jeudi 16 février 2012

A propos d'un poil qui se hérisse;-))

Bon!
Ce n'est jamais que la troisième fois que j'annonce la fin de mon blog! (vous avez remarqué que j'avais gardé une porte de sortie, évoquant un possible retour?  Tout -à- fait moi ça! ;-))

Donc comme l'assassin sur les lieux de son crime, je reviens rôder par ici dans l'envie quasi irrépressible d'écrire un billet...
Parce que vous savez quoi?
Je suis trop attachée à mon blog pour l'abandonner définitivement: mon intention d'en terminer ne dure que quelques jours. 

Puis je dors trois ou quatre nuits et comme par hasard, ma décision s'effrite comme un tricot dont on tire un à un les fils
Et puis je lis vos commentaires, dont certains me donnent matière à réflexion! D'autres me font du bien...

Donc me revoilà, contente de revenir, sans savoir trop bien comment ce blog va évoluer

Tiens j'avais juré de parler de ceci:
Quelqu'un m'a écrit qu'il me lisait fidèlement, mais qu'il mettait rarement un commentaire parce que l'atmosphère de mon blog lui hérissait le poil...oui oui il a écrit ça!
Et pourquoi? parce que vous les commentateurs, vous êtes toujours bienveillants avec moi et que sans doute je provoque cela par le contenu de mes billets...

Donc j'ai pensé que je pourrais faire une expérience: devenir hargneuse, revendicatrice, plaintive, dépressive, râleuse, attaquant tout et tout le monde, tournant indéfiniment dans mes problèmes affectifs et autres
Et compter sur vous pour mettre des commentaires hargneux, râleurs, provocateurs etc... pour que le poil de ce monsieur puisse se recoucher tranquillement ;-)))

Surtout surtout ne me dites rien de positif sur ce billet...j'aimerais savoir si ça vous irrite le poil ou autre chose, que je décide la plupart du temps de rester positive (c'est une décision croyez-le bien, en ces temps désespérants)
Il me faut avouer que ce n'est pas dans mon caractère de provoquer, ni de devenir ce que je ne suis pas (hargneuse etc)
Et j'apprécie, surtout en ces moments ci, que vous soyez comme vous êtes:  m'accompagnant avec fidélité et chaleur humaine, même si je commente peu sur vos blogs à vous
Quoi qu'il en soit... je suis là, et heureuse de revenir

113 commentaires:

  1. Je n'avais même pas retiré ton blog de mon agrégateur, j'étais sûr que tu reviendrais. D'ailleurs, j'y ai même conservé les précédents : on ne sait jamais.
    Ton lecteur, c'est un maso. Il revient obstinément et ça le hérisse, cherchez l'erreur. Et si ce ne sont que nos commentaires qui l'énervent, pourquoi continue-t-il à les lire ? Il pourrait s'en tenir à tes billets... ou déposer lui-même les commentaires inamicaux qu'il semble espèrer ;o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. héhé Walrus... tu me connais sans doute... comme je l'écris ce n'est que a 3ème fois que, je dis, dans un coup énorme de bues, que je quitte dé-fi-ni-ti-ve-ment la blogo
      Quant au lecteur...passons à autre chose ;-))

      Supprimer
  2. Tant pis pour le poil de ce monsieur! Il n'y a aucune raison d'être hargneuse dans les commentaires de tes billets...
    Comme Walrus, je "savais" que tu reviendrais (j'espérais que tu reviendrais?)
    Ceci dit, moi aussi je te lis souvent mais je ne commente pas toujours. Si je pense que tout a été dit, je préfère ne pas commenter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah Tilleul...mais nul besoin de commenter toujours ou même souvent, ou même parfois, ou même pas!
      Moi j'aime écrire (mais ça tu le sais...) pour le reste je vois bien que je suis lue... ce que tout blogueur souhaite
      Moi aussi je savais que je reviendrais;-))

      Supprimer
  3. Bon sang, il y a UN endroit pas encore atteint par le négativisme, la sinistrose, le "réalisme" déprimant, un endroit où l'on peut encore rêver, être soi-même, se faire plaisir, être heureux, un endroit où l'on peut faire un compliment à quelqu'un sans arrière pensée, sans intéressement financier, un endroit où personne ne soupçonne personne de bas calculs, un endroit où l'on ne vient que parce qu'on le veut bien (ou parce qu'on le vaut bien) un endroit protégé, magique, bienveillant, et il y en a qui trouve encore à y redire!!! Non mais dites moi que je rêve! La blogosphère me fait penser au petit jardin qui sentait bon le métropolitain, la merveilleuse chanson de Jacques Dutronc. Un carré de verdure dans un océan de merde et de béton.
    Cultivons notre jardin sans se soucier des promoteurs fossoyeurs qui voudraient le voir disparaître.
    Moi ça me fit un énorme plaisir de te voir binette en main revenir soigner les roses de la vie. Et ne compte pas sur moi pour te gronder!
    ♥♥♥ (petits coeurs horripilatoires exprès)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu vois Célestine, ta description ce "notre" blogosphère...oui c'est ça, cet endroit protégé, magique, bienveillant
      C'est toujours comme ça que je l'ai voulu! et espéré
      Des gens comme ceux qui me commentent (je cite parce qu'il sont venus déjà: Walrus, Tilleul, Toi, Fabeli (et tant d'autres), de vous lire j'ose le dire, ça m'a permis de progresser dans la reconquête de moi-même(de mon corps, de ma santé)
      Je vous en suis reconnaissante, très très fort
      Ce n'est pas pour rien que je dis que j'aime mon blog, qu'il me tient à coeur
      Partir d'ici, c'est couper la branche sur laquelle je me tiens..

      Supprimer
  4. Tu vois, on avait bien fait de ne pas cacher la clef de ton blog trop loin ;-)))

    Tchin tchin! A ta santé et à ton retour, Coumarine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah! oui! Fabeli la fameuse clé!!!
      Il n'y a plus de neige ici maintenant, mais des perce-neiges si beaux...

      Supprimer
  5. j'aime bien aussi que sur mon blog règnent la bonne humeur, la bienveillance et la courtoisie :-)
    contente de ton retour, Coumarine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je déteste ces blogs et forums ou on se dit des mots doux
      en Belgique entre Flamands et Francophones
      en France, ça va se déchainer à l'occasion des élections présidentielles
      J'essaie de préserver un climat de bienveillance, on en manque tellement
      Et si on se sent bien dans ce blog (tout comme dans ma maison... tant mieux!)

      Supprimer
  6. J'en étais sûre que tu reviendrais vite nous faire coucou de ta fenêtre blogguesque (suis pas sûre que le mot existe ...). Quant à moi, je n'ai pas non plus quitté ma demeure ...
    Belle journée

    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  8. :))

    Ici ou dans les livres, écrire et communiquer, partager la vie sont des besoins et des désirs qui te sont chevillés au corps.

    Ce Monsieur te lit... Avoir le poil hérissé ça arrive...
    Je crois que la bienveillance est belle et bonne, mais pour autant je me dis que peut-être parfois elle nous pose "problème" pour contredire ou argumenter dans l'autre sens... Je sais pas... Je veux dire que parfois on se laisse prendre par une ambiance un peu comme un miel anesthésiant et béatifiant et qu'on oublie de dire certaine choses toute à l'affection ou à l'habitude d'être "d'accord"...
    Je sais pas... pas très simple à exprimer... je me dis juste que je crois pouvoir peut-être comprendre ce que ce Monsieur veut dire (peut-être à foison marque la "délicatesse" du sujet...;))!)

    Ce qui me vient aussi, c'est que parfois certains blogs tournent vers une perte d’énergie (et là je pense à l'écrivain)non pas dans le sens démotivation mais usure d'énergie (un peu comme l'huile d'un moteur qu'il faut changer pour lui redonner ses propriétés...) et que l'on se prends parfois à plus de passion, de difficultés, d'obstacle de débat contradictoires et échevelés... à plus de "vérité" celle qui parfois vient du sombre et des colères, des rebellions et des insoumissions, du pied de nez aux consensus... une forme de hargne qui n'est pas forcément mauvaise quand elle est ponctuelle...

    Enfin... c'est mon ressenti.

    Je souris en t'écrivant et de te savoir toujours à rôder sur le lieu du crime en tous cas ;)
    bises affectueuses. :)

    Julie M.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Julie

      Je sais très bien que j'ai volontairement exagéré dans ma façon un peu "cynique" de dire les choses
      Je regrette surtout que la personne en question n'ai pas eu le courage de donner son ressenti sur mon blog, mais m'ait écrit en privé, pas peur dit-il de blesser (disons que je le comprends à moitié, car il dans sa prudence, il a ait ce qu'il me reproche...
      Je ne fuis pas les échanges de points de vue, je ne les redoute pas, pour autant que la courtoisie reste au RV
      Si tu n'es pas d'accord avec mes paroles, ou si tu aimerais argumenter, je t'en prie, fais-le (comme ici, avec mesure et sans intention de blesser...
      C'est important pour moi, tu sais que je suis très sensible...est-ce un défaut? une qualité?
      Cette petite pause m'a permis de réfléchir à tout ça, et je reviens bien décidée à ne pas virer dans le miel anesthésiant
      Je ne serai pas hargneuse, je dirai pas des putain à chaque coin de ma page... mais j'écrirai comme je le pense...
      Bises à toi aussi ;-))

      Supprimer
    2. ... Tu sais je crois que je dis toujours ce que je pense et que j'essaie d'être courtoise. :)Si cela me semble mieux je le dis en privé ;) Tu ne m'anesthésie pas ;) je parlais en général :)

      Julie M.

      Supprimer
    3. Je sais Julie...je t'm beaucoup ;-))

      Supprimer
  9. Chère Coumarine... Je suis ravie de vous lire à nouveau !
    Le débat appelle la contradiction. Sans contradiction, point d'échange d'idées. En ce sens, j'aime bien avoir des contradicteurs, parfois rien que pour le plaisir d'argumenter (oui, je sais me faire du mal toute seule, il arrive souvent que je sois à cours d'arguments justement !), du moment que la discussion reste respectueuse de l'autre. Mais se faire du mal en lisant un blog qui "hérisse le poil", effectivement, ça tient du masochisme. Sauf si ce lecteur y trouve bien plus que ce qu'il en dit ? Mais pour ma part, je ne vois pas en quoi devenir hargneux dans les commentaires peut apporter quoi que ce soit à une discussion :) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà! C'est ça Amélie
      J'apprécie les échanges d'idées, dans une discussion respectueuse
      Amélie je t'en prie, tutoie-moi!!!!

      Supprimer
  10. Perso, tant que la bienveillance est sincère, je n'y vois aucun inconvénient, c'est l'hypocrisie dans la bienveillance qui est irritante, mais je pense que sur les commentateurs, seuls 1/3 des lecteurs commentent, les autres ont des sentiments partagés, mais ne font que passer, et c'est ainsi pour chaque blog. A quoi bon venir déposer sa hargne dans un espace privé, c'est comme aller cracher devant la porte de quelqu'un, la "violence" est nuisible. La bienveillance des commentaires est le panel des gens qui t'apprécient, ce qui ne veut pas dire que Tous t'apprécient. Mais il vaut mieux qu'il en soit ainsi, il vaut mieux du "bon, du bien", car ces espaces sont faits pour çà.. Voilà mon opinion perso, j'y réponds sans lire les précédents coms, pour ne pas être influencée. D'ailleurs, à ce propos, je n'ai pas commenté ton précédent billet, car je savais pertinemment que tu reviendrais :))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah oui! Ella, je suis d'ac avec toi:
      "c'est l'hypocrisie dans la bienveillance qui est irritante, "

      Supprimer
  11. Pourquoi venir lire ce que l'on aime pas ??? Moi je suis ravie de te retrouver avec ton côté positif, ta bonne humeur, ton optimisme.. toi quoi! Bon mais arrêtes de me faire peur en disant que tu pars!!!! Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme le dit justement Alain,les blogueurs au long cours (j'en suis je crois) ont régulièrement des moments de lassitude, de découragement
      Je te ferai peur encore je crois ,-)))

      Supprimer
  12. Ouiiiiiii : Coumarine hargneuse, revendicatrice, plaintive, dépressive, râleuse !! Chiche ? Allez.... au moins UNE fois !!!!
    La Coumarine de printemps est arrivée…
    Planquez vos miches !…
    ------
    Moi aussi je me disais que tu reviendrais… Les blogueurs au long cours, on passe tous par ces phases de découragement.
    -------
    Quant à ton lecteur qui n'aime pas NOS commentaires… Qu'il aille se faire voir chez les Grecs ! En ce moment ils sont ouverts à tout !…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alain...Coumarine hargneuse, revendicatrice, plaintive, dépressive, râleuse !! Chiche
      Tu sais bien que il faut bcp pour que je devienne comme ça!
      mais pour toi (iiiiii) je ferai un effort spécial!!

      Toi aussi tu as déjà connu cette tentation de partir définitivement, tu as été à deux doigts de supprimer ton blog, je me souviens!!!!;-((

      Supprimer
  13. Ah ! Coumarine, le retour (ter) ! ;-)
    Contente que tu aies retrouvé le chemin de ton clavier.
    Mais ne compte pas sur moi pour des commentaires râleurs...
    Alors, à très bientôt !
    Bises et très belle fin de semaine, chère Coumarine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui Naline...
      tu n'as pas connu cette tentation de tout lâcher? de disparaître de la blogo?
      J'aime trop cette écriture que j'appellerai "courte" par opposition à l'écriture d'une ouvre littéraire
      Bon WE à toi...

      Supprimer
  14. Chacun fait de son blog ce qu'est un peu sa maison: un lieu fermé ou un lieu ouvert. Le tien est de la deuxième catégorie. Comme l'ont dit certains, pourquoi alors continuer à te lire si tu hérisses à ce point. La souris, c'est comme la télécommande, ça sert à zapper! En tout cas, quoiqu'il arrive, reste comme tu es. On aime ou on déteste, je connais ça sur mon propre blog. Mais je suis ma route!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en fait emi, je te connais peu..
      Suivre sa route, envers et contre tout...pas toujours facile et pourtant...

      Supprimer
  15. Coum,
    pendant le silence sur ton blog, j'étais très heureuse de lire que tu continuais à poster sur les blogs-amis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais comme je l'ai dit, je lis très peu les blogueurs...
      et si je lis, je ne commente guère...;-((

      Supprimer
  16. Chic ! De la lumière aux fenêtres, à nouveau !

    Ça me fait plaisir de te revoir ici après une si longue absence (si si, c'était long :)).

    J'ai bien essayé d'être hargneuse, etc., etc., mais il se fait que je n'en ai pas envie, mais alors là, pas envie du tout (pourtant, je suis connue de mon entourage pour avoir un caractère sanguin, colérique, soupe au lait, excessif, j'en passe et des moins bonnes encore!)

    Seulement voilà, ici, je n'ai jamais trouvé que finesse, sensibilité, sincérité, respect d'autrui; que je commente ou non, j'ai toujours apprécié ce que je venais y découvrir, et quoi que tu puisses en penser dans tes mauvais jours, rien de répétitif ni de stérile, aucun "tournage en rond" de quelque sorte que ce soit, mais une démarche honnête qui ne peut qu'enrichir ceux qui, de près ou de loin, cheminent à tes côtés.

    Alors je n'ai pas envie de me forcer pour faire plaisir à un grincheux, putain de bordel ! (Bon, j'ai mis deux gros mots, vous remarquerez que j'ai fait mon possible, hein, monsieur Poilhérissé !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi MyZ... tu as un caractère sanguin, colérique, soupe au lait, excessif???
      putain...incroyable ça quand même!!!;-))

      Supprimer
  17. Et on est bien contents... je n'ai jamais vraiment cru que tu pouvais arrêter complètement... Notre attente n'a pas duré trop longtemps et ton billet est plutôt souriant alors tout va bien. C'est drôle, moi, j'aime bien déposé ici ou là deux trois mots, une réflexion, mais râler??? non

    PS: n'empêche, j'aime bien les visites...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu vois Brizou? finalement j'aime écrire sur ce blog... et donc me revoilà!

      Supprimer
  18. On oublie de venir et voilà il y a 31 coms!
    pour une fois je ne les lis pas d'abord car ça pourrait me...hérisser le poil que j'ai encore dru par endroit, mais à votre endroit coum je suis des plus bienveillants car tu es douce et pas pleureuse, franche et pas mièvre, directe et pas hypocrite, tu ne cryptes pas , tu es audible, tu es...formidable et une bloggueuse de grand talent , bref je ne vois pas pourquoi je réagirai épidermiquement! Oh bien sur ça et la il y a bien des cos moins pleins de sens, mais d'amitié non, et puis je me demande comment vu les circonstances on pourrait être revendicatif, vindicatif, à titre indicatif les sales cons n'ont pas droit de cité ici, citer des exemples par lesquels ils se reconnaîtront mais tu fais naitre dans nos esprits tellement de belles images que je ne me sens pas de te rudoyer le moins du monde, j'ai les nerfs pourtant alité avec la phlébite qui repart, un membre enflé, l'enflure ne passera pas par moi, alité ce n'est pas dans l’allitération que je trouve mon bonheur, mai dans le partage et la confiance; sincèrement coum, tu mérites mieux et tous les messages d'amitié comme autant de preuve de notre amour pour toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je spécifie qd même que ce blogueur est un type intéressant,pas un sale con...

      J'espère de tout coeur que tu seras bientôt complètement rétabli!

      Supprimer
  19. au fait chère coum, c'est une excellent nouvelle que ton retour et ta présence, plus visible et tangible, je comprends qu'on puisse céder à la lassitude et à une forme de désespoir quand les éléments sont contraires, les bonnes nouvelles rares, évidemment ma situation n'a rien de grave, des précautions s'impose, l'embolie pulmonaire aurait été possible, prudence, mais la décence m'autorises à te dire ma joie de te revoir ici , même si je me suis absenté aussi !

    RépondreSupprimer
  20. "Coumarine est de retour , Alleluia "
    j'arrive en chantant , tiens , je vais pas me gêner
    Intuitivement , je me disais , Coum ne va pas tenir bien longtemps loin de cette maison virtuelle remplie de bienveillance ..
    tant mieux , parce que , les périodes de doutes sont acceptables mais au fond , tu en as besoin de ce blog et nous aussi alors :)

    Tiens , j'ai eu un ronchon aussi il y a quelques semaines , au début , il était sympa et puis ....il a titillé et reproché une certaine con-sensualité et s'est montré virulent
    Je l'ai gentiment poussé vers la sortie mais il était tenace
    Allons , continuons ensemble ce bout de route , bien au chaud dans ce salon , à l'abri certes des fracas et autres étincelles , on y est bien n'est ce pas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. coucouJeanne!
      "Intuitivement , je me disais , Coum ne va pas tenir bien longtemps loin de cette maison virtuelle remplie de bienveillance ..
      tant mieux , parce que , les périodes de doutes sont acceptables mais au fond , tu en as besoin de ce blog et nous aussi alors :)"

      Et voilà elle me connaît comme si elle m avait faite!!

      Supprimer
  21. Je l'aime comme ça ton blog, Coumarine. Positif, réconfortant, amenant à se poser des questions, encourageant, mélancolique ou joyeux, pétillant, pertinent, poétique, vibrant. Ne change rien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense Suzame qu'on a bcp de choses en commun!;-))

      Supprimer
  22. Décidément, je n'ai pas de chance ! La première fois que j'ai décidé d'aller te voir c'était pour lire que tu arrêtais ton blog et aujourd'hui où je te retrouve pour la seconde fois, tu nous demandes d'être de mauvais poil... Mais, non, non ! Je ne peux pas !!!! Je me suis épilé les mollets ce matin et suis toute lisse même si je ressemble encore un peu à un poulet qu'on vient de plumer... ;-)
    Bon, tant pis, je serai de mauvais poil une autre fois... quoique... ;-)
    Bonne soirée Coumarine !

    RépondreSupprimer
  23. Si ça se trouve on a le même commentateur. J'ai aussi
    quelqu'un, un homme, et pas un con, qui m'a écrit ne pas commenter chez moi parce qu'il y avait "trop de monde trop gentil".
    Moi non plus je n'aime pas les blogs que j'appelle "mièvres", des bisous par ci, des bisous par là. Mais la bienveillance, ce n'est pas de la mièvrerie. C'est juste voir le meilleur côté de soi. Et des autres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. comme toi je n'aime pas les blogs à bisous multiples, Mais que mes lecteurs m'encouragent dans ces moments parfois vraiment difficiles pour moi,OUI j'en demande et redemande
      Vous m'aidez à avancer vers ma guérison

      Supprimer
  24. Bonjour Coumarine, te voilà de retour, quel bonheur. Je ne doutais pas un brin que tu reviendrais vite. Prends bien soin de toi. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  25. Le monsieur au poil hérissé17 février 2012 à 20:04

    « Bonjour Coumarine

    Juste un petit signe d'encouragement pour ce que tu as a vivre et qui, on le sent, t'es difficile.

    Je commente peu chez toi, bien que je te lise à chaque fois, parce que je ne me sens pas vraiment à l'aise dans l'ambiance "on est tous avec toi et tout le monde est gentil ici". Je ne sais pas pourquoi, mais ça me hérisse le poil ;)

    Il n'empêche que je suis ton parcours et ton évolution. Discrètement mais fidèlement.

    Je te souhaite de trouver un nouvel équilibre et, pourquoi pas, un nouveau bonheur à vivre.

    Je t'embrasse »

    Voila les quelques mots qui ont été à l'origine de ton appel à la hargne, Coumarine. Je laisse ceux qui liront ceci se faire leur idée sur l'interprétation que tu en as faite. Je constate le résultat sur tes lecteurs, qui se fient à ce que tu dis.

    En te faisant part discrètement de mon avis mon intention était de respecter l'ambiance du lieu, je te l'ai précisé. Tu tiens à y voir un manque de courage et je le déplore.

    Je ne poursuis pas mais il y aurait beaucoup à dire sur cet épisode.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut pour bien faire citer les autres mails qui ont suivi, sinon c partiel tu seras d'accord!
      (en me souhaitant bon courage tu m'as en fait critiquée à propos des commentaires (tout est gentil ici)

      Je t'ai répondu:

      Tiens, pourquoi tu ne mets pas ces mots en direct sur mon blog???
      Il y aurait sans doute une levée de boucliers? héhé!
      Ca serait amusant!!!
      Ca changerait de l'atmosphère "tout le monde est beau etc

      Ceci dit, mon parcours et mon évolution sont énormes, finalement je suis loin de tourner en rond!!!
      Bon je t'embrasse
      Coumarine


      Tu me réponds
      Pourquoi je ne dis pas ça sur ton blog ? Parce que je suppose, oui, que ça déclencherait des réactions outrées ;)

      Je n'ai pas envie de donner des coups de pieds dans la fourmilière. Pas envie de déranger, de blesser. C'est mon côté protecteur, hé hé...

      Tant mieux si tu te sens évoluer en grand ! Ça me réjouis.
      Bises

      Je t'ai répondu DANS le corps du mail (faut chercher un peu MES mots

      Pourquoi je ne dis pas ça sur ton blog ? Parce que je suppose, oui, que ça déclencherait des réactions outrées ;)

      Je n'ai pas envie de donner des coups de pieds dans la fourmilière. Pas envie de déranger, de blesser. A moins que ce ne soit TOI qui n'aies pas envie d'être blessé, dérangé!!!


      C'est mon côté protecteur, hé hé..mais je t'en prie, je n'ai nul besoin d'être protégée, ni mes lecteurs... je crois!
      Quand je reprendrai l'écriture sur mon blog, je mettrai ce sujet sur le tapis (sans te nommer évidemment...!

      Tu sais très bien que je ne suis pas hargneuse
      Et ce billet a été écrit ds un certain ton!
      Je sais très bien que te connaissant, il risquait de te blesser (sauf si tu prenais tout ça avec humour

      Pour moi je ne désire plus épiloguer sur ce sujet
      Bonne soirée à toi

      Supprimer
    2. Le monsieur au poil hérissé18 février 2012 à 11:37

      Ah... tu ne désires plus épiloguer sur le sujet que tu as lancé ? Pourtant c'est là que ça pourrait devenir "amusant", comme tu semblais le souhaiter...

      Fuirais-tu quand je viens là après que tu aies pointé sur mon « manque de courage » ? Ne revendiques-tu pas n'avoir « nul besoin d'être protégée » ? C'est pourtant ce que je vais faire en suivant ta demande de ne pas aller plus loin :)

      Finalement, tu confirmes mon intuition première : ne pas déranger, ne pas blesser.


      Tout bien réfléchi, ce que je viens d'écrire j'aurais pu te l'envoyer en privé, discrètement, dans un souci de... protection. Vu le contexte et la provocation (au meilleur sens du terme)... je préfère relever le défi et l'inscrire "courageusement" ici. Et tant pis si ça fait se lever des boucliers ;)

      J'ai quand même envie de te dire qu'il y a dans ce que tu exprimes de toi un merveilleux potentiel d'échange. Toutes ces contradictions qui apparaissent sans cesse au fil de tes billets, entre ce que tu dis être et ce que tu montres être (et qui se démontre sur ce seul fil de commentaires) portent en elles les germes d'une évolution. Encore faut-il accepter d'être un peu ébranlée par la différence qu'il y a entre l'image que tu voudrais avoir (et donner) de toi et celle que la réalité oppose.

      Je peux développer tout cela avec toi si tu le souhaites, ici ou en privé (ce qui me semble préférable). Ou retourner discrètement dans mon silence habituel, laissant de temps en temps mon poil se hérisser devant toute cette bienveillance sans l'ombre d'une contradiction.

      Avec toute mon amitié et ma sympathie.

      Supprimer
    3. "Encore faut-il accepter d'être un peu ébranlée par la différence qu'il y a entre l'image que tu voudrais avoir (et donner) de toi et celle que la réalité oppose.

      Ben zut alors...!!!

      Supprimer
  26. Heureuse de te retrouver telle que tu es et de venir avec qui je suis ;) J'aime l'idée d'une communauté d'âme gentille et solidaire, car je crois que fondamentalement, c'est ce que je suis.
    Les posts sont, de fait, sujets parfois à interprétation, parfois à de la fâcherie. Ils ne sont que le reflet de la vie.
    Je pense bien à toi :))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cloudy, une communauté solidaire, oui j'aime ce mot, il correspond à mon attente
      Je l'ai dit, vos commentaires encourageants m'aident tous les jours à 'm'en sortir'

      Supprimer
  27. « Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d'entendre, ce que vous entendez, ce que vous comprenez... Il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer. Mais essayons quand même... »
    (Bernard Werber)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfois Pastelle, on passe carrément à côté...
      "mais essayons quand même..."

      Supprimer
  28. Nous ne t'avons pas attendue très longtemps, Coumarine, et cela me réjouit ! (sourire)
    Belle fin de semaine à toi, je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  29. Et si... tu te laissais porter par tes envies ?
    Quand le clavier te cherche... tu écris, quand tu n'as pas envie... tu te laisses faire aussi !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Teb... il y a aussi (et je vais dire avant tout) une question de santé, qui me tient éloignée de mon blog et de mon plaisir d'écrire ;-((

      Supprimer
    2. Ah... aucun doute plus embêtant que simplement l'envie...
      En tout cas, ce billet donne lieu à des échanges somme toute plein de chaleur à ton égard.
      Je souhaite que tes ennuis se résolvent au mieux et que l'envie d'écrire revienne donc.

      Supprimer
  30. Tu nous fais les adieux du music hall, je savais bien que tu teviendrais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hihihi les adieux de music hall... c'est tout à fait ça!!!

      Supprimer
  31. ... "Je n'ai pas envie de donner des coups de pieds dans la fourmilière."

    Image animalière. Fourmis rouges construisant obstinément leur tour de babel, ou noires anars converties et récupérées par une Reine des fourmis au pouvoir absolu. Sans oublier la fable glorifiant les fourmis pétainistes au détriment de la cigale libertaire...
    Image violente aussi : la plume et le dialogue sont remplacés par une godasse (autrefois, une chaussure à clous). Sans se limiter à un seul coup mais en les multipliant. Pour faire s'effondrer les faubourgs du blog, c'est-à-dire les commentaires ?

    Lecture personnelle sans procès d'intention. Quand dans une forêt inhospitalière, s'ouvre une clairière, je ne boude pas le plaisir de m’asseoir sur de l'herbe tendre plutôt que sur des chardons ardents, de respirer le chant des oiseaux plutôt que les crachats d'usines...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. cher JEA
      tu as cet art que je ne possède pas et que j'admire, chez toi et chez d'autres = l'art de la répartie, celle qui frappe!
      J'apprécie BCP ton commentaire...

      Supprimer
  32. je vais être direct, considérer que le tact n'est pas une valeur sure de la communication, la gentillesse une nécessité, la politesse une obligation, on coure des risques...
    je ne crois pas que j'aurais été plus contente que toi de recevoir ce genre de courrier , si Coumarine se livre et se met à nu, façon de parler, dans ces textes, qu'elle fait sa mue vu son état elle nous offre de l'accompagner et partant de l'aider; toutes les vérités et les critiques implicites sur la consensualité ne sont pas bonnes à dire dans certains contextes.

    Ici ce n'est pas le pays des bisounours mais de gens qui écrivent dans l'écoute et le respect et qui se veulent du bien, pour les coupeurs de cheveux en quatre, les polémiqueurs stérile, il vaudrait mieux qu'ils expriment leur ébahissement en termes choisis et nous en fassent profiter dans un débat contradictoire de bon aloi.

    Coumarine est une personne fort respectable et respectueuse qui mérite notre admiration pour ses valeurs et sa manière de vivre, enjolive t elle sa vie comme tout le monde par une reconstruction idyllique de ces souvenirs, si ça aide à mieux vivre ces moments si difficiles, alors ça se comprend parfaitement et même plus que jamais dans ce contexte précis de la maladie et de l’amputation de soi.

    Un barbu pas extrémiste en clinique depuis deux mois

    RépondreSupprimer
  33. C'EST BIEN CE QUE JE PENSAIS !!!!

    RépondreSupprimer
  34. Bien sûr que nous sommes heureux de te lire, chère Nicole, et sans doute savons-nous tous que tu n'abandonneras pas ton blog, même si quelquefois l'envie (bien compréhensible) t'en prend! C'est un état de tristesse intérieure qui te décourage un peu, pas longtemps. Tu as trop besoin d'écrire pour tourner le dos à l'écriture. Simplement, tu te "détournes". Puis quand tu ressens un trop-plein tu reviens. Avec tes mots vaillants, parce que nous savons tous aussi qu'il te faut du courage pour vivre l'épreuve actuelle. Et que sa durée te pèse. [...]

    Continue à alimenter ton blog de-ci, de-la, à ton rythme, Un petit mot si c'est ce qui te convient; un texte développé si tu en as envie. Tes fidèles te suivent. Et ils t'aiment.

    Lorraine
    Ceci est un comm reçu par mail, par Lorraine qui ne parvient pas à publier ici

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois chère Lorraine que tu mets le doigt sur ce qui me père le plus: LA DUREE de cette foutue maladie, son traitement qui me rend malade
      Parfois donc le découragement me prend, et j'ai envie de fuir ;-((
      Je t'embrasse

      Supprimer
  35. Oh!...non Coumarine,n'accepte aucun commentaire hargneux,râleurs, provocateurs etc...

    Une charmante blogueuse ("Tous les jours dimanche" pour ne pas la citer)a supporté pendant des mois des commentaires cyniques sur son blog.
    Des harpies -même pas anonymes- allaient jusqu'à se moquer des vêtements des ses enfants...(c'est pour dire le degrés moins que zéro) s'invectivaient entres elles... traitant de "bisounours" (apparemment l'insulte suprême sur la blogosphère!) celles et ceux qui tentaient par des commentaires bienveillants de les calmer...une vraie cour de récré.

    Et dans quel but tout ça? nuire, blesser, souiller...

    Alors que des blogs comme le sien et comme le tien sont là pour nous tirer vers le haut, nous réchauffer nous faire du bien ("un moment de douceur dans un monde de brut" comme dit une pub pour du chocolat...je crois)!!!

    Alors non, pas de commentaires vaseux n'en déplaise à certains...qui n'ont qu'à faire de la politique par exemple et aller aboyer avec Nicolas, Marine, Nadine...etc

    PS: je sais, je sais, mon commentaire est simpliste et "bisounours", mais j'ai décidé de l'assumer et si ça doit faire rigoler ...eh bien tant mieux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais Véronique... moi j'aime ton commentaire simpliste et bisounours;-))
      Vous tous n'imaginez pas combien en ce moment, j'ai réellement besoin de "gentillesse"

      Supprimer
  36. (Tout fait pour essayer, mais impossible d'ajouter mon commentaire – le 67ème!)

    Belle soirée, vous êtes revenue, j'en suis tout heureuse. Le Monsieur de mauvais poil me fait rire. Un vieux grognon, ou un jeune intello? Ou un n'ayant pas un goût affiné de la vie?
    J'ai lu, dans les commentaires, le mot de solidarité, j'aime bien ça. Suis contente de votre retour, parce que vous savez les mots qui font du bien, les mots qui font vivre.
    Natacha S.

    Bonne suite et courage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir et merci Natacha
      Vous êtes la 2ème qui m'envoyez un mail pour me dire que vous ne pouvez pas commenter!
      Que se passe-t-il donc chez Blogger???

      Vous dites que mes mots font vivre... je veux bien le croire...mais vous tous, en me témoignant votre solidarité dans la traversée du désert qui est la mienne, vous me faites vivre AUSSI
      Raison pour laquelle je suis revenue aussi vite: j'ai besoin de vous!
      RépondreSupprimer

      Supprimer
  37. Tu peux faire tout ce que tu veux, partir et revenir, arrêter et continuer, de toute façon tu es dans mon coeur, que je sois devant mon ordinateur ou pas. Na.

    RépondreSupprimer
  38. Chère Coumarine

    Je viens de relire tous les commentaires et je ne trouve plus le mien, le deuxième, celui que j'ai posté après l'intervention du monsieur au poil hérissé. Je parlais des rapports humains difficiles, parce que fondés souvent sur des malentendus. Je me disais que peut-être un malentendu était à la base de ce débat qui s'est installé ici. C'est mon côté médiatrice sûrement.
    Je te renouvelle toute mon amitié ma Coum. Prends bien soin de toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai cherché dans les spams au cas où ton comm s'y serait perdu... mais non!
      Blogger fait des siennes;chez toi aussi?
      Je t'embrasse Célestine

      Supprimer
    2. Oui, ça débloque pas mal au niveau de blogger...et ça devient carrément difficile de commenter à certains moments. mais tu quand même battu les records d'audience avec ce billet!

      Supprimer
  39. "Rien de positif sur ce blog". Voilà, c'est dit... puisque tu le demandes. Et maintenant que j'ai obéi à cette injonction insolite, il ne me restes qu'à te souhaiter un très bon dimanche et à me réjouir de ta résurrection.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci pour ce commentaire "bonne humeur"
      Bonne fin de WE, Jacques

      Supprimer
  40. Le monsieur au poil hérissé19 février 2012 à 09:32

    Je remercie Céléstine (et quelques autres) d'évoquer le possible malentendu. Je sais qu'il s'agit de cela puisque mes intentions n'ont pas été comprises. Tout cela n'est vraiment pas grave, mais je suis quand même triste de constater que Coumarine n'entende pas mes dénégations, triste de l'avoir blessée, en colère de la voir rester enfermée dans son idée, en colère de la voir distordre mes intentions et rallier à elle une "bienveillance" protectrice finalement très séléctive : « on est tous avec toi Coumarine, et ceux qui te dérangent sont forcément des ronchons aigris ! ».

    Jamais je n'ai demandé à voir s'exprimer ici de la hargne, de l'agressivité, de l'insulte. J'en ai pourtant vu dans le fil des commentaires.

    J'ai seulement voulu dire que le manque d'objectivité qui règne ici me mettait mal à l'aise pour intervenir... et je constate que j'avais raison d'être prudent.

    Parce que parfois il m'arrive d'avoir envie d'apporter une autre note dans le concert de gentillesse qui encense "notre" Coumarine. Mais elle est TELLEMENT gentille et formidable et talentueuse et courageuse qu'il semble impossible d'émettre l'idée que, peut-être, cette image n'est pas tout à fait objective.

    Mais au nom de quoi puis-je m'arroger le droit de ternir le positivisme de rigueur ? Je me le demande...

    Finalement la contradiction n'est pas la bienvenue ici. Ce malentendu aura eu le mérite de mettre cela en évidence. Je continuerai donc de lire en silence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On dirait que tu me connais mieux que moi-même;-))

      Au point d'écrire que l'image que je donne de moi ici (gentille, formidable, talentueuse et courageuse, stop ça suffit!!!)
      N'EST PAS OBJECTIVE
      Tu sais que ça me blesse?

      (tu l'as déjà dit plus haut...apparemment tu y tiens que je fausse mon image sur ce blog;-((

      Supprimer
  41. Bonjour, Coumarine.
    De tout ce qui s'est dit ici (et pensé et ressenti encore plus sans doute), tirons-en de la graine.
    Le malentendu est notre fonds de commerce : tant de mots sont nécessaires, tant de temps ...
    Et toujours remettre l'ouvrage sur le métier....
    Moi, j'entends qu'il y a l'amour de l'humanité chez chacun(e) sans distinction, oui aussi (surtout) chez le monsieur au poil... la différence se trouve dans la façon privilégiée pour l' exprimer, l'approfondir, le faire grandir. Avec amité.
    Andromaque

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Andromaque ;-))
      juste te saluer...
      Je sais pas quoi ajouter à ce que tu dis (encore moins le commenter, je suis perplexe...

      Supprimer
  42. Je crois comprendre le monsieur , je crois te comprendre Coumarine ... et vous m'êtes tous deux sympathiques à votre manière . Je rejoins à ce sujet Andromaque dans son commentaire .

    RépondreSupprimer
  43. Je me rallierais assez bien au commentaire de Lorraine (parce que je la connais et que j'ai confiance en elle, dans son expérience humaine et sa sagesse aussi). (Sans exclure les autres, bien sûr). Ou on est libre de faire ce qu'on veut dans son blog: partir, revenir, pauser quand c'est nécessaire (ou obligé par des circonstances extérieures), et pour le reste, si on n'est pas d'accord ou plutôt pas en phase, ben, on part sur la pointe des pieds et on revient quand on le sent. Est-ce vraiment utile de polémiquer? Est-ce que ça fait avancer le schmilblik, comme on dit? Un blog perso n'est pas le lieu pour polémiquer, je pense que ce serait perdre de l'énergie que d'argumenter là-dessus, on peut le faire en d'autres lieux, pour d'autres sujets (politiques par exemple). Voili, voili, voilà ...

    (Pivoine)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bcp ton comm chère Pivoine
      Surotut ces mots sur lesquels je te rejoins tout à fait:
      "Est-ce vraiment utile de polémiquer? Est-ce que ça fait avancer le schmilblik, comme on dit? Un blog perso n'est pas le lieu pour polémiquer, je pense que ce serait perdre de l'énergie que d'argumenter là-dessus"
      Bonne soirée à toi!

      Supprimer
  44. Bon retour Coumarine. Ton blog, que je lis très régulièrement me hérisse souvent le poil aussi. Et je sais pourquoi : je suis envieuse et jalouse d'un caractère si courageux, si positif, si optimiste malgré tout.

    Malgré de l'aide professionnelle depuis des années, je n'arrive pas à sortir de ma dépression : voilà pourquoi je t'envie. C'est de la mesquinerie point final.
    M. le poil hérissé ressent-il les mêmes émotions ?
    Je voudrais bien être comme toi et arrive mal à accepter mon mal-être qui durera sans doute toute ma vie.
    C'est pas pour çà que je te demande d'adopter mes défauts, ni à toi, ni à ceux qui te commentent !

    Bouboulle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Bouboulle
      Merci de ton parler vrai!
      Tu vois, je n'ai pas l'impression d'être courageuse, si tu savais!
      C'est mon combat de tous les jours...
      ACCEPTER (pas se résigner, non ACCEPTER) c'est le seul moyen de s'en sortir
      Bon courage à toi!

      Supprimer
  45. Je suis excessivement pessimiste et complètement désespérée... et pourtant je suis gaie, heureuse de vivre, pleine d'entrain. Allez comprendre ! En littérature je veux la violence, la cruauté, la polémique, la critique, la hargne, la rage comme antidote à l'optimisme capitaliste, la béatitude publicitaire et le consensus totalitaire !

    Mais ça n'a rien à voir avec la question du jour sans doute !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. K.role, sur le blog, je tiens à écrire "positif", pour contrer les effets mortifères de l'actualité et de mon humeur en dents de scie (des fois assez déprimée!)
      Par contre quand j'écris de la fiction,alors je m'en donne à coeur joie dans le cynisme, la cruauté mais l'émotion aussi
      Finalement il y a les deux en moi!

      Supprimer
  46. Seulement la troisième ??? Tu es sûre ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. euh.... ben... peut-être la quatrième...
      mais pas plus, pas plus!!!
      ;-)))

      Supprimer
  47. je vais tirer une autre réflexion à la suite des avis et opinions exprimées; on n'est jamais sur d'être compris, les autres peuvent projeter sur mes mots et les quiproquos sont les plus courants qui engendrent de telles difficultés. On juge hâtivement aussi parce qu'il n'est pas facile d'approcher la complexité, la vérité de l'autre. Je ferai donc mieux de me terre la prochaine fois mais l'anathème n'est pas mon genre, par contre prendre parti pour coumarine
    ne e gène pas et j'ai expliqué pourquoi.
    On peut penser que le site est trop louangeur et flagorneur dans une forme de satisfaction et auto contemplation, ce serait une sensibilité parmi d'autres
    mais ce serait méconnaître l'esprit qui règne ici, de la bienveillance à l'état pur!
    brf quand on veut jeter un pavé dans la mare, les canards peuvent réagir mais ça ne bouche pas tous les coincoins.

    RépondreSupprimer
  48. Je voudrais dire quelques mots au Monsieur au poil hérissé (puisqu'il me cite nommément)

    "Je persiste à penser qu'il y a eu un malentendu entre vous et Coumarine. Votre mail n'était pas si vindicatif, son billet n'était pas si hargneux, vous avez eu le courage de venir commenter, elle a eu le courage de vous répondre. Et on a assisté de part et d'autre à un bel exemple de manquement à un des quatre accords toltèques: la parole impeccable. Car dès lors que l'on choisit des mots sans réfléchir à leur impact, on déclenche une réaction en chaîne dont on perd vite le contrôle.Moi la première, en posant le premier commentaire ou presque, j'ai donné le ton. Nous avons tous eu peur ici que Coumarine ne souffre de cet échange, et, oui, nous l'avons défendue, protégée, car elle n'a besoin que d'amour et sûrement pas de souffrance. Sans doute, quiconque aurait subi ce qu'elle a subi serait aussi à fleur de peau qu'elle, et on ne peut pas la blâmer d'utiliser son blog comme un baume à ses blessures. Voilà pourquoi les commentaires ici sont toujours positifs. D'ailleurs, mis a part le "poil" qui a mis le feu aux poudres,je trouve le fond de votre pensée positif et bienveillant pour elle. C'est pour cela que j'ai parlé de malentendu. Mais ici, c'est un blog perso, ce n'est pas un forum où chacun exprime une opinion, c'est un jardin où l'on converse gaiement autour d'un thème donné par la maîtresse de maison. Vous sentez la différence?
    Je vous adresse mon plus amical salut"

    Et toi Coumarine, je t'embrasse fort, parce que j'aime venir dans ton jardin où je me sens toujours bien reçue, et où chacun peut s'exprimer dans le respect et la bonne humeur.En hommage à notre cher Petit Belge, je nommerais bien ton contradicteur "Youri" ;)

    Pardon d'avoir été aussi longue.

    RépondreSupprimer
  49. Je vais dire un truc tout con, au sujet de "je ferme ou pas". Pourquoi ne pas laisser ouvert et seulement réduire la voilure ? écrire moins souvent, peut-être sous une forme moins "instantanée". Après ce n'est plus vraiment un blog comme définit dans le dictionnaire, mais on s'en fout.
    Et puis la fréquentation baisse aussi, mais n'est-ce pas mieux que d'envisager la chose en mode "tout ou rien" ? fermer la porte à clef c'est dur, laisse juste entrouvert ;-)

    RépondreSupprimer
  50. Si le coeur t'en dit, si cela ne t'ennuie pas, je t'ai taguée sur mon blog... amicalement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai été voir sur ton blog...
      et ...ouf je ne suis pas mentionnée
      Ceux qui me connaissent bien savent que je ne réponds pas volontiers à un tag..
      Alors oui,je suis soulagée que tu m'aies "oubliée"
      Pourtant j'ai lu TES réponses avec plaisir... ben oui...un peu de contradiction...;-))

      Supprimer
  51. dans les schémas relationnels dans le modèle qui utilise une typologie animale il existe le hérisson, je reconnait que cette boue de piquants est assez proche parfois de mes comportements, il faut être caressé dans le sens du poil sinon on risque d'être de mauvais poil. Dans la mise à nu quand on se montre ainsi que ses faiblesses on peut avoir besoin de vite retrouver sa fourrure épique. Mon éthique c’est que au delà de l'étiquette je quette encore trop souvent le regard approbateur alors qu'il n'y a pas de raison de ne pas se lancer à condition de ne pas traverser la route quand il y a des voitures.
    voilà je me suis rangé des voitures et j'adopte une position d’observateur qui cherche juste à comprendre les réactions. Je sais d'expérience que la dimension projective, dont nous avions bien parlé ici, peut pervertir toute intention anodine, alors on peut tester les intentions réelles et ensuite ça peut se compliquer ou s'éclaircir! Moi ce que j'en dis c'est qu'il faut temporiser mais que ce n’est pas toujours aisé.

    RépondreSupprimer
  52. Isolé que je suis, la note de coum me donne beaucoup d'appétence pas forcément en ayant toutes les compétences, mais l'envie assurément de revenir sur un point; l'esprit d'un blog est donné par la tonalité des suiveurs habituels, un nouveau au sens de silencieux et qui n'occupe pas l'espace aux yeux des autres pourrait passer pour un renard dans un poulailler si il se laisse aller à émettre des doutes sur le mode relationnel dominant en vigueur, car ce serait comme s'étonner du temps qu'il fait, la météo des blogs est multifactorielle mais résulte de conjonction ensuite si le consensus est de rigueur avec des mots gentils cela peut être circonstancié à des événements qui amènent une fréquentation bienveillante, mais si cela s'impose c'est par une logique agrégative qui donne du sens aux adhésions . Il ne s'agit pas de caquètements de gallinacées ! suivre un blog en silence est une chose, trouver et prendre sa place y compris dans une expression juste et mesurée en est une autre.

    RépondreSupprimer
  53. A la lecture de pas-sages tels que :
    - "Jamais je n'ai demandé à voir s'exprimer ici de la hargne, de l'agressivité, de l'insulte. J'en ai pourtant vu dans le fil des commentaires."
    je sursaute
    ce Monsieur n'a pas été insulté ici, personne d'autre non plus...
    pourquoi agiter un statut de victime totalement injustifié ?

    - "J'ai seulement voulu dire que le manque d'objectivité qui règne ici me mettait mal à l'aise"
    objectivité ?
    mon critère : l'honnêteté intellectuelle qui me semble de loin plus rigoureuse qu'une "objectivité" régulièrement brandie comme épouvantail par qui râle de ne pas voir uniquement reproduire sa propre pensée.

    - "Parce que parfois il m'arrive d'avoir envie d'apporter une autre note dans le concert de gentillesse qui encense "notre" Coumarine. Mais elle est TELLEMENT gentille et formidable et talentueuse et courageuse qu'il semble impossible d'émettre l'idée que, peut-être, cette image n'est pas tout à fait objective."
    Si image il y a, elle appartient à Coumarine seule. Si chacun(e) d'entre nous se construit une image de Coumarine, c'est notre liberté. Mais Coumarine n'est pas "notre" pour autant. Car loin de nous tout esprit d'une possession aux antipodes de notre empathie. De plus, les fourmis que nous sommes, n'ont que faire des encensoirs (pas plus que des crachoirs).
    Enfin, Coumarine n'est pas un objet, même pas d'objectivité...

    - "Finalement la contradiction n'est pas la bienvenue ici."
    Pitié, quelle généralisation simplificatrice ! "Une" contradiction ne se sent pas ici comme un poisson dans l'eau ? Beau dommage. Mais on pourrait craindre que cette contradiction-là ne ressemble à une grenouille se prenant pour un boeuf !

    RépondreSupprimer
  54. Je suis attristée de la tournure que prennent ici les "événements". Revenir aux faits, aux mots de départ et prendre leur mesure, permettrait peut-être de voir combien ceux-ci ont été amplifiés, et leurs intentions probablement déformées (mais c'est le risque de l'outil internet lorsqu'on n'a pas la personne en face pour lui exprimer ses sentiments et pensées).
    En outre, je suis convaincue que le phénomène de bouc émissaire (en l'occurrence ici le Monsieur réduit au "poil hérissé")s'inscrit presque naturellement dans la logique d'un groupe qui tend à se fermer (pour des motifs d'ailleurs très certainement légitimes)sur une "voix à l'unisson". Un choeur ne trouve-t-il pas sa beauté dans l'éclat et l'écoute de ses différences ?
    Certains ont tenté de le suggérer (l'hypothèse des malentendus), mais sans grand succès ... Bref, je ressens comme un malaise, mais ne souhaite nullement alimenter une polémique.
    Aussi,je me retire sur la pointe des pieds, vous souhaitant une belle route, et à toi Coumarine, un rétablissement solide.
    Amicalement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En écrivant ce billet je suppose que je savais que je m'aventurais sur un terrain dangereux
      Ce que je pensais être un peu d'humour me dépasse à présent largement
      Et donc je ne réponds qu'à ce commentaire me permettant te dire pourquoi je ne réponds plus à aucun autre
      Maintenant,il me faudra renouer avec le bon "style" dans mes futurs billets
      On verra...

      Supprimer
  55. je reste en ligne et je suis complétement JEA dans ses commentaires, il y a une nuance entre donner une opinion et émettre un avis, même de coup de vent, ou coup d'épée dans l'eau, ça fait parler plus que les grenouilles mais ce n'est pas catastrophique vu la météo du blog; peut être nous livrons nous à un exercice salutaire au delà de l'unanimisme bon teint; il va sans dire que chacun à les meilleures intentions du monde, la difficulté étant qu'on ne maîtrise pas toujours l'interprétation qui en est faite par les autres; prudence et vigilance sont donc de mise même dans les avis de beau temps!

    RépondreSupprimer
  56. A monsieur "Lepoilhérissé":
    Malaise, oui... Et je le déplore.
    Je ne répèterai pas ce que d'autres avant moi ont dit mieux que je ne pourrais le faire (Célestine et Zénondelle tout particulièrement), avec différentes approches et points de vue qui, chacun à leur manière, reflètent la gamme et les nuances de mes propres ressentis.
    Mais j'expliquerai ce qui m'amène à commenter ici, personnellement.
    Je ne suis pas blogueuse.
    Par contre, lectrice régulière de nombreux blogs de différents genres, dont le point commun - selon mes propres critères, forcément subjectifs - est la bienveillance, mais sans mièvrerie. Le "bisounours câlin bisoussss" n'est pas ma tasse de thé; cela dit, la polémique hargneuse non plus. Quand le ton d'un blog ne me convient pas, je passe simplement mon chemin.
    Je ne laisse pratiquement jamais de commentaire nulle part, ayant tendance à considérer que ce que j'ai à dire n'amènerait rien de plus à ce qui a déjà été exprimé par les autres. J'ai commenté ici, chez Coumarine, à quelques occasions, parce que la note de ce jour-là m'avait particulièrement touchée, et qu'il me semblait avoir un petit quelque chose à apporter sur le sujet.
    Mais depuis que Coumarine est malade, je suis régulière, "fidèle au poste", en quelque sorte.
    Tout simplement parce qu'il a paru évident dès le départ que le soutien qu'elle reçoit de notre part ici, sur son blog, est positif pour elle. Qu'il lui est précieux, même si par ailleurs elle est très entourée par ses proches. Une épreuve comme celle qu'elle traverse est pénible, physiquement autant que moralement. Angoissante aussi. Longue (et dans ce genre de situation, "long" semble devenir synonyme, dans les moments de lassitude, d'"interminable"). Qu'elle est fragilisante. Rien n'est à négliger alors, selon moi, pour chercher à accompagner, encourager, soutenir. Pas le moindre petit mot.
    Voilà pourquoi je pense qu'en ces moments particuliers, la bienveillance et la sollicitude se doivent d'être au rendez-vous, plus encore qu'à l'accoutumée.
    C'est aussi pour moi une manière de la remercier pour ce que son blog m'apporte depuis que j'en ai découvert l'existence.
    Il peut m'arriver de ne pas être d'accord avec Coumarine sur tel ou tel sujet. Et si un jour, une de ses notes me "hérisse le poil", et que j'ai envie de lui faire connaître mon opinion, je le ferai. Ici ou en privé s'il s'agit de quelque chose de trop personnel.
    Mais présentement, vu les circonstances particulières que je viens d'évoquer, ce n'est pour moi aucunement constructif de polémiquer ou de lui renvoyer quoi que ce soit de négatif. Même avec courtoisie.
    Si ce que j'ai dit dans mon premier commentaire vous a paru insultant, Monsieur "Lepoilhérissé", sachez que ce n'était nullement volontaire.
    Je crois effectivement, à la lecture de vos échanges avec Coumarine, que vous n'aviez pas non plus l'intention de la blesser. Qu'il s'agit plutôt de maladresse.
    Et qu'il entre bien souvent dans la communication, une bonne part de malentendus. (voir plus haut la très pertinente note de Pastelle)
    C'est pourquoi j'ai tenu ici à vous faire part de mon point de vue sur la question. Et j'espère ne pas ajouter un malentendu supplémentaire, mon intention étant au contraire de calmer le jeu...

    RépondreSupprimer
  57. Ah... l'humour et ses "degrés"!

    Je te recommande d'écouter sur France Inter tous les jours à 12h20 "à votre écoute coute que coute"...
    Amusants aussi, les commentaires qui vont avec, sur le site d'Inter...

    http://www.franceinter.fr/emission-a-votre-ecoute-coute-que-coute

    RépondreSupprimer
  58. Toujours à Monsieur "Poilhérissé"
    Juste un petit mot supplémentaire : au moment où je rédigeais le billet précédent, qui m'a pris beaucoup de temps, car je tenais à "peser mes mots", Coumarine n'avait pas encore commenté chez Zénondelle. Je tenais donc à préciser que ce que j'exprimais là venait de moi seule, sans savoir ce que Coumarine ressentait à propos de ce qui était en train de se passer sur son blog. J'aurais d'ailleurs écrit le commentaire précédent plus tôt si je n'en avais pas été empêchée par des circonstances d'ordre privé, parce que toute cette histoire me navrait...
    Et que je suis allergique à toute situation où quelqu'un se retrouve dans le rôle de "bouc émissaire", ou quoi que ce soit de cet ordre.

    RépondreSupprimer
  59. eh bien on ne s'ennuie pas, sauf moi qui ai du temps à revendre! ce n'est certes pas la controverse de Valladolid
    ni l'affaire Dreyfuss mais il aurait pu y avoir dans ces échines qui se hérissent, dans pilosité qui comme la pile usitée donne de volts, une force contre électro-motrice
    qui aurait tempérer les montées d'adrénaline.
    L'électrochimie ne sera pas requise, la question ne sera pas posée comme disait l'avocat général, non tout ce pataquès a un sens et un intérêt au moins, celui de voir que certains se sentent concernés et réagissent, que d'autres sont consternés et se taisent et qu'au milieu il y a de tous les genres.
    Ah le potentiel d'action, cette enthalpie libre nernstienne qui donne des élans moteurs avant que de ...COUPEZ c'est un mauvais film, un mauvais scénario, il faut réécrire le script !
    mais bon disons que l'expression n'est pas lésée ni biaisée dans tout ça, elle est favorisée et pas pour égratigner tel ou tel mais juste se demander pourquoi les imberbes ont plus de retenu et de sans froid ?

    Foi de barbu

    RépondreSupprimer
  60. Le monsieur au poil doux qui se fait tout petit20 février 2012 à 19:51

    Juste quelques mots pour dire que j'ai lu les derniers commentaires, dont certains sont porteurs d'une belle lucidité, pleins d'humanité et ouvrant à la conciliation. Je voulais remercier leurs auteurs (chic, de nouveaux blogs à découvrir !).

    J'aurais beaucoup aimé pouvoir poursuivre l'échange, car ce qui est apparu au fil des commentaires élargit la réflexion bien au delà du point de départ. Je suis profondément désolé d'avoir causé des blessures, tant à Coumarine qu'aux personnes qui l'apprécient... et en même temps je trouve que ce qui s'est dit ici valait le coup.

    Hop, je me lisse le poil autant que je peux pour l'adoucir et je retourne dans ma discrétion.

    RépondreSupprimer
  61. Héhé ! Amusant tout ça…
    J'avoue avoir bien pris mon pied, comme disent les d'jeunes !

    Je ne mettrai pas forcément la main de ma soeur dans la culotte du zouave… Mais il me semble bien avoir reconnu, à certaines façons de dire, le blogueur qui s'intitule ici : "Le monsieur au poil hérissé"

    en tout cas, question alimentation des commentaires et tout ça… Chapeau Coumarine ! Tu fais très fort !

    :-))

    RépondreSupprimer
  62. Ben moi je trouve que c'est allé bien loin pour peu de chose... Parce qu'au final Ce commentateur n'a rien dit de méchant, non? Il n'a fait qu'exprimer son ressenti et poliment et en privé en plus. La première levée de boucliers, moi je l'ai trouvé très excessive et partiale.

    La suite un peu plus nuancée, heureusement.

    Et quand je lis, son dernier comm où il se dit "profondément désolé" ben je trouve qu'il y a pas de quoi, car je crois que personne n'a été "blessé". Offusqué, agacé, titillé, mais blessé?? ^^

    Par contre effectivement, ça a eu le mérite de faire du bruit et de brasser l'uniformité ;)) Pour ma part je préfère la franchise un peu brutale ou maladroite au "consensus bienveillant" et je dois avouer que parfois, oui, moi aussi je n'ai pas commenté par "crainte" de fausse note : je suis donc aller le dire en privé à Coumarine, en prenant d'autant plus le risque de la secouer d'ailleurs (tu t'en souviens Coumarine?!! ;))

    Les commentateurs, tout comme les amis, c'est fait aussi pour ça, à mon sens!

    Julie M.

    RépondreSupprimer
  63. Trop de comm n'encouragent pas à la lecture...C'est comme quand il ya des disputes qui n'en finissent pas dans une famille ( c'est à celui qui a raison et celui qui a tort etc à l'infini)moi je me retire... Et si tu passais à un autre texte Coumarine...

    RépondreSupprimer
  64. si les réactions ont été aussi nombreuses j'oserai une tentative non d'explication ni de devin mais il me semble que nous avons touché du doigts la" sphère d'intelligence"
    et les limites à la proximité comme à la prolixité du reste.
    Du zest il restera un peu de piquant mais sans acidité, l'aridité non plus ne passera pas par nous.
    Je pensai que nous irions vers un débat de genre sur la testostérone qui atteste que des tête se montent plus vite que d'autres!

    Point de méchanceté c'est certain mais les manières de faire et de dire peuvent être déplaisantes selon l'humeur et les circonstances.

    voila tout je n'y reviendrai plus, j'ai asséché le sujet dans ma tête mais pas assiégé quiconque et pour mes brises de parole un peu longue mille excuses, je suis dans un lit de clinique et je rode sur le web!!!

    RépondreSupprimer
  65. Je n'étais pas venue depuis quelques jours...j'étais à peu près sûre que tu avais repris ton blog et je vois que c'est même au-delà de mes espérances et je suis ravie... je reviendrai pour lire plus attentivement et pour lire aussi les commentaires...Abientôt, le soleil est revenu et ça donne du courage;..Je t'embrasse!

    RépondreSupprimer
  66. Hey there! I've been reading your website for some time now and finally got the bravery to go ahead and give you a shout out from Huffman Tx! Just wanted to tell you keep up the good job!

    Look at my blog; information

    RépondreSupprimer
  67. I absolutely love your blog and find most of your post's to be what precisely I'm looking for.
    can you offer guest writers to write content to suit your needs?

    I wouldn't mind creating a post or elaborating on a few of the subjects you write concerning here. Again, awesome web log!

    RépondreSupprimer

un petit mot à dire?

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails