vendredi 16 février 2018

Les gens qui doutent




Oui, j'aime les gens qui doutent, j'en suis une moi-même
se remettre en question, douter sur la pertinence de ses choix
hésiter, revenir en arrière, recommencer avec courage
Je suis "moitié dans mes godasses
et moitié à côté"
et je vous prie de croire (mais vous le savez sans doute pour beaucoup) que la marche est alors inconfortable!

J'aime les gens qui tremblent 
Que parfois ils nous semblent 
Capables de juger 
J'aime les gens qui passent 
Moitié dans leurs godasses 
Et moitié à côté 

J'aime leur petite chanson 
Même s'ils passent pour des cons 

J'aime ceux qui paniquent 
Ceux qui sont pas logiques 
Enfin, pas "comme il faut" 

Ceux qui, avec leurs chaînes 
Pour pas que ça nous gêne 
Font un bruit de grelot 

Ceux qui n'auront pas honte 
De n'être au bout du compte 
Que des ratés du cœur 
Pour n'avoir pas su dire : 
"Délivrez-nous du pire 
Et gardez le meilleur" 

J'aime leur petite chanson 
Même s'ils passent pour des cons 

J'aime les gens qui n'osent 
S'approprier les choses 
Encore moins les gens 
Ceux qui veulent bien n'être 
Qu'une simple fenêtre 
Pour les yeux des enfants 

Paroles et chanson de Anne Sylvestre

28 commentaires:

  1. belle chanson, en vérité, beau texte!
    merci Coumarine :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci à toi Adrienne
      cette chanson je l'ai écoutée en boucle

      Supprimer
  2. J'ai un gros doute quant au doute

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, dans ce cas, c'est un cercle vicieux ;-)

      Supprimer
  3. "Je suis assez solide pour être fragile !" (Dan Bigras) kéa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'aime beaucoup cette citation, kéa
      par contre je ne connais l'auteur Dan Bigras...

      Supprimer
    2. Voici Dan Bigras, c'est celui qui porte un chandail blanc... j'espère que tu n'auras pas trop de difficulté avec l'accent assez fort de Dan (Les hommes ça pleure aussi) :
      https://www.youtube.com/watch?v=TgTXLZ3zXOs
      kéa

      Supprimer
    3. merci kéa... j'écoute ça dès que je peux


      Supprimer
    4. Tu me diras comment tu as aimé, je suis curieuse de ton sentiment à ce sujet ? moi j'adore, tellement touchant et vrai Dan Bigras

      Supprimer
  4. Oh mais bien sûr il faut douter ! Et aussi avoir des certitudes. Ce n'est pas facile tout ça...
    Bon week end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. quand on est trop plein de ses certitudes, on ne peut pas voir et encore moins comprendre les doutes de l'autre
      Merci Bonheur du Jour

      Supprimer
  5. Même Descartes l'avait remarqué, il faut douter.
    Et puis tu sais bien comment on regarde "ceux qui ne doutent de rien"... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ben voilà le gout... on est bien d'accord, ce n'est pas une faiblesse que de douter
      au contraire...;-)

      Supprimer
  6. C'est bien de douter. Les certitudes ne font guère avancer. Elles figent......Avec le doute toutes les ouvertures sont possibles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bien sûr, daniel je te rejoins tout-à-fait
      les certitudes (pour autant qu'on s'interdise de douter) ferment aussi bien souvent le chemin vers l'autre qui doute

      Supprimer
  7. Le doute oui...mais quand il devient structurel, on comprend qu'il nous a été insufflé par une éducation trop peu encourageante...Douter de soi finit par faire perdre toute confiance en soi...et ce n'est pas bon non plus...
    Bon ça fait du travail pour les psys, parce qu'au bout d'un moment, on a envie que ça s'arrête, comme tu le sais ;-)
    Mais le doute intellectuel, à part ça, est un moteur effectivement qui permet de s'interroger positivement sur les choses. De manière un peu scientifique.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui célestine, le doute insufflé au fil de l'enfance par une éducation dénigrante...peut blesser et amortir toute tentative de libération
      Retrouver sa confiance en soi, avec les nuances qui permettent de ne pas s'enfermer dans des certitudes rigides...
      Merci pour ton commentaire ;-)

      Supprimer
  8. Chanson de mon adolescence , qui ne m'a jamais quittée, la chanson pas l'adolescence.
    J'espère que tu vas mieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'aime plusieurs chansons de Anne Sylvestre, celle-ci chantée par ce trio m'a touchée particulièrement
      Je vais comme je peux, ni mieux, ni pire ;-)

      Supprimer
  9. Au doute rongeant,je préfère l'incertitude ouverte. Enfin... je crois.Car il y a des doutes salutaires et des incertitudes obsédantes. Bref, entre tout, je plébiscite l'agir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah oui! Patrice... j'aime "les doutes salutaires" pas les doutes qui rongent!
      l'agir, oui bien sûr, bien sûr!

      Supprimer
  10. Sans aucun doute j'ose affirmer :Je doute donc je suis!

    RépondreSupprimer
  11. Cette chanson, je l'avais apprise par coeur il y a quelques années et je l'aime toujours autant...Et ses nouveaux interprètes la chantent très bien

    RépondreSupprimer
  12. Anne Sylvestre est ma presque voisine. je l'aime depuis très longtemps parce que ses textes sont souvent bien ciblés. Merci de partager cette jolie chanson. La phrase que j'aime le mieux est "ceux qui avec leurs chaînes, pour pas que ça nous gêne, font un bruit de grelot"...
    Il est bon de douter, parce que se poser et réfléchir, ça permet d'avancer.

    RépondreSupprimer
  13. "Ce n'est pas le doute, c'est la certitude qui rend fou", dit le philosophe. Douter, ne pas prendre son désir pour de la connaissance, ne pas nier l'autre et sa différence. C'est là l'utilité, l'humanité du doute... sans doute aucun ;-)

    RépondreSupprimer
  14. Formidable cette chanson.
    Anne Sylvestre a un regard sur le monde qui me touche beaucoup.

    RépondreSupprimer

un petit mot à dire?

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails