jeudi 3 mars 2016

Un grand creux gris

Y pas à dire, je suis dans un creux
Le creux de la vague qui souvent oblige à boire la tasse
ou alors le creux de la vallée, qui prive d'horizons lointains, verts et ensoleillés

Oui, je suis dans un creux, un grand creux gris (à prononcer vite et plusieurs fois!)
Et quand je suis dans cet état, je perds les envies d'être moi, les envies qui me font aimer la vie

Alors les mots me quittent, plus envie d'écrire ni sur mon blog ici, ou celui des cent mots

Dans ma famille en ce moment, il y a des tristesses, dont je ne peux parler ici, mon non-anonymat m'ayant déjà causé des problèmes quand je me suis confiée trop librement. Et cela m'ennuie, vous pouvez pas savoir comme ça m'ennuie, de ne pas pouvoir parler librement sur mon blogàmoi des soucis qui me plongent dans le creux!

Je ne peux pas éternellement parler de sujets généraux qui font réfléchir, non?
Et c'est pas trop mon truc de faire rire, d'écrire dans l'humour... désolée!

On vient sur un blog pour se distraire, pas pour plonger dans les creux des autres

Vous savez ce que mon médecin référent m'a dit hier lors du contrôle de ma chère maladie de Horton? (oui, vous savez bien, cette maladie de vieux, c'est marqué sur le Net)
Il m'a dit que c'était assez normal d'avoir le moral en creux, vu les médicaments que je prends, en nombre, depuis bientôt 5 ans!

Je pourrais prendre un anti dépresseur... qu'est ce que vous en pensez madame? (oui! ce médecin sait qu'il a intérêt à me demander mon avis, pour quelque chose qui n'est qu'une option)

Et mon médecin sait aussi que je lui dirai NON! Non merci je prends assez de saloperies comme ça, qui me causent des dégâts secondaires, dont j'ai assez.

Et sachez que tous les bons trucs pour sortir de cet état de creux, je les ai essayés, je les ai appliqués même
Ca fonctionne un moment et puis... un nouveau creux

Petit miracle: en achevant ce billet, un timide rayon de soleil, un rayon de vie apparaît soudain au travers du ciel gris et plombé.... du courage pour la journée!
Pour le reste, pour demain, on verra!

Léon Spilliaert

52 commentaires:

  1. Je prends de la cortisone aussi, parfois ça me rend hargneuse, ça fait 15 ans que je me traite chaque jour mais je ne suis pas déprimée. Courage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. heure-bleue, la cortisone n'est pas spécialement dispensatrice de bonne humeur. Moi elle me déprime... certains jours plus que d'autres

      Supprimer
  2. Je vous lis depuis de nombreuses années sans toutefois commenter. Je fais une exception aujourd'hui pour vous encourager à ne pas lâcher ce blog qui m'a toujours plu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah ben ça! en voilà un petit commentaire qui fait plaisir!
      Et qui est nécessaire ;-)
      Je suis à deux doigts de fermer cet espace...
      Définitivement
      Pourtant j'aime toujours venir écrire ici, mais de savoir qu'il y a des gens qui aiment me lire... ça fait doux au coeur!!

      Supprimer
  3. héhé! je viens te rejoindre dans ton creux car je suis dans le mien! lovons nous comme dans un terrier avant d'en sortir joyeusement! bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah la la sylvie...
      que te dire?
      je n'ai même pas les paroles pour moi-même...
      Demain est un autre jour...
      demain nous sortirons de notre terrier; je te surveille!!!

      Supprimer
  4. Ouaip ! Je vois bien ton rayon de soleil.
    Spilliaert voit ça comme le soleil qui passe à travers un trou dans le mur d'une prison.
    A peu près aussi guilleret que "Le cri" de Munch...
    D'ailleurs, si tu as envie d'écrire ce qui te plaît sur ton blog, pourquoi ne donnes-tu pas l'accès qu'à des lecteurs choisis ?
    Des lecteurs à qui tu donnerais un mot de passe ?
    Ou bien pourquoi ne pas ouvrir un blog autre, que tu éviterais soigneusement d'appeler Coumarine et dont tu ne confierais l'adresse qu'à des gens en qui tu as confiance et qui ne mettraient pas ton blog dans leur liste de favoris (oui, ce serait mieux...)
    Hein ? Pourquoi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non en effet, pas très guilleret le Spilliaert, mais efficace...
      Je vais me mettre devant le "trou" qui laisse passer le soleil, je m'y réchaufferai...
      Pour l'ouverture d'un blog 100% anonyme, oui, j'y ai pensé...
      Je l'ai même fait il y a quelques années, mais j'ai assez vite arrêté.
      Je ne me sens bien que en tant que Coumarine
      Je sais pas trop pourquoi, mais c'est comme ça
      Pour cette raison mon blog des cent mots est aussi un blog de Coumarine
      (merci le goût)

      Supprimer
    2. Dans ton billet tu as écrit « cela m'ennuie, vous pouvez pas savoir comme ça m'ennuie, de ne pas pouvoir parler librement sur mon blogàmoi des soucis qui me plongent dans le creux! »

      Ici, en commentaire, tu écris « Je ne me sens bien que en tant que Coumarine
      Je sais pas trop pourquoi, mais c'est comme ça »

      À te lire, j'ai l'impression que l'identité "Coumarine" t'emprisonne…

      Amicales pensées

      Supprimer
    3. ah! Pierre, voilà que tu me surprends en flagrant délit de "sentiments mêlés"
      Tu relèves ma contradiction et voilà que je ris de moi-même...
      et de cela je te remercie
      Pourtant c'est vrai, Coumarine ou pas Coumarine?... entre les deux mon coeur balance

      Supprimer
  5. Cela nous arrive à tous Coumarine, d'être dans le creux de la vague, mais il est vrai que les médicaments peuvent abîmer un peu plus notre état. Saisis alors cette petit rayon de lumière, car n'oublie-pas, que tout démarre toujours par une petite étincelle. Bien à toi, Coumarine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui tu as raison bizak: tout redémarre toujours par un toute petite étincelle, à moi de veiller qu'une 2ème surgisse
      merci à toi bizak

      Supprimer
  6. Je vais te dire : je comprends très bien que tu sois dans "un grand creux gris" avec tout ce que tu vis pour le moment.Dans ces cas là , moi je consulte un écoutant professionnel c'est à dire un psychanalyste. Ils savent écouter mieux que les autres. Pas besoin de faire une psychanalyse pour en consulter un.Je peux t'en conseiller un si tu veux:il est impeccable et il parle!Rien de tel que de vider son sac et même n'importe quoi devant une personne indépendante qui ne porte pas de jugements sur ce que tu dis mais te fait réfléchir.
    Amitiés.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. charlotte, oui je veux bien cette adresse. Tu me rendrais service...
      Oui, je vis franchement bcp de choses difficiles
      Merci pour tes mots

      Supprimer
  7. si ça peut t'aider ne serait-ce que cinq petites minutes, je t'embrasse bien fort et j'espère que tu continueras de venir nous raconter tes creux et tes vagues, quelle qu'en soit la couleur.
    (et oui, plus on perd son anonymat, plus on s'autocensure, tu te souviens, on en a déjà longuement parlé ;-))
    bises, Coumarine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci chère Adrienne
      d'habitude quand c'est trop, je me tais et me réfugie dans le silence
      Donc aujourd'hui j'ai dû me botter les fesses pour écrire ce billet ;-)
      bises à toi Adrienne et merci!

      Supprimer
  8. Moi ça ne me gênerait pas que tu pleures une bonne fois bien fort, nous pleurons toute bien fort de temps à autre, et en effet on ne peut pas écrire des billets "pom pom pom la vie est belle" quand on ne s'en rend plus compte soi-même. Dommage cette censure familiale, ce "droit de regard" auquel ils n'ont finalement pas vraiment droit mais c'est ça ou les grandes explications.

    Courage Coum, le printemps est à deux pas. Je doute que ça te console mais je t'avoue que bien que cet hiver ait été doux et aisé - je n'ai même pas encore eu un rhume - je suis fatiguée moi aussi. Mais pas déprimée. Ca me tombe dessus quand même de temps à autre, ne crains rien... je ne suis pas épargnée!

    Mille bisous amicaux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Edmée pour ta visite et tes mots chaleureux
      Nous sommes tous un peu (beaucoup) fatigués au sortir de cet hiver, mais comme tu le dis, le printemps est à deux pas
      Plein de bisous aussi à toi

      Supprimer
  9. Je comprends fort bien que la cortisone ait des effets qui à long terme entament le moral. Je le sais par ma nièce chérie qui est condamnée à être soignée à vie pour un L.E.D avec ce médicament, alors qu'elle n'a que 20 ans. Elle passe par des phases de dépression terrible.

    Tu sais qu'il y a plein de gens sur ce blog qui aiment te lire, (et pas seulement l'anonyme) qui t'aiment et te soutiennent du mieux qu'ils le peuvent. Faire de son mieux, c'est l'accord toltèque que je préfère. Chacun a ses soucis, ses façons de réagir, ses complexités, sa personnalité. Mais au final, si on tient un blog, c'est que l'on a besoin de ces contacts permanents qui nous aident, nous enrichissent et nous permettent de prendre du recul sur notre pratique et nos difficultés. C'est que le partage a vraiment une action thérapeutique.Sinon on arrêterait tous, et on écrirait simplement des journaux intimes lus par personne.
    Mille bisous étoilés, chère Coum.
    ♥︎

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il y a la cortisone, mais aussi l'immunosuppresseur que je prends, et ce n'est pas un médicament bisounours tu peux me croire
      La maladie dont souffre ta nièce est grave et douloureuse: c'est dur d'en être atteinte quand on n'a que 20 ans!
      Merci pour ton gentil message

      Supprimer
    2. Encore le mot "bisounours" ?
      Décidément il me poursuit...

      Supprimer
    3. j'ai hésité sur le terme, j'aurais pu mettre: ce n'est pas un médicament pour "enfant de choeur"
      ;-)

      Supprimer
    4. Tu auras compris, je pense, que je suis devenue allergique à ce mot, qu'on m'a envoyé dans la figure pendant des années...je sais bien que tu ne l'as pas fait exprès, j'ai eu une réaction un peu épidermique...
      Mais cela dit j'ai compris l'idée, je me doute que les effets indésirables de ce médicament doivent être terribles, les labos pharmaceutiques sont en train d'empoissonner l'humanité entière avec leurs cochonneries de molécules, mais c'est vrai que dans le cas de maladies comme la tienne ce soit être difficile de les éviter...
      gros bisous ma Coum
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. je n'ai en tout cas pas utilisé ce mot en pensant à toi ;-)
      mais pour faire comprendre que cortisone+ immunosuppresseur est un cocktail aux effets indésirables pas piqués des vers...
      Mais je ne peux me priver d'en prendre, aucune envie d'être aveugle tu penses bien...
      (c'est exact que j'ai remarqué dans tes réponses aux commentaires que tu es dans un moment d'hypersensibilité. Que fais -tu quand cette hypersensibilité, devient un "défaut" plutôt qu'une "qualité"?

      Supprimer
  10. Comme je te comprends cela m'arrive depuis quelques temps d'être au creux de la vague sans soucis particuliers à part un stress professionnel qui devient ingérable. Je vais me faire aider car je n'aime pas les médicaments que je suis obligée d'avaler.
    Bisous
    AGJES

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci à toi... et bon courage!
      La vie est difficile pour chacun de nous

      Supprimer
  11. Je pense que l'on vient lire un blog pour des raisons excessivement diverses... Et celui qui vient lire c'est qu'il y trouve un intérêt. Sinon je ne vois pas pourquoi la personne reviendrait…

    Quand, lorsque ce tu appelles un grand creux gris, envahit les jours les semaines et les mois… alors c'est qu'il est probablement temps de poser des actes allant dans le sens d'une aide si possible efficace.
    Je suis intimement convaincu que faire appel à une personne professionnelle et compétente peut avoir des effets positifs en trois mois et obtenir ainsi ce qu'un blog ne donnera jamais en trois ans…
    mais je ne fais là que redire ce que tu sais…
    après chacun est face à sa liberté personnelle de choix

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je rejoins AlainX dans son conseil. Si il y a 5 ans je n'avais pas confié mon âme à une personne professionnelle et compétente... que serais-je devenue ?

      Supprimer
    2. @Alain: j'ai essayé un"professionnel", je me suis enfuie, il me proposait un antidépresseur
      Il n'est pas le seul d'ailleurs...
      Mes remèdes, c'est lire de passages d'un livres vivifiant, le laisser descendre en moi, méditer, et rester en contact avec toi
      Cela m'a toujours tiré de creux gris
      J'ai juste besoin de tendresse exprimée. Et c'est vrai que je la reçois ici. J'ai donc bien fait de reprendre mon blog.

      Supprimer
  12. Je pense que Charlotte a raison, il ne faut pas hésiter parfois à aller se faire aider par quelqu'un (je l'ai fait il y a quelques années). Cela fait un bien fou, tu sais, Coumarine, un endroit où tu peux dire tous les mots, où tu peux laisser couler tes larmes, un endroit où tu ne seras pas jugée, mais juste écoutée, entendue, comprise.
    Je t'embrasse très fort, ma douce. Prends soin de toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'y pense quand même sérieusement, Françoise. Charlotte que je connais dans la vraie vie m'a donné une adresse
      Merci pour ton souci de moi, je t'embrasse aussi!

      Supprimer
  13. Les creux et les bosses, on connaît tous. Aussi, on a le droit de dire que rien ne va à certains moments. Je pense comme d'autres que tu devrais te faire aider en allant "dire les mots" de tes chagrins à quelqu'un.
    Je te remercie d'être venue me lire et j'espère que tu as au moins eu un doux moment. je te souhaite plein de courage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui je suis venue lire "la vraie histoire" comme tu dis, et j'ai été soufflée de la beauté de ton texte...
      Merci pour tes mots encourageants

      Supprimer
  14. Bon, si ça t'a aidée aujourd'hui, ça t'aidera sans doute aussi demain.
    À demain ?
    Bises !

    RépondreSupprimer
  15. Une phrase entendue qui me reviens si un creux gris s'approche "Même quand tout est noir comme ébène je ne suis pas abandonnée" et comme tu le dis un timide rayon de soleil... car il n'est pas d'obscurité en nous où puisse s'immiscer ce rayon de lumière.
    Et beaucoup de personnes viennent te lire je suppose qu'elles sont comme moi, elles aiment ce que tu dis, la façon dont tu le dis, en fait on est touché et on aime la personne qui dit toutes ces choses et c'est toi. maty

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. juste merci maty...tes mots me touchent fort

      Supprimer
  16. Oh ma COumarinne.... Envie de te serrer dans mes bras et te dire que demain ça ira mieux... Continue ton blog avec des jours mieux que d'autres !Je t'embrasse et courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Manougentille
      merci pour ces mots

      Supprimer
  17. Dans ton grand creux gris
    Il y a des perles de vie
    Dans ton grand creux gris
    Il y a tes amis
    Ceux de ta vie là où tu es
    Ceux de ta vie ici
    Dans ton grand creux gris
    Je te tiens la main Coumarine

    Ecris moi si tu veux
    Tu connais le chemin.

    Je t'embrasse fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci de tout coeur, ma Suzamme
      (j'ai raison de dire que tu écris bien, hein? tu en penses quoi??

      Supprimer
  18. Chacun est venu te lire, te laisser quelques mots pour te réconforter et te soutenir. Je me joins à toutes ces personnes et je pense bien à toi Coumarine.

    RépondreSupprimer
  19. Ma santé est bonne pour l'instant mais on vient de diagnostiquer une fibromyalgie à ma fille (38 ans), alors je comprends ce que tu peux ressentir concernant les tristesses qui accablent ta famille...
    Je suis moi-même angoissée par ce qui arrive à ma fille, je lui ai demandé la permission d'en parler sur mon blog, elle est d'accord... peut-être quelqu'un pourra-t-il me donner des conseils car on propose là aussi des antidépresseurs ! ma fille refuse d'en prendre évidemment...
    Je pense à toi ma chère Coum, je t'embrasse bien fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chère Praline
      on souffre parfois plus des souffrances qui affectent nos enfants que des nôtres. Oui en parler sur ton blog te donnera peut-être des info supplémentaires qui pourront l'aider. Des aides pas seulement pour le physique que pour le moral. Et là je pense que yoga, méditation et autres disciplines de l'âme pourront certainement l'aider...
      Je t'embrasse aussi très fort et te souhaite tout le courage pour toi et pour ta fille

      Supprimer
  20. Dans ton grand creux gris
    une immense pluie, faite de tristesses accumulées et enfouies, qui ne savent plus où mourir...
    Coumarine, nous sommes là pour toi.
    Car si la douleur est impossible à partager, elle peut tout du moins s'accompagner.
    Je voudrais pouvoir être là pour toi, comme tes mots l'ont été pour moi, sans que tu ne le saches forcément.
    J'admire ton courage, la manière dont tu t'accroches pour accepter et vivre ta maladie.
    Je crois de plus en plus aux vertus "thérapeutiques" des livres, car il est des livres qui nous sauvent.
    Je t'embrasse affectueusement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'aime ton commentaire chère El Linda, il est de ceux qui me font du bien...
      J'ai reçu ici sur ce blog plein de mots généreux qui m'ont caresser l'âme
      Vivre et accepter la maladie, oui je le fais du mieux que je peux, et parfois il y a réellement des ratés!
      Ce qui est dur c'est quand en plus de soi, il faut affronter les souffrances que vivent nos proches... et là j'ai craqué je l'avoue
      Je te rejoins tout à fait, il est des livres qui nous sauvent, il y en a eu qui sont venus me réconforter
      Merci d'avoir pris la peine d'inscrire ces mots ici
      Moi aussi je t'embrasse

      Supprimer
  21. Un jour on surfe sur la vague et le lendemain on s'enfonce dans un creux( le creux de la vague). Ainsi va la vie avec ses hauts et ses bas. La vie est comme l'océan, elle a besoin des vagues pour exister.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui Daniel il faut les creux et les hauts de la vague
      il faut les vallées profondes et les hauts de la montagnes
      Pas d'autres solution que de l'accepter
      Merci aussi d'être venu ici

      Supprimer
    2. Au creux d'un livre, le temps qui passe, s'efface, renaît. "Sur le tard", de Jacqueline Rousseau-Dujardin. Musique douce qui berce nos moments moins pleins ou trop pleins... creux dire encore?... Rien. Belle journée à creuser de nos élans quels qu'ils soient, signes de vitalité.

      Supprimer
    3. j'ai pris note du titre de ce livre.
      Je suis plongée pour le moment dans le tien de livre: passionnant!

      Supprimer
  22. J'espère que tu es sortie de ce creux gris à présent. Sans doute que le printemps qui arrive va aider à retrouver des couleurs...

    RépondreSupprimer

un petit mot à dire?

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails