lundi 2 mai 2016

Du sable aux arbres de la forêt

La semaine dernière, j'ai vécu une semaine tranquille et bienfaisante avec mon mari.
Pour un anniversaire de mariage qui compte, nos enfants nous avaient offert quelques jours dans un endroit de rêve, sur la côte d'Opale
Il faisait froid, venteux, mais aussi ensoleillé. Mais qu'est-ce que le froid, qu'est-ce que le vent quand on est chaudement emmitouflés?
Et nous avons marché des km. Sur la plage bien sûr, loin des maisons... là où on était en prise avec le mouvement incessant  des vagues, avec leur écume ardente. Là où l'infini bleu du ciel rejoint celui de la mer piqué ça et là de bateaux lointains.
Bienfaisante évasion de l'ordinaire de nos vies, peut-être trop courte mais d'autant plus appréciée


Mercredi je repars, mais seule cette fois dans un endroit que j'aime beaucoup, dans lequel je vais me ressourcer de temps en temps. J'en ai d'ailleurs parlé sur ce blog, ou peut-être dans mon blog qui précède (sur canalblog).
Avec un petit groupe d'une trentaine de personnes, nous allons nous plonger dans la poésie, source de Vie. L'animateur est un fan inconditionnel de Guillevic, et au fil des ans il m'a gagnée à cet amour.

Je serai dans un endroit de silence et de paix, c'est MON moment à moi, dans une solitude que j'aime beaucoup, beaucoup, qui me permet de reprendre contact avec mon être profond qui m'échappe un peu trop dans le brouhaha de la vie

Je lirai (beaucoup). J'écrirai (beaucoup). Je discuterai de sujets passionnants avec des gens passionnants!

A la semaine prochaine donc

lundi 25 avril 2016

Il faut entonner les refrains!

C'est d'abord un écheveau de mots sans foi sans loi sans toit

Il y a des mots qui font la loi, des mots qui tapent et qui frappent
Il faut gratter la croûte, il faut oser le sang, braver les déchirures
Tu ne les vois pas? Ils sont sanglés sur les langues sanguinaires
Il y a des mots ébouriffés, d’autres qui claquent des dents
des mots qui soliloquent dans les gorges enflées par des hoquets sordides
Il y a des mots nomades qui s’aventurent à l'impotence
tandis que d'autres s'arc-en-cielent au dessus des océans
Il y a des mots qui trompent joyeusement les frontières
et s’en viennent danser sur la crête des vagues
des mots habités de sources et de cascades vives
et qui ne cesseront jamais d’être des mots de résurgence
J’en connais quelques uns de ces mots de courage
Etincelle, ardeur, infini, espérance, silence, chemin, cadeau
Je m’arrête là…mais vous pouvez continuer le refrain...
littlebirds

C'est un "vieux" texte que j'ai écrit en novembre 2007
J'ai eu envie de vous le partager!

mercredi 20 avril 2016

on mange quoi ce midi?

Lentement mais sûrement, je diminue la viande
Influencée sans doute par les vidéos de maltraitance animale qui circulent en abondance sur le net
Influencée aussi par l'impact écologique que suppose l'élevage intensif
Et puis la viande, je ne la mange plus avec le même appétit, à vrai dire je ne l'aime plus!
Donc pourquoi me forcer, à manger quelque chose qui me déplaît?

Mais mon mari lui, adore toujours la bonne viande "cuisson" bleue, tout ce que je déteste et qui m’écœure
Donc lui souhaite continuer ce bon régime carné!
Le petit problème c'est qu'il me presse de faire comme lui: la viande est bonne pour la santé, me serine-t-il à chaque repas, tu vas perdre tes forces, t'anémier et le reste!
Quand il me dit ça, je crois entendre sa mère, et la mienne pour lesquelles manger de la viande était absolument nécessaire pour garder une bonne santé!

Pas facile de changer d'opinion puis d'habitude, quand l'autre est persuadé que me priver de viande est mauvais et va nuire à ma santé déjà, il faut le dire, quelque peu malmenée!
Je tiens bon pourtant, tout en sachant bien que je dois trouver d'autres protéines que celles de la viande rouge!
Le poisson par exemple, que j'aime bcp, dont je varie les préparations pour l'inciter à en découvrir la saveur
Le poisson, il détestait, à cause des préparations de son enfance!
Il évolue, mais j'y veille!
Tiens ce midi, je prépare une truite saumonée, au four, avec plein de petits légumes coupés en morceaux

Ce sera tout à fait délicieux!!!

dimanche 17 avril 2016

Une histoire de carreaux de salle de bain

Ce matin, plongée dans mon bain moussant, je rêve... je suis bien!
Je regarde les carreaux du mur d'en face, et soudain je me souviens...
Il y a presque 5 ans, c'est en regardant ce même mur que je me suis rendue compte que quelque chose n'allait pas
Et même pas du tout!
Il y avait dans ces carreaux de larges bandes noires, incongrues, pas normales!

J'ai paniqué.
Je suis sortie frissonnante de ce bain.
J'étais seule, j'avais refusé d'aller avec mon mari au mariage d'une connaissance, cela faisait plusieurs jours que je ne me sentais pas bien!
Que faire quand on est seule et qu'on se demande ce qui se passe?
On se couche et on attend.
A ce moment ma fille infirmière m'appelle, elle s'inquiétait de sa maman.
J'ai à peine le temps de dire un mot qu'elle me répond d'un ton pressé: prépare-toi, on va aux urgences!!

C'est ce jour-là qu'en quelques heures j'ai perdu définitivement la vue de l'oeil gauche

Depuis je surveille avec une étrange constance les carreaux de la salle de bain!
Surtout quand je ne me sens pas au meilleur de ma forme

Ce qui est le cas aujourd'hui...
Je prends pourtant consciencieusement chaque matin (en plus des autres médicaments) mon petit comprimé antidépresseur
Il agira sur le long terme, je garde confiance
Mais il n'empêche, j'ai regardé plus longuement ces fichus carreaux ce matin!

C'est curieux, je n'avais pas d'idée préconçue en ouvrant mon PC ce matin. Et en commençant à écrire, voilà que c'est ce sujet que j'aborde. Pourquoi?
Pourquoi je suis si souvent dans la peur que l'artérite temporale reprenne et m'ôte la vue de l'autre oeil?
Pourquoi cette peur blottie sans cesse au fond de moi? et qui n'attend qu'un signe pour émerger?
Pourquoi ne puis-je faire davantage confiance en la Vie?
Pourquoi ne pas croire que j'aurai la force d'affronter n'importe quelle situation, même celle que je redoute, beaucoup trop puisque je suis suivie par toute une équipe médicale?




mercredi 6 avril 2016

se reconnaître faible

Et voilà! je suis punie par où j'ai hélas péché! Je m'explique:
J'ai écouté et regardé les info et les opinions toutes plus intéressantes les unes que les autres (télé, journaux, l'internet) jusqu'à plus soif...
C'était comme une obsession: il me semblait que si je ratais une seule info, je ratais tout!
J'ai lu combien mon pays était critiqué et j'ai été forcé de reconnaître que oui, on avait raison de critiquer, que le gouvernement avait vachement foiré et plus encore...
Aujourd'hui, pas ou peu de métros, la fouille partout avant d'entrer dans un bâtiment public, ce n'est pas fait pour apaiser les peurs
Et quand les bruits médiatiques infernaux sur les attentats ont commencé à s'apaiser... d'autres bruits ont surgi: les barrages sur les routes des camionneurs wallons pour protester au sujet de la taxe que le gouvernement leur impose (décidée pourtant depuis 5 ans...) bloquent le pays, assèchent les pompes d'essence, les magasins, les restaurants
Ce pays va mal, il faut le reconnaître
Les Belges passent leur temps, leur énergie, leurs finances à s'étriper dans les querelles linguistiques: c'est de plus en plus grave!!

Il y a quelques jours, j'ai réalisé que j'étais contaminée par le pessimisme ambiant. ces nouvelles déprimantes, ces peurs coincées dans un coin de ma tête et véhiculées partout autour de moi
Et... j'ai un peu craqué!
Vous avez remarqué, cela fait depuis ce 22 mars de sinistre mémoire que je n'écris plus!
J'en suis incapable, je ne vais pas trop bien, j'ai plongé dans une petite dépression
Malgré ma résistance, j'ai bien dû accepter de prendre un antidépresseur

Accepter de me reconnaître faible, de ne plus pouvoir me débrouiller sans ce médicament (qui s'ajoute aux autres...) cela n'a pas été facile, ce ne l'est toujours pas : je suis encore un peu fâchée sur moi
D'autant qu'il faut patienter quelques jours avant qu'il fasse un minimum d'effet.

J'ai en tous cas en premier lieu, décidé de prendre mes distances avec l'actualité... c'est urgent!
(merci à ceux qui se sont inquiétés de moi...)

claude Théberge

mardi 22 mars 2016

Voilà! On s'y attendait en quelque sorte!

J'habite à 5 km environ de l'aéroport où les faits se sont produits, j'ai entendu tout au long de la matinée la cacophonie infernale et anxiogène des ambulances. J'habite aussi sur l'axe aéroport-hôpital Saint Luc où pas mal des blessés ont été hospitalisés.
Le drame pas loin, tout près...
Je l'ai appris par un de mes enfants qui s'inquiétait pour nous, et donc j'ai branché ma télé. Je voulais savoir...
et j'ai vu en effet... puis j'ai éteint cette foutue télé qui provoquait en moi des sentiments de colère, de rage, d'impuissance, de chagrin, et de peur pour l'avenir
Une de mes filles me disait avoir peur, si peur pour l'avenir de ses enfants! C'est sûr qu'ils vivront dans un monde différent de celui où leurs parents ont grandi, un monde d'inquiétude, où les soldats armés de mitraillettes guetteront à tous les coins de leur ville. S'habitue-t-on à cela? et comment l'expliquer aux jeunes enfants ?

Aujourd'hui des élans solidaires: des offres de transport pour permettre aux gens de rentrer chez eux (les transports en communs sont fermés) et même de logement à Bxl et environs. Les bienfaits de FB qui permet à la solidarité de s'organiser. J'aime voir que les gens restent des humains prêts à aider leurs semblables, cela réchauffe le coeur

L'alerte est remontée à son max... bonjour cette atmosphère ultra sécurisée qui, si elle peut rassurer quelque peu, nous plonge dans un sentiment d'être dans un état policier. Demain quand j'irai à l’hôpital saint Luc pour ma séance de kiné, je devrai me laisser fouiller, comme au lendemain du 13 novembre. Ce n'est pas ce que je préfère, vous me croirez je suppose!

Beaucoup d'inconnues encore, mais l'EI a revendiqué son forfait

Ce dessin pour lequel j'ai craqué est de JULIE HOYAS

Un mot encore: je voudrais remercier ceux qui se sont inquiétés pour moi et les miens, ici ou sur FB. Cela fait chaud au coeur
Je me dis que la seule chose qui nous sauvera, c'est l'amour: heureusement que cela existe
Aimez-vous fort et dites le vous!

lundi 21 mars 2016

Vous désirez monsieur?

Le petit devoir de Lakevio



Si elle savait...
Si elle savait que je la regarde, que je la dévore, que je la mange...
Tous les jours à la même heure elle gravit ces quelques marches qui la conduisent à la place Dummont, d'où elle prendra le métro qui, je le sais, la conduira chez elle.

Et tous les jours je la guette avec résignation sans plus oser me manifester. Je l'ai fait une fois, une seule fois, une toute petite fois, avec des étoiles dans le coeur... et elle m'a toisée de haut en me demandant d'un air supérieur: - vous désirez monsieur?

Rien... je ne désirais rien, enfin rien de spécial, juste faire connaissance, lui proposer d'aller boire un café ensemble, en amis, rien qu'en amis... mais en réalité je désirais tout: marcher à ses côtés, lui frôler le bras, comme ça, l'air de rien, et que ça ferait des étincelles en moi, en elle. M'arrêter, et la regarder de cette façon qui fait des ravages dans le ventre. Lui caresser les cheveux fous, approcher mon visage du sien, oh la la quelle affaire! Respirer son parfum... Rien que d'y penser,  cela déclenche un ouragan en moi, de ce genre d'ouragan qui fait monter les vagues et laisse sans force!

On me dit bel homme, mais être beau ne donne pas cette assurance qui séduit les femmes. Hélas! Car je dois bien le reconnaître, elle m'a tout bonnement éconduit, comme si je lui avais fait l'offense de sa vie.

Donc c'est foutu, et je me contente de la regarder, le coeur triste et solitaire

Bon et la suite, il se passe quoi maintenant, c'est d'un banal ce que je viens d'écrire; j'ai pas d'idées aujourd'hui on dirait. Bon! Voyons, il doit se passer quelque chose, genre je sais pas moi, tiens... un appel de phare par exemple qui la fait redescendre en vitesse les deux marches et se tourner vers la rue. C'est la voiture d'un ami croit-elle... mais non! et la voiture est déjà loin...

Et alors... là j'hésite... non! j'ai une idée... elle perd l'équilibre et s’étale de tout son long, son parapluie vole à quelques mètres, sa guitare aussi, avec un bruit d'enfer, elle appelle au secours, elle s'est cassé la cheville. Ou le poignet... Lui sort vite de la maison, court vers elle, voyant là l'occasion de sa vie, puis se ravise, il hésite... et soudain lui demande d'un air légèrement supérieur: - vous désirez mademoiselle?

Oh! ça c'est vache ça... ce serait lui rendre la monnaie de sa pièce à cette nana

Bon je dors un coup là dessus et je verrai demain comment je termine cette petite histoire...



LinkWithin

Related Posts with Thumbnails