lundi 12 février 2018

Les lundi de Lakevio, texte libre

Jeff Rowland

Non! Je ne sais pas, vraiment pas...
Laissez-moi, il pleut, c'est un signe
Le signe que... le signe dont...
Un instant, je réfléchis...
Il y a tous ces gens là, que font-ils, où vont-ils?
Je ne sais pas où je vais moi, j'ai oublié, j'ai mal au crâne
Ce matin, je me suis pas rendu compte qu'il pleuvait si fort!
Je suis partie, vite, le plus vite possible
Je sais juste que je dois prendre un train
Le train pour là-bas, là-bas où je veux aller
Le train du non retour, j'ai pris mon ticket
Il est là, bien au chaud dans ma poche
La pluie sur mon visage..... dans le train je serai bien!
J'ôterai mon manteau, je soupirerai longuement
Là-bas c'est loin, il me faudra du courage...

Je vous en prie, laissez-moi, ne m'accrochez pas
Je vais rater le train pour là-bas
Non je ne veux pas! Surtout pas, lâchez-moi!
Vous me faites mal, s'il vous plait, lâchez-moi!

Elle fut emmenée dans l'ambulance
Et dans l'ambulance, ses cheveux dégoulinaient
C'est normal, il pleuvait fort, très fort...

28 commentaires:

  1. La folie chez toi, les tableaux de Lakevio inspirent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui heure-bleue... la folie
      et j'y ai été entraînée sans l'avoir décidé, c'est curieux!

      Supprimer
  2. pourtant je vois un homme qui court vers elle, et je veux y voir un signe d'espoir :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. alors là.... cet homme, je l'ai gommé, je voulais sortir des sentiers battus, genre amour toujours, même sous la pluie

      Supprimer
  3. Ah, j'aime beaucoup ...

    Tu as eu une belle inspiration...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est étonnant comment à partir d'un même tableau, nous partons dans des directions différentes... ;-)

      Supprimer
  4. Chouette ce devoir !
    Mais bon, finir dans l'ambulance.
    Quand même...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui Le Gout, je sais que tu préfères un texte positif...
      mais voilà! c'est comme ça que cela m'est venu!!

      Supprimer
  5. Très touchant, ton texte Coumarine. Je comprends tout à fait ce centrage sur la dame en rouge... Cela me ramène aux jours de travail et à des personnes en souffrance.
    Merci de ta participation qui est toujours sensible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ce qui m'a frappée, c'est que la dame en rouge restait parfaitement immobile, sous la pluie, du coup je n'ai vu qu'elle... merci lakevio

      Supprimer
  6. Quand il se met à pleuvoir dans le cerveau…
    :-(

    RépondreSupprimer
  7. Très fort ton texte, Coum...
    Tout vacille si vite, quand on ne voit plus clairement le bord du précipice...
    La folie, oui, je vois ça tous les jours en ce moment, tu sais pourquoi, je sais, alors moi j'ai préféré rêver je suis sûre que tu comprends.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bien sûr Célestine je te comprends OH!combien!!
      Et tu vois en commençant à écrire ce petit texte, j'ignorais encore qu'il virerait vers la folie
      J'ai laissé mes mots me mener là!c'est curieux

      Supprimer
  8. Je n'ai pas vu venir la fin...
    Elle n'a pas pu prendre le train et c'est peut-être dommage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. elle n'a pas pu prendre le train en effet... et ta remarque "c'est dommage" m'a fait réfléchir: peut-être lui fallait-il ça partir pour se retrouver!

      Supprimer
  9. J'aime bien quand on s'amuse à imaginer d'autres scénarios pour nos petites histoires…
    je me dis que cela ferait un exercice intéressant d'en écrire plusieurs partir d'un tableau de ce genre… avec chaque fois des scénarios différents

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui ça pourrait être un exercice intéressant, un de ceux qui boosterait l'imaginaire, ce dont j'aurais bien besoin!!
      à suivre donc...

      Supprimer
  10. On aurait du la laisser prendre le train. Cela lui aurait fait du bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, tu penses comme bourlingueuse... mais que se serait-il passé pour elle, après être arrivée la-bas?

      Supprimer
  11. La folie.. Nous la frôlons tous à certains moments de notre vie.
    J'auras aimé qu'elle puisse prendre le train... même si changer d'endroit ne change rien... ce qu'il faut c'est se changer soi-même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui il est nécessaire parfois de partir pour se retrouver...

      Supprimer
  12. Partir pour ne plus revenir, un désir qui apparaît soudain sur un quai ou un aéroport et dont la fin est incertitude

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je crois qu'on a tous au de ces impulsions étranges auxquelles il est difficile de résister: partir pour ne plus revenir, changer de vie, recommencer ailleurs!

      Supprimer
  13. Pourquoi ce marche arrière ? Elle était pourtant bien décidée d'aller voir ailleurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui elle semblait décidée... mais sa tête est malade!

      Supprimer
  14. J'aime beaucoup ton texte...Sans aller aussi loin, chacun peut avoir éprouvé ces instants d'égarement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui! tu as raison gazou
      faut juste s'en sortir ...

      Supprimer

un petit mot à dire?

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails