vendredi 24 juillet 2015

366 réels à prise rapide

Suite à ce qui pouvait ressembler à une petite bouteille à la mer lancée sur mon billet précédent, j'ai reçu une idée précieuse: écrire chaque jour environ cent mots suivant les consignes de Raymond Queneau
Une consigne par jour, sur laquelle on écrit donc un court texte, qui a trait à quelque chose de vécu aujourd'hui

Je tenterai d'être fidèle à la consigne quotidienne
Si cela vous tente de découvrir ce que j'ai bien pu écrire sur certaines qui ne sont pas si faciles que ça, rendez-vous ici  http://parcourirlechemin.blogspot.be/

Merci à tous ceux qui m'ont encouragée et le font encore



17 commentaires:

  1. je suis allée te lire et je voulais y mettre ce commentaire-ci: Bonne idée, cette contrainte quotidienne!
    (mais il m'est impossible de commenter sur le site, rien ne me va dans les identifiants proposés)
    Bonne continuation!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Adrienne, il semble que ce soit arrangé, tu me diras si tu passes par là!

      Supprimer
  2. Je ne sais pas qui a eu cette idée, mais c'est super que tu l'aimes !
    bisous
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il paraît que c'est toi, Célestine ;-)

      Supprimer
    2. ben oui, c'est toi Célestine...et je t'en remercie!!

      Supprimer
    3. Je plaisantais, en toute modestie...

      Supprimer
  3. Cela a l'air chouette , j'ai bien envie de participer mais où envoie -t-on son texte ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. charlotte, ou bien tu écris et tu gardes tes texte pour toi. Mais personne ne pourra lire tes textes! (et ce serait dommage!)
      Ou tu ouvres un blog spécialement pour ça!
      Comme je l'ai fait, pour ne pas mélanger avec mes petites paroles
      http://parcourirlechemin.blogspot.be/

      Supprimer
  4. Se remettre progressivement le pied à l'étrier...
    Super cette idée !
    Beau dimanche, Coumarine !

    RépondreSupprimer
  5. L’écriture relève totalement de l’intime et pour cela sans doute devons-nous user tant de mots pour cerner l’indicible. A un moment, la plume se lève… et nous poursuivons en nous, immobile, la quête de notre explication profonde, qui n’appartient qu’à nous, rétive à toute verbalisation écrite ou orale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah! Patrice... comme tes mots sont beaux et vrais!
      Cette quête en moi est devenue muette et immobile... du moins c'est ce que j'aurais pu croire. Il n'en est rien
      Merci à toi!

      Supprimer
  6. Bravo, quelques lignes par jour, c'est une discipline à la fois saine et féconde pour qui aime les mots. Pas si simple de faire court, oh que non.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Tania..
      tu es plutôt quelqu'un à écrire de longs billets super intéressants ;-)

      Supprimer

un petit mot à dire?

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails