dimanche 14 janvier 2018

j'attends les perce-neige

A la suite des précédentes, l'année 2017 fut une année difficile pour moi: j'ai passé des semaines en clinique et ensuite, j'ai passé des semaines à guérir mes plaies
Puis à réapprendre à marcher...  sur des jambes qui tremblent

L'année 2018 s'annonce nouvelle à tous points de vue, sans trop d'orage, cela devrait aller!
Sauf que le moral ne suit pas: je suis descendue trop profondément! Et je ne parviens pas à remonter.
Je refuse de prendre un antidépresseur quelconque, ces médicaments ne me conviennent pas. Mais alors pas du tout! J'ai essayé vous pensez bien... Et quand j'ai essayé, j'ai plongé plus bas encore

Je mets donc mon blog en pause: je n'arrive plus à écrire. Parfois je me force, mais rien ne vient.Comme tout le monde, j'ai des joies mais aussi des chagrins, des déceptions. Je les surmonte, mais de plus en plus difficilement.

Alors je me donne le droit de prendre distance avec le Net, les blogs, FB etc
Le temps de reprendre pied dans ma vie et cela durera ce que cela durera. J'espère que le printemps prochain me donnera ma joie de vivre, mon espérance aussi!

Merci à ceux/celles qui m'ont gardé leur confiance et leur amitié, je vous dis au revoir, sans savoir quand je reviendrai, ni même si je reviendrai

Je vous embrasse
Coumarine
Françoise Collandre

j'ajoute ceci
J'ai souvent crané dans ma vie, car je considérais comme une énorme faiblesse de dire et reconnaître que j'étais en dépression/ il me fallait me "secouer", bander mes énergies, ne pas me montrer dans cet état.
Ceux qui me voient ou ont des contacts avec moi, ne peuvent absolument pas se rendre compte de ma détresse: je la cache soigneusement 
Qui vivra verra...

48 commentaires:

  1. Je te souhaite de l'apaisement et que le printemps te communique sa force vitale.
    Je t'embrasse fort.

    RépondreSupprimer
  2. Chère Coum,
    je te souhaite d'être entourée et aimée et plus que tout que tu trouves ceux et celles qui te reconnaitront telle que tu es en ce moment dans ta détresse. C'est essentiel pour revenir à la surface.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  3. Ce qu'il y a de formidable chez toi, Coumarine, et je pèse mes mots, je le fais toujours, crois-moi, c'est le côté universel des émotions que tu retranscris ici, et qui pourtant t'est totalement personnel, intime. Tu es une femme de transmission, je le sais je le sens, je le sais, et tu as besoin de ces phases de vide total... pour te retrouver, lécher/panser tes plaies physiques et intimes. Prends tout le temps qu'il te faudra, et si le désir de revenir ici ne te revient pas, tu n'as pas plus à t'en expliquer qu'à t'en excuser. Le désir n'appartient qu'à soi. Sache seulement que tu vas me manquer. Ce que j'ai d'emblée découvert chez toi tient en deux mots: humilité et générosité.
    PrenDs bien soin de toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suis très touchée par tes mots, La Baladine, tu dis de moi des choses que je crois très vraies, je te remercie pour cela!

      Supprimer
  4. A vrai dire, je m'inquiétais un peu, en ne voyant plus rien - ni de réponse à tes commentaires. Je suis désolée, et j'espère de tout coeur que tu vas remonter la pente - surtout sans trop de désordres physiques. Après tout, c'est bien de te chouchouter... Je comprends que tu n'aimes pas les anti-dépresseurs. Mais il paraît que la dépression du début est passagère. Disons que je fais "sans" aussi, mais que je prends quand même des vitamines D, coup de fouet et du safran (je pense qu'il faut en prendre beaucoup, mais ça ne coûte rien d'essayer).
    Je tiens qu'on est libre d'écrire et de tenir son blogue comme on veut quand on veut... Et je te souhaite le meilleur. Bisous.

    RépondreSupprimer
  5. Je te connais depuis très longtemps, Coum, et je trouve que les deux mots employés par la Baladine sont très justes. Tu m'as accueillie dans ta maison alors que tu ne savais rien de moi. Tu m'as fait confiance sur la simple foi des mots que j'écrivais sur un blog. Pas une seule fois tu n'as douté que j'étais quelqu'un de bien en qui on peut avoir confiance, et crois moi, là où j'en suis de ma vie, je mesure combien tu m'as fait du bien en m'accordant cette confiance, moi qui n'en avais aucune en moi-même. C'est énorme ce que tu as fait, et j'en ai gardé pour toi un sentiment très fort qui a pu te faire peur parfois.Je m'en excuse.
    Aujourd'hui, je voudrais te dire merci publiquement de m'avoir appris tant de choses, par ton courage, ta gentillesse et ton écriture.Et aussi t'assurer que je ne t'oublierai jamais.
    Je t'embrasse du fond du coeur.💜
    Celeste
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tes mots me touchent fort Célestine, ils ont fait venir l'émotion au bord de mes yeux. Je t'en remercie et t'embrasse

      Supprimer
  6. Conseil d'amie: va voir quelqu'un. Cela aide vraiment beaucoup et l'adresse que je t'ai donnée est vraiment une très bonne adresse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. peux-tu m'envoyer par mail les cordonnées de cette personne: je les ai égarées... merci Charlotte

      Supprimer
  7. C'est drôle il y a moins d'une heure un ami m'a envoyé cette photo prise aujourd'hui dans son jardin :
    https://ahp.li/b2812be14ecf4ddbf1d3.jpg
    Alors voilà, tu peux revenir, les perce neige sont là...

    Plaisanterie mise à part, je te souhaite un beau printemps, et pourquoi pas l'envie de le partager avec nous. En attendant, prends soin de toi. Je t'embrasse doucement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'aime cette photo Pastelle signe de renouveau... même si ce n'est pas toi qui l'a faite ;-)
      merci!

      Supprimer
  8. je comprends très bien, Coumarine! prends tout le temps qu'il te faut, nous t'attendons, nous pensons à toi et tu as toute notre sympathie

    RépondreSupprimer
  9. Je te souhaite beaucoup de courage, Coumarine, je sais que tu n'en manques pas, prends le temps dont tu as besoin, l'essentiel est que tu puisses te retrouver et te sentir mieux. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  10. On t'attend, on est confiants : les perce-neige c'est pas si loin ! Bon courage et gros gros bisous, chère Coumarine.

    RépondreSupprimer
  11. Une bise alpine spéciale pour toi, remplie de douceur et d'espérance. Prends le temps qu'il faut. Nous attendrons.

    RépondreSupprimer
  12. Je te lis depuis si longtemps ..tu es une des premières à avoir laisser tes doux mots chez moi...je comprends ton besoin de distance prend le temps pour toi et fais nous signe de temps en temps... Je t'embrasse tendrement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui nanou, tu es une de mes plus anciennes lectrices
      J'ai le coeur serré ce matin...
      je t'embrasse fort

      Supprimer
  13. pour le reste, merci à ceux/celles qui sont venus mettre ici un petit mot gentil: ils me font du bien...

    RépondreSupprimer
  14. Si désolée pour toi, Coumarine. Désolée de ce grand trou noir, cette ombre permanente qui te couvre. Je la comprends. Je connais des gens qui essaient de vivre avec. Je te souhaite de trouver comment écarter les nuages. Dire, c'est bien, écouter, c'est encore mieux. Ecouter le silence. Il peut te conduire aussi à tes forces intimes, à tout ce que tu as fait d'exigeant, de valeureux, de lumineux. Je te souhaite de te retrouver.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu vois, lakevio, impossible pour moi (pour l'instant) d'écrire sur tes consignes
      J'espère que "cela" reviendra....

      Supprimer
  15. Je comprends Coumarine et je reste confiante pour te retrouver un jour ou l'autre ici ou ailleurs.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  16. Prends le temps qu'il te faudra, chère Coumarine, toi seule sais ce qui est bon pour toi. Lorsque l'envie d'écrire sera à nouveau présente, nous serons là pour te lire. En attendant, prends soin de toi et écoute toi. Je t'embrasse fort.

    RépondreSupprimer
  17. Il m'est arrivé déjà de vouloir en finir et au plus bas du bas, j'ai entendu une voix, qui n'en était pas une, me dire "ce ne sera pas toujours comme ça !" cela a ouvert pour moi une porte par laquelle l'espoir, tout petit tout petit au début, comme un infime point de lumière, s'est faufilé... J'imagine que tout l'monde vécu à un moment ou l'autre des expériences comme cela et elles sont si précieuses. kéa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est cet infime point de lumière comme tu l'appelles, qui m'empêche d'en finir
      Merci kéa

      Supprimer
    2. Il y a une soif qui doit être étanchée et tant qu'elle ne le sera pas la douleur sera de plus en plus vive. En tout cas cela en a été ainsi pour moi et ce n'est pas n'importe quoi qui peut étancher cette soif... l'âme ne boit pas de n'importe quelle eau.

      Supprimer
    3. c toi kéa qui a écrit ce commentaire?
      quelle eau boit de préférence l'âme?

      Supprimer
    4. oups ! j'ai oublié de signer. En fait j'ai présumé que l'état dans lequel tu te retrouves vient de cette soif qui habite l'être humain, mais si la source est un manque au niveau physique (ce qui arrive aussi) ce serait différent. Y'a que toi qui pourrait le savoir.
      Mais cette Soif dont je parle peut devenir cuisante pour certaines personnes. Ce serait un bon signe en fait car il n'y a rien de mieux qu'un assoiffé pour trouver l'eau. Celui-ci n'ayant plus rien à perdre il ne se soucie plus de la couleur de la main qui lui tend l'eau... il la prend point final. Si tu veux profondément cette eau tu vas la trouver mais l'édifice des croyances et de tout ce que tu crois savoir doit s'effondrer avant. kéa

      Supprimer
    5. kéa, j'aimerais bcp te contacter, mais je ne connais pas ton adresse mail
      Ce serait gentil de me contacter:
      coum.coumarine@gmail.com
      Merci!

      Supprimer
  18. Il faut du temps, beaucoup de temps, et de l,énergie, beaucoup d'énergie pour déchirer le voile opaque qui nous entoure quand plus rien n'a de sens. Parfois, on n'y arrive pas. Il faut alors se replier sur soi, se laisser aller au mal-être, se recentrer sur soi, accepter d'être faible et de ne plus avoir goût à rien. Se donner le temps de retrouver l'espoir et de trouver la solution. Ca passe parfois par les anti dépresseurs, il faut trouver celui qui te convient en étant, encore une fois patiente car les effets secondaires passent en 3 semaines. Il faut parfois trouver le psy qui te convient à toi, celui qui t'aidera à passer ce cap difficile. Ne culpabilise pas, tu as vécu des moments difficiles, tu es faite de chair et de sang, avec un cœur qui bat et qui lutte pour vivre, un cerveau qui intègre des milliers d'informations, Superman, Superwoman n'existent que dans les livres. Prends soin de toi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Cassy!
      ton commentaire m'est précieux: car vois-tu pour l'instant je me laisse aller au plus bas de mon mal-être, me disant que quand j'aurai atteint le fond de la piscine, je pourrai donner un grand coup de pied vers le haut. C'est ce que j'espère en tous cas ;)

      Supprimer
    2. Sans oublier que les antidépresseurs ne font de l'effet que 3 semaines après la première prise

      Supprimer
  19. Courage à toi. Pourquoi pas une thérapie. Cela peut aider. Pourquoi pas essayer des produits naturels contre la dépression et pourquoi pas faire un peu de sport tous les jours d'une manière progressive( yoga, marche, chi gong.....). Tenter de mettre en place de nouveau projet en donnant un sens à sa vie. Ne pas culpabiliser, accepter son état et le prendre en charge.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci daniel. Tous les jours j'essaie de sortir marcher un moment, pour récupérer la mobilité de mes jambes; accepter mon état, moi qui ai trs été une battante, ce n'est pas si évident!

      Supprimer
  20. Il me semble, en te lisant de temps en temps, que tu vis des choses incroyablement difficiles, te demandant pratiquemet de changer ta manière de fonctionner du tout au tout, et cela au prix de souffrances intenses. Et je suis impressionnée de te retrouver malgré tout toujours et encore dans le partage. Une renaissance aussi complète ne s'apparente-t-elle pas à une sorte d'hiver? Que la chaleur de la terre, l'amour des tiens, les gouttes d'eau de ceux qui te lisent et t'aiment nourrissent ta graine de vie et lui redonnent la force de germer à nouveau....
    De tout coeur en pensées avec toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Mésange pour ce message qui me prouve ta réelle empathie. Oui, je lutte pour rester "dans le coup" du partage et de l'écriture;
      C'est beau et émouvant ton souhait final, MERCI

      Supprimer
  21. J'espère et je te souhaite de trouver les ressources pour affronter cette nouvelle épreuve, car c'en est une.
    Si les médicaments ne peuvent t'aider peut-être peux-tu essayer des exercices de souffle, à faire au début mécaniquement, consciencieusement, si tu en as la force.
    Ça aide.
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui Berthoise, j'essaie de faire la respiration de la cohérence cardiaque et en effet, cela m'aide vraiment!
      Le problème, c'est que je suis tellement engoncée dans ma déprime, que j'oublie de la faire. Alors MERCI de me la rappeler!

      Supprimer
  22. Ma chère Coum, (ah la la, chaque fois que j'écris "Coum", je pense à Olive, tu te souviens ?), j'ai été loin de l'ordi quelques jours durant. Je suis tellement désolée de lire que tu ne vas pas bien, toi si sensible et si réceptive. Sans devenir dépendante d'un traitement, soigne-toi au mieux. Sache que l'on est là pour te dire que l'on tient à toi et que l'on aimerait tant que que tu remontes la pente. Je t'embrasse tout doucement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci ma chère Praline, une "vieille de vieille" qui m'accompagne depuis le début, il a a près de 14ans déjà!!

      Supprimer
  23. Coumarine je comprends très bien et pour cause.
    Je te souhaite le meilleur.
    A bientôt.

    Val

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. contente chère Val de voir que tu es venue aux nouvelles...
      oui! A bientôt!

      Supprimer
  24. Oh Chère Coum'
    Je te serre fort. Prends soin de toi.
    Je vis depuis plusieurs mois les effets de Horton "de l'intérieur".
    Je connais ta force et ton courage et je te souhaite de te reconnecter à la joie.
    Je t'embrasse fort.
    A très vite



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chère Cloudy je pense aussi souvent à toi!
      Me reconnecter à la joie, oui... c'est ce que je souhaite de tout mon coeur!
      Merci à toi...

      Supprimer

un petit mot à dire?

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails