mardi 8 janvier 2019

Les bottines de Van Gogh


Je suis tombée par hasard sur cette peinture des bottines de Van Gogh. Cette peinture m'a touchée, elle m'a parlé... De quoi donc? Je cherche au profond de moi...
Bon il y en a d'autres, des plus vieilles encore, des plus moches, des franchement délabrées... Mais elles ne me parlent pas de la même manière, sinon de grande vieillesse, de vieux trucs bons pour la poubelle.
Celles-ci me plaisent beaucoup, posées comme ça sur un tissu bleu, un tissu ensoleillé.
Elles sont grossières et costaudes, ce sont des bottines de paysan mais pas si usées, avec les clous qu'on voit très bien sur l'envers de la bottine droite, des clous pour s'accrocher au sol boueux, à la terre, pour s'accrocher à la Vie.
Elles sont délacées et attendent de pouvoir accueillir les pieds... elles se reposent... ce sont des bottines patientes, des chaussures contemplatives mais pourtant bavardes pour qui sait regarder une peinture vieille de cent cinquante ans

C'est bon de se reposer après une marche rude: on délace ses chaussures, on les pose sur le sol, la tête encore pleine des paysages que l'on a admirés
Et on soupire... OUF...quel bien ça fait de libérer ses pieds de ces carcans de cuir

Je pense à tous les pèlerins de Compostelle... ils savent pourtant bien que le lendemain, ils reprendront la route



14 commentaires:

  1. j'avoue que je ne connaissais pas non plus ce tableau. Cette représentation est très évocatrice. On arrête facilement son regard un petit moment. On dirait bien que quelqu'un vient de les enlever après avoir été longtemps emprisonné dedans pour une marche. Belle semaine à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour El Linda, heureuse de te voir ici...
      Oui tu le dis, j'ai arrêté mon regard un long moment sur cette peinture que je ne connaissais pas: je connaissais plutôt l'autre, celle aux teints ocres où les bottines sont encore plus usées
      Belle semaine à toi aussi!

      Supprimer
  2. j'ai tout de suite pensé à La Bohême, le poème de Rimbaud.
    Peut-être à cause de ces souliers blessés par le temps, dont il tirait les élastiques comme des lyres, un pied contre son coeur. Des galoches de pauvre, en tout cas, ou de vieilles grolles, allégorie de la misère ...
    Mais on dirait aussi, quelque part, les chaussures des clowns de mon enfance.
    Le pouvoir évocateur du tableau est en tout cas très fort, c'est cela, le talent d'un peintre.
    Bisous Coum
     •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui! de vieilles galoches de pauvre, mais moins usées que celles de l'autre peinture, (que je vais tenter d'épingler ici)
      Tu as raison des chaussures usées du clown... oui, c'est tout à fait ça!
      Bisous à toi, Célestine!

      Supprimer
  3. Réponses
    1. ah oui! cette chanson de Félix Leclerc: elle est magnifique!
      Merci de me l'avoir rappelée!
      bisous ;-)

      Supprimer
  4. Bonjour Coum,

    eh bien cela me fait penser à une de mes amies, Marie, qui vient d'écrire un livre sur Van Gogh!
    http://artvoyageursuite.blogspot.com/2018/12/le-premier-exemplaire-de-mon-livre-est.html

    Comme toi ces galoches me plaisent énormément, c'est comme si elles avaient une histoire... J'ai toujours eu un faible pour les photos de chaussures, je ne sais pas pourquoi :-)
    Belle journée à toi, Coum!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci chère Ambre, pour le lien que je suis allée voir: intéressant!
      Bisous!

      Supprimer
  5. Ton billet me rappelle une autre toile où Van Gogh a peint ces vieilles chaussures, dans des tons terreux, qui se trouvait au début d'une grande rétrospective à Amsterdam. Il y avait foule et j'entends encore un visiteur soupirer très haut : quelle idée de peindre ces vieilles chaussures !
    J'ai souvent montré cette peinture à mes élèves, je l'avais glissée dans mes notes sur "En attendant Godot" de Beckett.
    Merci pour cette variante en bleu, Coumarine, bonne fin de semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui! il y a ces autres vieilles chaussures dans des tons terreux, vieilles et usées comme la terre qui les a portées...
      Mais je préfère de loin cette variante en bleu...
      Merci Tania pour ton passage

      Supprimer
  6. C'est un très beau tableau.
    Moi ça me fait penser à une photo... :)
    http://go-mylk.cowblog.fr/images/1/2885316.jpg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh! Pastelle!
      C'est une photo à toi?
      Elle est si parlante... elle raconte tous les efforts de la danseuse, faits avec persévérance durant tant d'années... magnifique!

      Supprimer
    2. Non Coum elle n'est pas de moi. Trouvée sur le net il y a longtemps et j'y ai repensé en voyant ton tableau, alors je te l'ai recherchée.
      Suis contente qu'elle te plaise.

      Supprimer
    3. Oui, elle me plait énormément!
      Par les secrets qui se sont logés dans ces chaussons usés, les efforts, la persévérance, la souffrance surement: ils sont là, en attente... ils n'ont pas été jetés... d'une certaine manière, ces chaussons sont sacrés!

      Supprimer

un petit mot à dire?

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails