dimanche 25 juin 2017

histoire d'un silence

Je l'ai vu!
Il y a un silence perché là-haut sur la plus haute maison de la ville.
Ce silence se promenait d'abord sur les trottoirs, heureux et décontracté.
Mais il en a trop entendu.
Tellement qu'il est devenu sourd (enfin presque...)
A longueur de journée il  entendait des choses du genre abominable, qui lui ont donné froid dans le coeur, et des rhumatismes, et le nez qui coule sans fin.
Alors il s'est réfugié là-haut pour retrouver une respiration ample, à la mesure de l'immensité du ciel.
Mais le silence est un peu malade, tout courbatu, il est déprimé je crois, il s'est replié sur lui-même.
Il attend là-haut sur le toit de cette maison que le vent change enfin de direction
Il attend 
avec courage
détermination
patience
et même un peu d'espoir.
Un silence qui garde l'espoir, c'est pas beau ça?
Le silence tend l'oreille (forcément) il espère que dans la cacophonie des choses abominables, il entendra bien un ou deux murmures de gens qui s'aiment tout bas tout bas, sans le crier sur le toit
un ou deux mots qui caressent l'âme...des mots qui rassurent, consolent, des mots fleuris de tendresse et de paix


voilà un billet écrit ici il y a assez longtemps; mais il est complètement d'actualité en ce moment pour moi:
alors je lui ai demandé (au silence) de pouvoir le reprendre, de lui redonner vie
Un silence comme ça, c'est trop précieux pour qu'il disparaisse dans le néant; j'ai eu envie de le dorloter, de le caresser, de lui redonner confiance en lui, en la Vie
Je lui ai dit que les lecteurs penseraient comme moi, que ça se cultive un silence comme ça, grand, noble, un silence étonnant, pas courant, un silence qui n'est pas un manque de bruit, un silence porteur de sens.... 


Bram Vanvelde


29 commentaires:

  1. La cacophonie a toujours une fin, le silence lui n'en a pas, il résonne en nous mais seulement l'oreille du cœur peut l'entendre. Merci Coumarine pour ce très beau texte qui me ramène à l'essentiel ce matin. Il me rappelle de revenir à ma maison silencieuse. kéa

    RépondreSupprimer
  2. c'est vrai kéa... pour toi, c'est le matin!
    merci pour ce beau commentaire

    RépondreSupprimer
  3. J'aime le silence, je le cultive volontiers chez moi. Je peux rester longtemps en sa compagnie. En paix. Le silence, pour moi, c'est "luxe, calme et volupté".
    Joli texte :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. dans le chaos bruyant de la vie quotidienne, il faut délibérément le chercher, le cultiver
      Merci La Baladine pour ton appréciation

      Supprimer
  4. Ah oui Coumarine, voici un silence qui mérite d'être partagé.

    RépondreSupprimer
  5. Et puis, du temps passé à dorloter, caresser, à recouvrer confiance, ce n'est pas du temps perdu.
    C'est du temps gagné.
    Gagné de haute lutte...
    Et la lutte, tu connais, tu en est même sortie victorieuse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui Le Gout gagné de haute lutte!
      Je ne sais pas si je suis sortie victorieuse de cette lutte, mais en tout cas, tous les jours j'y travaille

      Supprimer
  6. Un très joli texte sur le silence, Coumarine, tu as bien fait de le sortir (sourire).
    Le silence m'est indispensable, et j'ai de plus en plus de mal avec le bruit, celui-ci m'agresse et me stresse.
    Vive le silence ! :-)
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ben oui Françoise, nos âges (enfin, au mien surtout) on recherche de plus le calme et le silence ;-)

      Supprimer
  7. C'est beau, un silence perché comme un oiseau sur un fil électrique.
    je l'imagine doux et soyeux comme la caresse d'une plume sur la joue.
    Il contient tous les secrets des coeurs lourds, non-dits et cachés, et toute la sérénité de la nature qui le cultive.
    J'aime ton texte.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et à mon tour, j'aime ton commentaire poétique: merci la Céleste!

      Supprimer
  8. C'est en silence et demi, celui de la lutte et de la reprise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça heure-bleue, la lutte et la reprise et vise versa;-)

      Supprimer
  9. J'aime de plus en plus le silence. Je le cultive, je le bichonne, je le respire et je le vis en moi. Il me régénère !!

    RépondreSupprimer
  10. Par quels méandres suis-je arrivée chez vous ? Et j'ai voulu remonter le temps 'et vos posts) pour savoir quelle était l'origine de votre plaie... Et j'ai appris au fil des lignes, que votre parcours n'a pas été facile, mais que vous avez des ressources qui vous aideront à gravir la pente si ardue qui a été la vôtre. J'ai aimé que vous ayez donné vie au silence, perché sur la plus haute maison de la ville.
    Je vous adresse virtuellement toute ma sympathie, et je reviendrai vous lire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonsoir Gwen. Soyez la bienvenue

      Supprimer
    2. j'ai vu que vous participiez au jeu de Lakévio... et c'est beau votre texte!

      Supprimer
  11. J'aime beaucoup le silence surtout si j'écoute de la musique classique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui Charlotte, le silence entre les notes est un silence porteur!
      Il annonce la suite que l'on attend avec ferveur

      Supprimer
  12. J'arrive ici en silence. Et je le laisse chuchoter. Parce qu'il n'est que murmure et seuls ceux qui se taisent et savent ouvrir leur coeur peuvent entendre le non-bruit. Et je repars en silence dans la nuit. Sur la pointe des pieds.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Dédé de ta visite...
      je viendrai aussi faire un tour chez toi!

      Supprimer
  13. Dans le bruit, on oublie; dans le silence, on se rappelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je dirais, dans le silence on fait la paix avec ce qui nous tracasse...

      Supprimer
  14. Tu dis ce que tu veux, je n'en pense pas moins... Silence.

    RépondreSupprimer

un petit mot à dire?

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails