mercredi 6 avril 2016

se reconnaître faible

Et voilà! je suis punie par où j'ai hélas péché! Je m'explique:
J'ai écouté et regardé les info et les opinions toutes plus intéressantes les unes que les autres (télé, journaux, l'internet) jusqu'à plus soif...
C'était comme une obsession: il me semblait que si je ratais une seule info, je ratais tout!
J'ai lu combien mon pays était critiqué et j'ai été forcé de reconnaître que oui, on avait raison de critiquer, que le gouvernement avait vachement foiré et plus encore...
Aujourd'hui, pas ou peu de métros, la fouille partout avant d'entrer dans un bâtiment public, ce n'est pas fait pour apaiser les peurs
Et quand les bruits médiatiques infernaux sur les attentats ont commencé à s'apaiser... d'autres bruits ont surgi: les barrages sur les routes des camionneurs wallons pour protester au sujet de la taxe que le gouvernement leur impose (décidée pourtant depuis 5 ans...) bloquent le pays, assèchent les pompes d'essence, les magasins, les restaurants
Ce pays va mal, il faut le reconnaître
Les Belges passent leur temps, leur énergie, leurs finances à s'étriper dans les querelles linguistiques: c'est de plus en plus grave!!

Il y a quelques jours, j'ai réalisé que j'étais contaminée par le pessimisme ambiant. ces nouvelles déprimantes, ces peurs coincées dans un coin de ma tête et véhiculées partout autour de moi
Et... j'ai un peu craqué!
Vous avez remarqué, cela fait depuis ce 22 mars de sinistre mémoire que je n'écris plus!
J'en suis incapable, je ne vais pas trop bien, j'ai plongé dans une petite dépression
Malgré ma résistance, j'ai bien dû accepter de prendre un antidépresseur

Accepter de me reconnaître faible, de ne plus pouvoir me débrouiller sans ce médicament (qui s'ajoute aux autres...) cela n'a pas été facile, ce ne l'est toujours pas : je suis encore un peu fâchée sur moi
D'autant qu'il faut patienter quelques jours avant qu'il fasse un minimum d'effet.

J'ai en tous cas en premier lieu, décidé de prendre mes distances avec l'actualité... c'est urgent!
(merci à ceux qui se sont inquiétés de moi...)

claude Théberge

55 commentaires:

  1. Se reconnaître faible est le signe d'une solidité intérieure « de fond ».
    Mais il arrive des circonstances où elle se trouve masquée. Et comme par ailleurs tu as beaucoup « tiré sur la corde »…
    Il est temps que tu prennes distance pour mieux prendre soin de toi…
    mais tout cela… tu le sais… on en a déjà parlé…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en fait oui! je le sais!
      mais quand il y a une information nouvelle, c'est parfois plus fort que moi, je vais lire... et cela finit par me faire du tort
      J'essaie donc de prendre distance, mais je n'y arrive pas toujours... et alors je peste sur moi!

      Supprimer
  2. je crois qu'on est tous un peu "sonnés" par ces événements... il y a des attentats tous les jours, on le sait, mais quand ça devient si proche de nous, il faut bien avouer qu'on le ressent différemment... et qu'on se dit qu'il y a un avant et un après (mais je ne regarde pas les nouvelles et je ne lis pas la presse, tout ça ne fait qu'ajouter au malaise sans apporter de solution, tout ça n'est que surenchère et irrespect)
    j'espère que tu sentiras bientôt un mieux! je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui je me suis sentie particulièrement touchée, essentiellement par la proximité
      Aujourd'hui j'entends à nouveau le bruit des avions, qui ont redémarré leur course aux vacances ou autres destinations
      J'espère aller vite mieux, oui!

      Supprimer
  3. T'as essayé le chocolat ?
    Oui, je sais, c'est pas drôle, mais tu me connais : je ne peux pas m'en empêcher.
    Je suis confiant : je sais que tu vas trouver au fond de toi les ressources pour te sortir de ce mauvais pas.
    Je t'embrasse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. voilà je t'ai répondu plus bas... en plus j'adore le chocolat! Je ne m'en priverai pas...

      Supprimer
  4. Il est temps de prendre ses distances comme te le recommance AlainX.
    Oui Coumarine, te protéger. Ce n'est pas de l'ignorance.

    Quand mon Papa était très malade, lui qui était une personne très impliquée, très informée, il a arrêté de "s'intoxiquer" avec la vie du Monde. Il m'en avait fait la réflexion un jour que je lui avait demandé si il n'avait pas regardé tel film la veille. Et il m'avait répondu que non, que désormais il ne regardait plus que des choses gaies... Sa vie était devenue assez difficile comme ça.. pas la peine d'en rajouter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est comme tu dis Suzame: pas la peine d'en rajouter
      Et donc je décide de me protéger, le temps d'aller un peu mieux

      Supprimer
  5. Réponses
    1. Je prends soin de moi du mieux que je peux, mais j'ai encore des progrès à faire!

      Supprimer
  6. L'antidépresseur te sera une aide...ponctuelle, complémentaire, pour passer un cap, mais t'éloigner de toute cette actualité plus que morose sera le meilleur remède.
    Je pense bien à toi et t'embrasse amicalement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai résisté un certain temps de prendre l'antidépresseur prescrit par mon médecin. J'avais peur d'un devenir dépendante. Et puis surtout je voulais m'en sortir seule, en puisant dans mes forces intérieures
      Merci Praline, je t'embrasse aussi

      Supprimer
  7. Je vous ai lus tous...
    et je vous dis merci
    Cela fait du bien qu'on vienne me faire un petit coucou
    Je ne vous répondrai pas personnellement, comme je le fais d'habitude ;-(
    Mais je rassure Walrus, du chocolat j'en mange, d'abord parce que je l'aime énormément!
    Du chocolat noir de noir bien sûr!

    RépondreSupprimer
  8. tiens, je vais m'en acheter une barre aussi ;-)
    bonne journée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonne idée... j'en prendrai sans faute une après diner! avec le café mmmmmmm

      Supprimer
  9. j'ai fait ça après chaque attentat, tout lire tout écouter pour essayer de comprendre, avec l'impression qu'il ne fallait rien rater
    un jour ça m'a déprimée à fond (15 jours après Bruxelles) et j'ai arrêté c'était vital pour que ma vie reprenne son cours, alors je comprends ce que tu écris, bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est exactement ça: je suis devenue trop dépendante de toutes les info. Je ne voulais rien rater...
      et je me suis vue plonger chaque jour un peu plus, avec l'impossibilité d'écrire encore
      Hier j'ai fait un effort pour réécrire un billet, je crois que ça m'a fait du bien!
      merci à toi sylvie

      Supprimer
  10. C'est une des premières recommandations que mon fils m'a faites: maman, ne passe pas ton temps à regarder les infos. D'autant que le JT, dans les premiers jours, durait... Je ne vais pas dire 24 heures, mais toute la journée. Je suis restée deux jours devant, et puis, progressivement, j'ai freiné, je n'énerve encore, pour certaines choses (par rapport aux rassemblements à la Bourse), mais bon, je regarde moins, ça s'est calmé sur le net aussi (la loi des deux semaines... Enfin, trois). Reste le métro, j'ai bien dû le reprendre et recalculer mes trajets en fonction des ouvertures dans les gares, je passe souvent par Centrale ou Midi... Je crois que même les jeunes se sont sentis touchés, qui ne le serait! On n'est pas habitué à ça.

    Je ne sais pas mais -j'en ai pris des anti-dépresseurs, évidemment, avant de cesser il fallait y aller par paliers, mais en tout cas, je n'ai jamais été dépendante psychiquement des anti-dépresseurs (les anxiolytiques, ça c'est autre chose), parce qu'il n'y a aucun plaisir ni soulagement immédiat à en prendre (à mon sens, du moins, je parle pour moi ici).

    Sinon, vive le chocolat et même les histoires ou les films qui font rire (comme Les Visiteurs, vendredi dernier, je le connais comme si je l'avais fait et j'ai encore ri...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Pivoine pour ton témoignage
      Au début je ne supportais pas tb les antidépresseurs. Il faut dire que je suis très réactive aux médicaments!
      Cela se tasse un peu maintenant... mais les effets positifs tardent à se faire sentir
      Patience donc!!

      Supprimer
  11. Lors des attentats du 11 Novembre à Paris, j'ai regardé en boucle les infos à la télé. Il m'a fallu prendre du recul car j'en rêvais la nuit et j'étais angoissée. Bien sûr qu'il faut se tenir informé mais aussi s'éloigner pour se protéger !
    J'espère que tu vas ressentir bien vite les effets de cet antidépresseur, bon courage et à bientôt Coumarine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je vois que nous sommes nombreux à avoir regardé en boucle ces info dramatiques...
      C'est bien fini pour moi désormais!
      merci brigou

      Supprimer
  12. « On dit souvent que les animaux sont silencieux qu’il ne leur manque que la parole
    les animaux ne sont pas silencieux
    les animaux ont eu la parole
    les animaux ne sont pas silencieux
    non
    les animaux ont décidé de se taire devant l’horreur du monde »
    Pascal Rambert, Répétition

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. si les animaux ont décidé de se taire devant l'horreur du monde... peut-être suis-je un animal, avec toutes ses qualités d'animal fidèle?
      Bonsoir Vertumne... contente de te revoir ici ;-)

      Supprimer
  13. Le monde est en train de changer à grande vitesse. Ce peut être une belle opportunité pour l'avenir. Malheureusement ce changement ne se fera pas sans casse ( voir l'affaire Panama). Face à cela, nous devons rester bien centrés et avoir un certain recul. Nous pourrions aussi nous réjouir de toutes ces transformations car la terre ne se porte pas bien. Les structures traditionnelles qui régissent notre monde commencent à s'effondrer. Pour ma part je trouve cela très bien mais je comprends aussi les angoisses qui peuvent surgir . Bon courage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, Daniel le mondé évolue soudain très vite... et cela ne se fait pas sans casse
      Pourvu que la casse ne l'emporte pas, c'est ce que j'espère
      Je veux y croire sans relâche!

      Supprimer
  14. Pour l'instant tu prends des anti-dépresseurs, Coumarine, mais cela ne veut pas dire que tu en auras besoin tout le temps, c'est une période, une sale période, et ce médicament t'aidera à retrouver un peu de sérénité, et quand tu iras mieux, tu pourras sans doute l'arrêter.
    Je t'embrasse très fort, ma douce.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le médicament commence tout doucement à faire un peu d'effet. Il n'est pas question de l'arrêter avant une bonne année... donc j'accepte...
      Merci à toi, je t'embrasse aussi

      Supprimer
  15. Reconnaître qu'on a besoin d'aide psychologique et médicamenteuse est une pas intelligent qui t'honore.Bonne chance. Il faut compter 3 semaines avant que le médicament fasse des effets. Je suppose que ton médecin te l'a dit. Donc n'abandonne pas. Et puis tu verras que tu te sentiras redevenue toi même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. trois semaines, j'y serai demain... et il me semble que cela va un peu mieux...ouf!
      redevenir moi-même, c'est ce que j'espère de tout coeur
      Merci Charlotte

      Supprimer
  16. Ce qui t'arrive Coumarine, peut et est arrivé à n'importe quel quidam;Tout ce que tu as décrit dans ton texte, nous était arrivait. On était comme sonné, perplexe, perdu, abandonné. Et puis la vie reprend le dessus, oui Coumarine la vie finit par reprendre le dessus. Par tes mots, par ta lucidité, tu viens de dire sur quel charbon tu marchais, mais, tu es là, tu parles à tes amis. Bien sûr qu'il faut prendre un médicament s'il le faut, si tu en vois le besoin. La souffrance qu'on vit avec ces derniers événements est autrement plus terrible, qu'un médicament pris quel qu’il soit. Un pays comme la Belgique, surprise peut-être par l'ampleur des circonstances, mais elle a grâce à ses hommes et ses femmes les moyens de juguler la situation.
    Content que tu ailles mieux Couamrine, bise à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu es un homme résolument positif, Bizak et ça fait du bien de te lire, de lire tes encouragements...
      Bises à toi

      Supprimer
  17. Tous les gouvernements sont critiquables et critiqués.
    Toujours pour les mêmes raisons : On se demande pourquoi on est sans cesse embêté par les forces de l'ordre et les discours sur la "sécurité" et les crimes, délits et attentats continuent de fleurir.
    On leur reproche leurs discours sur l'économie, les décisions sans autre effet que nocif pour les moins lotis et la croissance des inégalités.
    Bref, un disque rayé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui en effet, le gouvernement de votre pays est tout autant critiqué que chez nous...
      C'est bien ça qui m'a angoissée plus que nécessaire...
      Le disque rayé ne produit plus aucune musique valable hélas

      Supprimer
  18. Que dire, chère Coumarine, sinon te dire que je me réjouis pour toi de ta décision. Tu dis à Bizak qu'il est résolument positif...Je le suis aussi, et depuis très longtemps. La négativité est paralysante, elle entraîne les peurs, les tremblements et les stupeurs...Je suis heureuse que tu prennes soin de toi, je reste persuadée que le breuvage médiatique est un poison qui nous tue à petit feu, nous empêche de sourire, de vivre, de nous consacrer à l'instant présent...
    Oh oui, j'en suis persuadée depuis très longtemps...et je suis encore une fois très contente que tu aies pris cette décision.
    je t'embrasse
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu vois Célestine, il est important pour moi de rester au courant, de lire des articles valables écrits par des gens valables
      Mais j'ai cessé de me droguer au breuvage médiatique...
      merci à toi

      Supprimer
  19. C'est certain que toute médication a des effets secondaires mais lorsqu'on en a absolument besoin, on ne peut qu'accepter. Pour ma part jamais je n'aurais cru devoir dépendre des corticoïdes et j'avoue qu'il y a qq années, je jugeais ceux qui y avaient recours. Je me disais "jamais!" et cela m'est retombé sur le nez. Alors, aujourd'hui, ce n'est pas moi qui vais te juger. Je ne peux que souhaiter le meilleur pour toi. kéa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. kéa, comme toi je n'ai pas le choix en ce qui concerne les corticoïdes... Pas envie de devenir aveugle...
      Déjà que ce n'est pas facile comme ça!
      merci à toi

      Supprimer
  20. Je suis triste d'apprendre que tu ne vas pas bien, mais c'est bon signe que tu aies décidé de te soigner.
    Jer t'embrasse Coumarine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je vais légèrement mieux, mais ce n'est pas encore gagné
      Merci Berthoise, je t'embrasse aussi

      Supprimer
  21. Excellente décision que celle de prendre ses distances avec l'information qui prend plaisir à nous parler uniquement de ce qui va mal...De nos jours aussi, il y a des gens qui vivent une solidarité sans faille et ce sont eux qu'il nous faut regarder pour retrouver le courage de vivre...Prends soin de toi Coumarine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci gazou, oui j'essaie de prendre soin de moi

      Supprimer
  22. Je ne regarde jamais les infos, je les écoute parfois mais les lis plutôt. Ça m'attriste trop et me met en colère. Quel monde de hargne et de rancune! Pouah

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et en plus, dans mon petit pays, il y a tellement de choses qui foirent...
      Ca fait peur parfois!
      oui! pouah!

      Supprimer
  23. Comme je te comprends ! J'ai aussi été privée de mots pendant des jours et je reste KO, même si je n'en suis pas aux anti-dépresseurs (mais je n'ai pas subi tes épreuves des dernières années). Notre monde devient bien lourd à porter ! Surtout qu'on n'en ignore plus rien alors qu'hier les catastrophes, les séismes, les radicalismes, les attentats lointains ne trouvaient pas nécessairement écho - et surtout pas avec un tel réalisme - dans nos gazettes et sur nos écrans. Est-ce mieux ou moins bien ? Je l'ignore. Il faut en tout cas être plus fort qu'hier pour continuer à tracer sa voie, à garder son équilibre et à préserver celui des siens. Courage, Colmarien. Je sais que tu en as plus que tu ne le penses pour l'instant et se préserver des mauvaises nouvelles est, à coup sûr, une sage décision. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Mamilouve pour ton commentaire chaleureux
      Oui le médecin m'a dit aussi que je subissais le contrecoup de mes "épreuves" passées!
      J'ai toujours bénéficié d'une certaine force intérieure, mais cette fois j'ai du déclarer forfait.
      Je remonte petit à petit, mais j'en ai pour quelques mois parait-il...
      Je garde confiance envers et contre tout!
      Je t'embrasse

      Supprimer
  24. Grrrrr.... J'ignore pourquoi "Coumarine" est devenu "Colmarien". Ou plutôt, je sais : correcteur orthographique idiot ! Désolée !

    RépondreSupprimer
  25. Y'a aussi que tous les horreurs qui se bousculent présentement ne sont que les symptômes d'une maladie bien plus grave. Et les infos, n'abordant la situation qu'en surface, empirent le mal et mènent au découragement. Les infos des grands médias, ça ronge. kéa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les grands médias, je ne les consulte plus! opération survie!
      merci kéa, bonne journée à toi

      Supprimer

  26. je viens un peu tardivement commenter... je souhaite que tu puisses prendre du recul par rapport à tout cela, car il en va de ta santé. bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et moi El Linda, je viens un peu tardivement te répondre...
      merci à toi...et bonne journée!

      Supprimer
  27. Chère Coumie j'espère que tu vas aller mieux très vite. En fait il ne faut pas avoir peur des anti-dépresseurs même si parfois on les ressent un peu comme une défaite personnelle. Si on en prends juste le temps de se remettre et très raisonnablement ils font du bien, j'en ai eu je sais que ça marche si on est un peu prudent. Pour le reste, abonnée à des tas de pages anxiogènes sur facebook, martelée d'informations toutes plus négatives les unes que les autres, j'ai finalement décidé, pour parvenir à restaurer mon sommeil en miette et ma paix intérieure, de renoncer à "savoir". Je n'ai conservé que quelques abonnements capables aussi d'apporter un peu de lumière dans toute cette obscurité, parce que tout n'est pas noir loin s'en faut, il y a beaucoup de raisons d'espérer.

    Je t'embrasse :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chère Désirée, on se côtoie depuis suffisamment longtemps pour que je sache par quelles difficultés tu passes et est passée. Et tu es là; toujours vaillante et "espérante"!
      Je te remercie pour ton message qui me fait du bien
      J'ai pris mes disstances avec l'actualité anxiogène mais continue, comme toi, à consulter quelques pages qui me permettent d'avoir quelques avis éclairés sur ce qui se passe
      Je te remercie d'être venue ici me mettre ces quelques mots amicaux...
      Et je t'embrasse aussi!

      Supprimer
  28. Je viens de lire un de vos poemes sur f.b "chagrin" posté par une de vos admiratrice... j'ai été si touchee par la beauté de votre écriture et de votre message que j ai cherché à vous connaître plus...et je suis arrivée là ! Jespere que vous allez mieux depuis ? Humblement, je vous envoie de paris tout la lumière de mon coeur. Nous traversons une grande période de transition et de nettoyage pour un renouveau où l entraide, le soutien, le partage et la communion des coeurs est un grand soutien.

    Merci pour la beauté de votre musique.
    Sylvie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je vois votre message juste avant de partir!
      Merci merci de tout coeur!
      et à bientôt j'espère!

      Supprimer

un petit mot à dire?

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails