mardi 10 janvier 2017

en lisant Etty...

".... un moment vient où l'on ne peut plus agir, il faut se contenter d'être et d'accepter"
Etty Hillesum

mais quel chemin douloureux quand on a cette impression que le monde continue à tourner, et soi, on reste au bord du chemin, seul(e), abandonné(e), dans un silence qui fait peur...

A moins que ce silence ne soit un silence restructurant...

34 commentaires:

  1. Comme quoi, c'est une surtout une question d'attitude...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui! Bertrand Picard l'a expliqué dans un livre passionnant... et vu ce qu'il est parvenu à faire, j'ai tendance à le croire!

      Supprimer
    2. évidemment, Bertrand Picard a parlé de changer d'Altitude, j'ai mal lu ;-(

      Supprimer
  2. C'est un bon conseil que donne Etty !

    RépondreSupprimer
  3. Réponses
    1. merci Manou, vous ne pouvez savoir combien j'ai besoin de vous tous!

      Supprimer
  4. Sur mon dernier post, j'ai cité tes voeux. Ne les oublie pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je viens de les découvrir... et ça fait réellement un grand plaisir
      Merci Pastelle

      Supprimer
  5. Depuis que je l'ai découverte à travers toi, je n'ai cessé d'y trouver du grain à moudre dans ma vie personnelle.
    Le fait que tu évoques l'idée de « silence restructurant » prouve que tu es imprégnée de sa lumière positive, cette clarté morale qui l'a aidée à tenir.
    Mais abandonnée, non, je suis certaine que non. Tu n'es pas abandonnée En tous cas pas ici, sur ton blog.
    Prends soin de toi
    Je t'embrasse fort
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Etty incroyable petite bonne femme!
      Juive en pleine guerre, elle résiste, elle se bat pour garder sa lumière: j'ai une énorme admiration pour elle!
      Je t'embrasse aussi...

      Supprimer
  6. Souvent devant la fatalité, on perd un peu espoir. Mais toi Coumarine ton coeur est tanné d'amabilité et de bienséance, alors il ne peut battre que pour l'amour et je suis de ceux qui t'ont en haute estime. Même quelques petits mots que tu ventiles de temps autre comme des petits rayons de soleil, me disent beaucoup de ta grandeur d'âme.Non, ce n'est pas le monde qui tourne sans toi, mais il tourne seulement au rythme que tu lui donnes, pour ne rien y perdre des moments de sérénité et de douceur en toi. je t'embrasse Coumarine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci cher bizak pour tes paroles réconfortantes!

      Supprimer
  7. abandonnée, Coumarine? oh que non!
    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est un vieux scénario qui vient de l'enfance!

      Supprimer
  8. "Accepter" est une des notions les plus importantes et libératrices qui soient. Sur certaines choses on n'a aucun pouvoir et la seule issue est d'accepter. À partir du moment où on accepte, on peut lâcher prise et s'ouvrir à autre chose.

    Accepter d'être "abandonnée" en fait partie :)

    Bises, Coumarine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. accepter reste difficile; c'est parfois à recommencer chaque jour. Surtout quand les difficultés s'ajoutent les unes aux autres...
      Bises aussi, cher Pierre

      Supprimer
  9. Réponses
    1. merci le Gout. Réponse dans la journée;-)

      Supprimer

  10. comment a t-elle réussi a accepté l'inacceptable... Car cet "accepter là" je ne crois pas qu'il s'agissait de résignation.
    Quelle force!
    Fais confiance à la solitude restructurante.
    De tout cœur avec toi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. non! il ne s'agissait pas de résignation!
      mais d'une force intérieure venue de loin!!!
      ou pplutôt de pas très loin, du profond d'elle-meme

      Supprimer
  11. Etty dit les choses telles qu'elles sont et les acceptent telles qu'elles sont également. Quelle force intérieure, oui, comme tu le dis Coumarine !
    Je suis là, moi aussi, jamais bien loin.
    Je t'embrasse fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci d'être là... cela me fait du bien!

      Supprimer
  12. « Se contenter d'être »
    sans doute faut-il comprendre le verbe "se contenter" au sens du comblement, de la satisfaction la plus profonde qui puisse être.
    Et non pas comme souvent : une sorte de moindre mal…
    car même les sur actifs, ont un rayon d'action qui est toujours dérisoire au regard d'une globalité. Ce qui ne veut pas dire que l'inaction est à prôner.
    Il n'y a pas que le "faire" dans l'agir…
    L'Etre qu'en tant que tel est Agir....
    ( comprenne qui peut…)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. me contenter d'être, c'est être heureuse d'être... encore en vie tout simplement!
      C'est un sentiment positif, pas une résignation, et en tant que tel, je le vois comme un "agir"

      Supprimer
  13. petit coucou en passant ,très contente de pouvoir de re-lire ! Je passais par là de temps en temps ... Et puis un 25 novembre ,un diagnostique , une consultation à l'Institut Curie à Paris ,un petit séjour à Orsay ... Bref j 'ai beaucoup penser à tes mots ...(sans pouvoir panser tes maux ...) Et donc pour moi se contenter d'être c'est déjà être content ...d'être ,d'être là et de tout apprécier ! Je te souhaite plein de douceur ! Mimi8

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah là la! les "petits séjours et autres...
      Tu résumes parfaitement ce que je voulais souligner via les mots de Etty! Merci Mimi

      Supprimer
  14. honte pour mes fautes d'orthographe !Message parti trop vite !mimi8

    RépondreSupprimer
  15. On n'est pas au bord du chemin, si ce chemin qu'on voit est emprunté par des gens qui n'ont pas de réelle existence, ni de réel destin. On est toujours sur son propre chemin.
    Bonne fin de dimanche. Et merci à Etty Hillsum d'avoir existé.

    RépondreSupprimer
  16. Il y a tant d'expressions de notre chère Etty que j'aimerais citer toutes à la fois !
    "je me sens parfois comme une poubelle tant il y a de trouble, de vanité, d’inachèvement, d’insuffisance en moi ! Mais il y a aussi une authentique sincérité et une volonté passionnée, presque élémentaire, d’apporter un peu de netteté, de trouver l’harmonie entre le dehors et le dedans."
    "Je me recueille en moi-même. Et ce « moi-même », cette couche la plus profonde et la plus riche en moi où je me recueille, je l’appelle « Dieu ».
    Etty n'est jamais bien loin de ma pensée et pour toujours dans mon cœur. kéa

    RépondreSupprimer
  17. bonsoir kéa
    j'aime énormément les citations que tu as relevées, surtout la seconde... MERCI

    RépondreSupprimer
  18. Merci à Etty d'avoir existé et de continuer à nous aider...être et accepter, ce peut-être une autre façon d'agir

    RépondreSupprimer

un petit mot à dire?

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails