me ronge, tellement exigent

Quoique qui sait... ce vide existentiel me pousse peut-être à ne pas me contenter du superficiel si facile à trouver à l'extérieur  de moi......

41 commentaires:

  1. Bonjour Coum'.

    Je connais les états que tu décris pour les vivre aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonsoir Suzame
      Nous avons en effet beaucoup de choses en commun ;-))

      Supprimer
  2. Bonjour Coum'.

    Je connais les états que tu décris pour les vivre aussi.

    RépondreSupprimer
  3. Une toute légère touche maniaco-dépressive peut-être, typique souvent de l'adolescence et qui rejoint dans ses moments sombres la phrase de Saint-Exupéry "Vivre, sans doute, c'est autre chose..."
    Voilà, tu es une ado d'âge mûr. Elle est pas belle la vie ?
    Je te fais la bise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. un ado d'âge mûr... héhé
      dis donc c'est la première fois qu'on me dit ça!
      Après tout, tu as sans doute raison ;-))
      Je te fais la bise aussi!

      Supprimer
  4. Ce que tu écris me rappelle une petite réflexion que j'ai faite il y a un certain temps :

    Le sentiment de vide au centre de soi,
    n’avez-vous pas tout essayé
    dans l’espoir de le combler ?

    Rare sont ceux qui ont choisi de l’écouter
    tant est grande la tendance à le mépriser.
    Il ne demande pourtant qu’à être exploré,
    afin de remplir sa fonction
    qui est celle de guider.

    Il est vivant, aimant, comblant.
    Il est la porte secrète
    ouvrant sur l’Infiniment Satisfaisant.

    Kea

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'aime bco ton commentaire Kea
      Il remet le "vide" dont je parle à sa juste place
      pas tellement comme quelque chose de négatif,
      mais comme un appel à être explorer, à guider
      MERCI à toi!

      Supprimer
  5. Je connais aussi ce sentiment de manque de vide... c'est pénible à supporter...
    Pour ma part la musique classique comme par exemple le concerto No.2 pour piano de Rachmaninov ou le concerto pour violon de Brahms me sont d'un grand secours dans ces moments là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui Charlotte la musique classique "lisse" l'âme, la nettoie de ses scories...

      Supprimer
  6. "ce vide existentiel me pousse peut-être à ne pas me contenter du superficiel si facile à trouver à l'extérieur de moi"......

    Pas du tout d'accord avec cette maxime :) le cliché de la souffrance comme étant une profondeur forcément riche en pensées.. donc loin de la superficialité.. :p :p pas d'ac :))

    Après, c'est vrai, j'ai toujours ressenti cette "souffrance latente" en toi, comme quelque chose que tu n'oses t'autoriser en te "convaincant" que la vie te donne beaucoup. La vie est cadeau pour tous, la souffrance n'a rien à voir avec çà. Certains n'ont rien et ne souffrent pas, et inversement.

    Quand tu éradiqueras le poids de certaines culpabilités, alors tu Seras. :)
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Ella
      ton commentaire n's pas été facile pour moi à lire
      parce ce que je partage ici ce ne sont pas des "théories" avec lesquelles on peut être d'accord ou pas, mais des sentiments que je vis
      Je ne saisis pas très bien pourquoi tu me parles de culpabilité? Je ne me sens pas coupable, je ne me sens pas "en souffrance", je parle d'une quête qui ne cesse jamais
      Je crois que je n'ai pas été claire quand j'ai parlé de "vide"
      Je devrais mettre à ce sujet un texte de Bobin qui en parle mieux que moi... je le ferai demain peut-être...
      bonne fin de soirée

      Supprimer
  7. Le "vide" est tout ce que tu aurais aimé être, faire, un mélange de regrets, frustrations et envies. Aime ce que tu Es, et le vide s'en ira. Tu seras pleine de toi, comme tu devrais l'être à chaque instant, envahissant ton royaume intérieur :))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le vide dont je parle est une quête qui n'en finit pas et qui creuse mon âme...

      Supprimer
  8. Tu es un peu cyclotymique en somme, comme moi...Mais au fond de toi une optimiste, comme moi. J'en veux pour preuve ta dernière phrase, si profondément positive.
    Je ressens moi aussi ce grand vide, parfois. Dans mes moments de blues que, j'ai l'impression, personne ne comprend...J'aurais pu écrire ce billet d'une grande beauté car il est comme toi, sincère et vraie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ce n'est pas vraiment une question d'optimiste ou de blues...
      je ne pense pas avoir été claire sur ce coup là
      j'écrirai un autre billet si j'en ai le courage
      Je t'embrasse

      Supprimer
    2. C'est moi qui ai mal lu. ;)

      Supprimer
    3. non, mais comme tu vois, j'écris très court pour le moment, donc je ne détaille pas bcp, pas assez
      Pas la force de faire plus
      (raison pour laquelle je vais peu chez mes blogs amis, et si j'y vais, je mets rarement un commentaire, mais c'est provisoire j'espère
      A l'approche de l'opération, je me sens serrée... angoissée aussi, mon oeil perd de sa clarté
      Je t'embrasse fort ma Célestine

      Supprimer
  9. Je suis en train de lire "Les hasards nécessaires" de J.F. Vézina. Et j'ai lu, justement hier soir, un passage sur "A la recherche de la moitié perdue". Ton billet m'y fait penser. Et d'ailleurs, je viens de mettre ce passage sur mon blog. Je l'avais d'abord déposé ici, et vu la longueur, je l'ai déplacé chez moi. Si tu veux aller le lire... Peut-être que ce livre t'intéresserait. Moi, je le trouve passionnant.
    Bonne nuit, Coumarine. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suis passé chez toi ce matin et j'ai lu très vite le passage en question
      J'irai le relire avec plus d'attention
      merci, Françoise

      Supprimer
  10. Il me semble que si l'on ne connaissait jamais ce genre de "passage à vide", on serait Bouddha, ou quelqu'un du genre. Mais des Bouddhas, il y en a peu ! Alors nous restons là à nous débrouiller comme nous pouvons avec notre vide... qui n'est peut-être qu'un trop-plein de manques.
    De plus en plus souvent, quand cela m'arrive, j'essaie de me laisse aller à ce que décrit si bien Kéa plus haut. Plutôt que de m'agiter ou de me battre, j'accueille. Et peu à peu je trouve la sérénité.
    Il y a une carte du tarot zen que j'aime beaucoup : la Vacuité. C'est une carte noire, sans le moindre dessin. Le Rien. Le Tout. La vacuité porte en germe tous les possibles...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chère Myz... je suis allée voir mon tarot zen et oups cette carte noire... elle est effrayante non?
      Noir c'est noir...
      Non franchement j'y vois la mort, le néant, le rien du tout...

      Supprimer
  11. la vie-brato
    la vie-cissitude
    la vie-ctime
    la vie-cto-rieuse
    la vie-dange
    la vie-de-poche
    la vie-elle
    la vie-gilante
    la vie-gnoble
    la vie-goureuse
    la vie-laine
    la vie-naigre
    la vie-olette
    la vie- oloncelle
    la vie-revoltante
    la vie-rtu-elle
    la vie-sible
    la vie-vace

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah JEA!
      ta chanson autour de la vie me plait infiniment
      MERCI

      Supprimer
  12. Il y a quelques jours , un copinaute me parlait dans un commentaire de ses matins gris et de ses matins bleus

    Il me semble que ça se rapproche beaucoup de ce que tu décris dans ce billet
    Étrangement , quand je ressens aussi ces petits "vides " c'est dans les choses simples du quotidien que je me ressource ...
    Voilà , peut être parce qu'il ne faut se contenter de ce qui semble acquis
    ce billet parle à beaucoup de monde , tu as trouvé les mots pour le dire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jeanne je ne sais plus quoi te répondre, il me semble que tout a été dit...
      Je t'embrasse et te remercis pour ta fidélité

      Supprimer
  13. Merci de mettre en mots ce que je/nous pouvons ressentir parfois : j'ai lu les précédents commentaires et je ne sais pas plus l'origine de ce vide.
    Peu importe son nom, son origine, sa forme, ses "distractions", aujourd'hui, j'accepte ces jours qui vont et viennent dans ce flou.
    En montagne, nous avons un mot pour décrire ces jours où le brouillard envahit tout, en même temps c'est un brouillard lumineux parce que le soleil n'est pas loin mais n'arrive pas à percer. On appelle ces jours, des "jours blancs".
    Alors voilà, j'essaie de faire avec mes jours blancs et j'attends qu'ils passent...
    merci pour ces partages toujours renouvelés.
    Cath

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cath... le jour blanc... cela me parle énormément
      J'ai lu ton commentaire suivant qui le décrit
      A la fois perdre ses repères... mais deviner la lumière, qui perce
      Oui c'est ça...
      MERCI pour ce commentaire!!

      Supprimer
  14. Définition du jour blanc sur le blog de Iaboc :

    "Ceux qui arpentent les sommets des montagnes sur de faibles planches appelées skis, connaissent parfois ce phénomène nommé "jour blanc". Lorsqu'on est pris dans cette brume, tout relief s'efface, le monde entier perd sa réalité et le skieur se trouve pris dans un état quasi comateux, car perdant tous ses repères. Pour l'avoir vécu à plusieurs reprises, le jour blanc s'avère être assez angoissant et paisible à la fois. La paix vient bien entendu de la lumière dans laquelle on se trouve, lumière confortable qui irradie les pupilles. Mais en même temps, le jour blanc est angoissant car on ne distingue plus l'amont de l'aval, la droite de la gauche et que les informations données par le relief des montagnes sont gommées."

    RépondreSupprimer
  15. Je suis encore toute marquée par la lecture d'Etty qui me poursuit. Elle trouve la vie belle en toute circonstance. Je me pose des questions quant à cette capacité à surmonter (ou effacer ou nier) les contingences les plus noires de notre quotidien parfois.
    Il me semble comme tu l'écris que la vie ne peut que ressembler à des pleins et des déliés, justement parce que c'est la vie et que rien jamais ne peut être linéaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah! Cloudy... j'ai ce livre, mais il est caché quelque part dans ma bibliothèque
      Voilà que tu me donnes envie de le reprendre

      (je te rejoins... la vie ne peut être linéaire, elle est changement, elle brave l'inconnu, le pas habituel)

      Supprimer
  16. Bonjour
    Ton texte me parle tant... et c'est si difficile à exprimer !!!!
    Je ressens cette sensation parfois dès le réveil... de vide, d'abandon, un gouffre de noirceur.
    Je n'en trouve pas la cause, ni de raison... c'est juste un état. Et je sais dans ces moments là, que rien n'y fera... je resterai dans cet état une bonne partie de la journée.
    Mais, maintenant je sais que le lendemain, je serai, peut-être dans un état tout autre... une félicité absolu. Alors, je laisse faire le temps passer.
    J'ai appris à m'apprivoiser moi même:-) J'ai appris à l'accepter et à l'exprimer pour que mon entourage sache à quoi s'en tenir.
    J'ai de la chance... on me comprend, sans me comprendre... on sait que je suis comme cela depuis toujours. C'est quelque chose de profond, de puissant qui fait ce que je suis, alors je ne lutte pas, je vis avec. Et pas si mal que ça, alors... :-))

    ✰✯✮ Laure ✮✯✰
    http://suivre-mon-etoile.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Laure... (et bienvenue)
      Je me retrouve fort dans tes mots
      J'aime ce que tu dis:
      "C'est quelque chose de profond, de puissant qui fait ce que je suis, alors je ne lutte pas, je vis avec. Et pas si mal que ça, alors... :-))"

      Supprimer
  17. J'aime votre texte.
    C'est la richesse de la vie, et aussi sa difficulté : être quasiment tous les jours dans l'offrande, et quelques fois, être dans la recherche de l'offrande.
    Bonne journée.
    Je reviendrai par ici.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous êtes la bienvenue Bonheur du Jour
      (tiens pourquoi est-ce que je vous vouvoie? ;-))

      Supprimer
  18. Vide comme votre blog lorsque vous le retrouvez plagié...

    RépondreSupprimer
  19. Oui JEA j'ai lu chez toi
    Ça fait très mal, ce sont des sujets qui te tiennent à coeur, auxquels tu as consacré ta vie
    Alors chiper le travail d'un autre, c'est mesquin, c'est petit, c'est...
    On ne plagie que les gens qui ont quelque chose à dire... les autres on ne les lit pas, on les ignore
    (bon j'espère que tu n'as pas vidé ton blog... je vais m'en assurer...

    RépondreSupprimer
  20. Chacun reste seul avec son sentiment de vide, comme si il lui appartenait en propre... Je pense qu'il faut chercher ce qu'il est - le plus objectivement possible - et pourquoi et comment il investit à ce point la vie des individus".

    le voir comme un signe des temps, et comprendre dans quel monde on vit. Ne pas se contenter de sa subjectivité, ne pas s'enfermer dans l'introspection individualiste qui ne fait que renforcer nos souffrances - bien souvent - c'est comme soigner le mal par le mal. c'est ce que je pense, et ça bouscule un peu les idées reçues, il me semble... tant pis. si c'est pour se satisfaire de son confort intellectuel, alors pas la peine de chercher. Il faut savoir ce qu'on veut !


    "cherches et tu trouveras"... où sont les passeurs ? quelles sont les nourritures dont nous avons besoin ?....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Cri
      Je suis particulièrement interpellée par ta dernière phrase, ce sont deux questions importantes, auxquelles il convient de prendre le temps de répondre.. souvent on ne le fait pas et c'est dommage
      Merci d'être venue

      Supprimer
  21. Je voulais écrire quelque chose de "ressenti", sur ce que tu abordes ici, mais d'autres l'ont fait si bien ! Si ce n'est que je comprends, évidemment... Mais je vois aussi qu'on est dans une semaine importante, vitale pour toi. Alors, tous mes voeux t'accompagnent, en espérant que tu la traverses le mieux possible. Avec une bonne nouvelle au bout. Courage, donc, en espérant que tu glaneras tout ce qu'il y a de bon à glaner autour de toi, en attendant ... Bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Pivoine, tu leliras dans le billet que je viens de publier: je glane tout ce qu'il y a de bon et même plus...
      Bonne semaine à toi...

      Supprimer

un petit mot à dire?

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails