mercredi 10 février 2016

penser à la vie, penser à la mort

Prendre conscience que l'on vieillit...
Je n'ai plus la même souplesse, la même endurance. Ma fougue et mon ardeur sont désormais surtout intérieures. Quand je bondis de joie, mes pieds ne suivent plus avec le même enthousiasme. Il faudrait que je travaille mes muscles tous les jours, abîmés qu'ils sont par les corticoïdes.
Tous les jours donc ma petite séance de renforcement des muscles. Je n'aime pas ça, mais je me force. Pas envie de devenir une petite vieille racrapotée sur elle-même (il est pas beau, ce petit mot belge? Il faut le dire lentement, le faire rouler dans la bouche pour en comprendre toute la saveur:
SE RACRAPOTER = se recroqueviller

Avec mon mari on se disait tout à l'heure que le temps nous était désormais compté. C'est pas qu'on est archi vieux, mais on vieillit tout doucement, le corps fait des siennes, et comme il nous a lâchés tous les deux par la maladie, il pourrait très bien nous lâcher un de ces jours par la mort. Comme ça, sans crier gare!

D'ailleurs je pense à la mort chaque jour, et c'est loin d'être morbide. C'est une sorte de détachement tranquille, qui me mène à la nécessité de ne plus le perdre, ce fameux temps.

Vivre, en sachant bien qu'on n'est pas éternels...
Pour cette raison j'ai réintroduit dans ma vie une certaine discipline personnelle
Un temps pour le corps
Un temps pour l'esprit
Un temps pour l'âme

C'st simple, c'est évident. Mais pas si simple de s'y tenir au jour le jour!


 Juste pour le plaisir, une peinture de Léon Spilliaert que j'aime beaucoup




43 commentaires:

  1. Tu as raison de te forcer à une activité physique, ne serait-ce que la marche pour ne pas que les muscles fondent car à nos âges ça va très vite.
    Quant à la nécessité de ne plus perdre de temps, je la ressens de plus en plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. avoir conscience que le temps passe si vite...
      et accomplir au jour le jour ce qu'il est important de faire...

      Oui, Praline il s'agit bien de me forcer à une activité physique... j'envie ceux qui aiment ça!!

      Supprimer
  2. je ne trouve pas morbide moi non plus de me dire que je suis mortelle et de vivre un peu en conséquence, c'est aussi ça, le "Carpe diem" :-)
    On parlait justement de cette prise de conscience chez moi aussi, hier soir, autour d'un bon verre, entre quinquagénaires ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. un bon verre entre amis... rien de tel pour de bonnes et solides prises de conscience
      ;-)

      Supprimer
  3. "penser à la vie, penser à la mort
    Prendre conscience que l'on vieillit..."

    P... ! T'as le moral, toi !
    Et avec les corticoïdes, fais surtout gaffe aux os.
    Et dis toi que ton corps, il vaut mieux qu'il te lâche un jour sans crier gare.
    C'est mieux qu'ne criant gare pendant des mois voire des années...
    Histoire que l'on ressente de la peine de te perdre et pas du soulagement que ce soit enfin terminé... ;-)
    (je parle d'expérience, non que je sois mort ou alors je ne m'en suis pas aperçu, mais après la perte d'autres perdus après une agonie interminable.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah! bon? les os?
      c'est vrai mon médecin veille à mes doses quotidiennes de calcium...

      c'est vrai bien sûr: mieux vaut partir sans crier gare que d'agoniser longuement et douloureusement...

      Supprimer
  4. pour le moment, je suis sous l'émotion de ton texte et ce sera mon seul commentaire; mais j'ai tellement à creuser autour de ce sujet! merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu m'intrigues sylvie...
      nous avons tous à creuser autour de ce sujet, et non faire comme si cela ne nous concernait pas

      Supprimer
  5. "Emotionnant" ton billet.... Un peu d'accord avec le Gout....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci de ton petit commentaire Manou qui me dit que tu me lit toujours ;-)

      Supprimer
  6. Qu'on le veuille ou non la mort fait partie de la vie. Chaque jour apporte une mort à quelque chose, une transformation prend place et la vie continue.
    Et à un moment ce sera le corps physique qui nous laissera et la vie continuera... une autre transformation.
    J'essaie de m'y préparer à cette grande transformation...
    Les livres de Christiane Singer sont une source d'inspiration vers ce passage. maty

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mais peut-être Maty, n'y a-t-il rien après la mort..
      tant de gens sont persuadés de cela!
      Moi non... je crois à un passage vers "autre chose"
      Et il est donc essentiel de s'y préparer!
      Oui Christiane Singer et le livre qu'elle a écrit pendant la maladie qui allait la conduire vers la mort...

      Supprimer
  7. C'est la mort des autres que je crains le plus. La mienne je m'en fous un peu. Je suis très heureuse de vivre avec ceux que j'aime . Comment vivre sans eux? Donc j'en profite à fond.
    Vieillir c'est un naufrage disait Valéry Giscard d'E... reprenant la phrase dite avant lui par je ne sais plus qui. Il vient de fêter ses 90ans. C'est vrai que jeune il était drôlement plus beau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les gens vivent de plus en plus vieux, je trouve et pas toujours ene bonne santé... je n'aimerais pas vivre jusqu'à cet âge-là!

      Supprimer
  8. Le plus dur c'est la maladie et non la mort. La mort nous fait peur certes,mais elle fait partie du processus naturel de la vie. Chez certains peuples, la mort est bénie, car elle mieux acceptée. Quelqu'un a dit: "Aimer, c'est la meilleure préparation à la mort!" C'est peut être cela en fait l'essentiel, et jusqu'à la dernière seconde. J'aime bien ce que tu as dit:
    "Un temps pour le corps
    Un temps pour l'esprit
    Un temps pour l'âme"
    Oui c'est vraiment bien réfléchi.
    Bisou Coumarine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ce sont les trois pôles d'attention qui englobe l'être humain dans sa totalité...
      Bisou bizak

      Supprimer
  9. IL faut que j'arrive à faire mienne ta devise. Je me laisse emporter par le quotidien tout en me disant que je m'occuperai demain de mon corps de mon esprit de mon âme. Pourtant je pense aussi à la mort comme un passage "vers autre chose".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. moi aussi trop souvent hélas je néglige un des trois points
      merci d'être venue Tanette

      Supprimer
  10. Vieillir, souffrir...oui ça me fait peur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je me demande à qui cela ne fait pas peur?
      raison pour laquelle j'y pense souvent... et je conjure ma peur

      Supprimer
  11. Il faudrait aussi avoir le temps de garder du temps pour l'ennui, comme pour les enfants, ça rend serein.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah oui! j'aime beaucoup cela! garder du temps pour l'ennui..l'ennui est créatif, en plus qu'il rend serein!

      Supprimer
  12. Réponses
    1. ben voilà!
      garder un temps pour le coeur
      oui tu as raison!

      Supprimer
    2. Et un temps pour la relation. La valse a mille temps, on a le temps. D'un blog à l'autre, je préfère les petites paroles, plus longues et plus profondes, libérées de la contrainte "quenellienne"

      Supprimer
    3. Un temps pour la relation... OUI évidemment!
      Une relation ne cesse jamais de se construire
      Je vais t'avouer Patrice.. moi aussi je suis contente d'être revenue ici. Il n'y a plus cette contrainte serrée des cent mots, qui m'empêchait d'approfondir un sujet

      Supprimer
  13. J'ai personnellement toujours eu grande conscience que mon corps vieillissait et qu'il fallait l'entretenir. Je m'y suis donc attelé très tôt, notamment en faisant du yoga depuis plus de trente ans. J'ai le désir de rester autonome le plus longtemps possible jusqu'au jour où la vieillesse l'emportera inexorablement !!
    Ton billet me parle beaucoup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu as entièrement raison, Daniel!
      rester autonome et y veiller par l'exercice physique!
      J'essaie moi aussi de m'y tenir
      merci à toi :-)

      Supprimer
  14. Nous avons été voir hier "45 Years" L'histoire d'un couple vieillissant vraiment pas rigolo(45 ans de mariage). Quelle sinistrose...Nous nous ne nous sommes pas du tout reconnus dans ce couple.La salle était pleine à craquer. La moyenne d'âge était la bonne soixantaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui j''ai vu qu'on le jouait et j'ai eu envie d'aller le voir...
      Donc vous n'avez pas aimé?

      Supprimer
  15. La mort fait peur, oui, mais curieusement, lors de la mort de ma mère, de mon frère, hormis l'immense chagrin que je ressentais, je me disais en les regardant que la mort ne me faisait pas si peur que cela. Et que je les retrouverai de toute façon lorsque mon heure serait venue.

    Bisous Coumarine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est le chemin de pacification intérieure que tu fais Françoise!

      Supprimer
  16. J'ai beaucoup pensé à la mort depuis quinze jours. Depuis que mon beau-frère est parti. Il était comme un frère. J'ai eu du mal...
    Et beaucoup pensé à la vie, aussi. Tu as raison, cela va de pair. On se dit que le temps passe et que la vie est là.
    C'est la mort des proches qui nous fait progresser vers notre propre mort.
    bises Coum
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On se dit que le temps passe et qu'il faut le vivre vraiment tant qu'il est encore là!
      En vieillissant la mort prend de plus en plus de place: c'est comme ça! mieux vaut l'accepter
      Je suppose en effet que le décès de ton beau-frère t'a très fort affecté. Je te souhaite de retrouver une certaine paix
      Je t'embrasse

      Supprimer
  17. ça fait un moment que je me demande comment me "réintroduire" dans la blogosphère... Pas facile de retrouver tout ce petit monde éparpillé.
    Et puis j'ai pensé à toi, qui avait été en quelque sorte ma marraine de blog à l'époque du boudoir. Alors je suis venu chez toi, la porte est encore ouverte, ça fait plaisir.
    Et je lis ce billet, tout en pudeur, tout en profondeur et je suis émue.
    J'ai touché du doigt la maladie également ces dernières années et comme toi cela m'a amenée à penser à la mort, non pas comme une porte qui claque ! Mais comme une évidence à laquelle il faut se préparer.
    La mort comme une amie avec laquelle on chemine, et non comme une ennemie qui nous supprime.
    Je me sers de ce petit passage ici pour donner les liens de mes deux blogs dédiés à Théo. J'espère que tu ne m'en voudras pas.
    http://theoetautrechose.blogspot.fr/
    et
    https://danseaveclespoissons.blogspot.fr/
    et bien sûr je t'embrasse fort.
    Valérie, anciennement Pakita

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca alors! Pakita!
      Tu as fait remonter plein de souvenirs de mes premiers temps de présence sur la blogosphère...
      Tout est remonté en blog... c'est à la fois loin et si près!!
      Je me souviens t'avoir encouragée à écrire ton histoire avec Théo, à la fois difficile et si belle, si émouvante; et voilà que tu es sur le point de la publier... bravo!
      Tu as de beaux ptojets, mais surtout un amour solide pour ton fils (qui a bien grandi!!)
      Bonne chance Valérie (oups, je vais avoir de la peine de t’appeler comme ça!) et tu es toujours la bienvenue ici!

      Supprimer
    2. tout est remonté en blog... en bloc voulais-je dire... ;-)

      Supprimer
    3. Haha ! Quel beau lapsus ! Tu sais, Manon qui est mon amie depuis plus de 3 ans maintenant et qui m'a connue au boudoir m'appelle encore Pakita parfois. Et ça me fait toujours quelque chose. Pakita, ce n'était pas juste un pseudo, c'était moi... la moi d'avant :-) Aujourd'hui je suis plus discrète, j'ai pris un petit coup de vieux. Alors je trouve que Valérie me va mieux. Et je veux m'effacer un peu pour Théo qui prend son envol.
      Oui il a grandit n'est-ce pas ! Il est merveilleux et je suis si fière de lui.
      A bientôt... et merci pour ton accueil.

      Supprimer
    4. Je comprends bien pour ton pseudo! Je n'imagine pas qu'on m'appelle autrement que "Coumarine"! J'essaierai de t'appeler Valérie désormais ;-))
      Plein de souvenirs de ce temps me sont remontés à la surface: je me demandais parfois comment tu allais après toutes les péripéties que tu as vécues!!!
      Je t'embrasse

      Supprimer
  18. Et bien... tout ce qui ne tue pas nous rend plus fort parait-il... (ce qui est un peu facile, mais bon...)
    Et bien je suis plus forte :-) A vrai dire, je me sens en vie comme jamais, car justement, pour faire le parallèle avec ton billet, j'ai discuté un peu avec l'idée de la mort, et elle et moi sommes tombées d'accord sur le fait qu'avant de mourir, il fallait vraiment vivre.
    Ce que je fais :-)
    Lorsque j'ai quitté la toile, tu te débattais avec tes soucis de santé.
    Moi aussi je me suis souvent demandé comment tu allais.
    Les liens du Net parfois, sont forts... pour peu qu'on y mette tout de soi. Et je crois qu'en cela nous nous ressemblons toi et moi, à ne pas nous cacher, à ne pas nous fabriquer.
    Coumarine, Pakita, c'est nous :-)
    Et c'est vrai que ça parait loin ce temps ! Avec Désirée et doc... on formait une bonne équipe :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, c'est loin...
      beaucoup de choses ont changé!

      Supprimer
  19. Ouah quelle surprise de retrouver , grâce à toit Coumarine, ma chère Pakita... je cours chez elle!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ben voilà Manou
      tu as les deux adresses de ses blogs!

      Supprimer

un petit mot à dire?

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails