mardi 19 mai 2015

Reprendre son souffle

Oui je sais, cela fait plus d'un mois que je ne suis plus venue écrire ici...
Depuis le début de l'année j'ai dû affronter des passages bien difficiles et inquiétants qui m'ont par moments, mise à terre.  J'ai titubé, chancelé, tenté de reprendre l'équilibre.

Je reprends mon souffle, c'est un  choix que je fais délibéré et bien réfléchi!
Néanmoins je ne serai plus jamais la même, je m'étonne parfois de voir combien j'ai changé, je m'étonne de me voir si grave
Mais je n'ai plus peur des mêmes choses, qui m'apparaissent à présent bien ténues
Je n'ai plus les mêmes désirs, je n'aurai plus les mêmes combats
Ce soir, j'ai simplement faim. Faim de l'essentiel, faim de partages vrais, de mots authentiques.

Je voudrais aussi réapprendre à rire de bon coeur, à danser librement, sans crainte de tomber et tant pis si je titube encore, j'aurai, j'en suis sûre, les gestes et les pas de la danse du coeur

Et pour dire comme le poète Guillevic

Il fait beau
il y a comme un air de liberté
on n'est pas obligé d'être heureux
mais on peut

47 commentaires:

  1. Ces mots de Guillevic sont accrochés au mur de mon bureau !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. choisir d'être heureux... c'est en effet une bonne idée!
      et si Guillevic le dit...;-)
      (il dit bien d'autres choses encore qui m’inspirent, notamment sur le silence

      Supprimer
  2. Heureuse de te voir ici, je sais, je sens ce que ça veut dire, ce droit (inconscient? ) que tu te donnes de venir écrire ici. Oh que j'aime les mots de ton poète, je vais les noter!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! Fabeli! Guillevic est un poète fabuleux, qui écrit dans la densité où chaque mot compte. Je suis amoureuse de lui ;-))

      Supprimer
  3. Eh bien, on te le souhaite de tout cœur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Walrus, merci surtout de ta fidélité!

      Supprimer
  4. Puisque tu as faim de mots authentiques, de partages vrais, je voulais simplement te remercier pour tes petits mots et signes des derniers jours, sur FB ou chez moi, à un moment où je n'allais pas trop bien. Preuve de ta grande âme.
    A mon tour, je me réjouis de ce tu écris dans ce billet, et qui semble dépasser tous les différends, tous les trucs artificiels et vains qui séparent pour avoir atteint l'essentiel, celui qui rassemble.
    Tu verras, il y a encore plein de belles choses dans la blogosphère, et quelques gens formidables qui valent le détour.
    Je t'embrasse fort
    ♥︎♥︎♥︎

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est toi surtout qui m'est restée fidèle, Célestine, pendant tout ce temps de long silence qui ne me faisait même plus souffrir, tellement j'étais loin de tout...
      Je sais bien qu'il y a dans la blogosphère des gens formidables, à compter par toi ;-))

      Supprimer
    2. ... "à commencer par toi... c'est plus juste!

      Supprimer
    3. On peut me reprocher beaucoup de choses, mais ma fidélité en amitié, ça c'est quelque chose de très solide en moi. C'est sans doute ce qui fait mon ciment.
      Bisous célestes ma chère Coum
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. ce sont toujours de très beaux mots, vrais et authentiques, que nous lisons ici, qu'ils soient de toi ou de Guillevic, et je crois bien aussi ceux de tes commentateurs
    Des bises, Coumarine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les mots vrais et beaux, sont avant tout ceux de Guillevic
      Mes mots sont je l'espère, authentiques... j'y veille!
      Des bises aussi à toi, chère Adrienne

      Supprimer
  6. Heureuse de retrouver tes mots toujours si justes.

    RépondreSupprimer
  7. Je croyais que tu avais jeté ton PC à la poubelle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui le-goüt, je l'avais en effet jeté à la poubelle
      Mais il a rouspété, s'est manifesté bruyamment. Et... me voilà!

      Supprimer
  8. Retourner à Orval et relire Guillevic .... Ressentir la vie qui sourd de partout, entendre le chant puissant qui s'élève dans l'aube pour célébrer la naissance du jour, entrer dans la nuit par un chant apaisé.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas dit dans ce billet que je sis retourné quelques jours à Orval, mon lieu d'intense paix. Et tu l'as deviné car j'ai parlé de Guillevic, chère Nicole
      Tu as raison, je dirai un mot d'Orval dans un prochain billet (comme ça, je suis OBLIGÉE d'écrire, puisque je l'ai promis!!!

      Supprimer
  9. Les épreuves nous font prendre conscience que le bonheur n'est fait que de petits riens !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est exactement ce que dit Alphonse Karr :-)
      "Le bonheur n’est pas un gros diamant, c’est une mosaïque de petites pierres harmonieusement rangées."

      Supprimer
    2. @Daniel, plus que jamais j'ai expérimenté cela. D'ailleurs tous les soirs, je remercie la Vie ppour les petits riens qu'elle m'a donnée

      @Adrienne, je ne connais pas l'auteur que tu cites, j'irai un peu à sa découverte: "les amis de mes amis sont mes amis" ;-)

      Supprimer
  10. Grande envie aussi de retourner à Orval et d'écouter Guillevic !

    Fortes pensées vers toi, Coumarine. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça alors, toi aussi tu me parles d'Orval!!
      comme quoi Guillevic =Orval
      Je t'embrasse aussi chère poète

      Supprimer
  11. Je t'offre ce Haiku, tiré d'un ancien atelier d'écriture sur le thème du vent, que j'ai donné en d'autres temps

    Après l’orage
    sous les clochers des sapins
    la lumière joue de l’orgue

    Le vent qui cette nuit
    hurlait comme un loup
    il danse ce matin dans les bouleaux

    Un moineau dans une flaque,
    elle n’en peut plus de rire
    la petite fille.

    Petits haikus des saisons, Jean-Hugues Malineau,
    Patrice

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Patrice... ils sont beaux ces haïkus, ils m'aideront à reprendre la danse de ma vie
      Merci!

      Supprimer
  12. "L'essentiel" est différent selon les périodes de notre vie, du moins c'est ainsi que je le ressens. Il en va de même pour les désirs...
    Je te souhaite d'assouvir ta faim et de rire de nouveau, de bon coeur. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. coucou Praline ;-)
      Cette faim de l'essentiel est vraiment une faim du plus essentiel, l'amour de la vie, des êtres et des choses
      Ce soir, nous recevons des amis, pour la première fois depuis 6 mois... je crois bien que nous rirons...

      Supprimer
  13. Je surveillais ton blog et voilà ce matin tu es là.
    "Ce soir, j'ai simplement faim. Faim de l'essentiel, faim de partages vrais, de mots authentiques."
    Ressentir la faim ou la soif est un grand pas vers le bonheur.
    Assouvir cette faim n'est-ce pas un grand bonheur!
    J'aime avoir cette soif de l'essentiel tant de découvertes y sont enfouies.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. voilà donc une anonyme qui surveille mon blog! Mais que est-tu donc, ça m'intrigue! Un simple pseudo me ferait plaisir
      Oui tu as raison cette faim de l'essentiel est une faim de bonheur...

      Supprimer
  14. Ah j'ai oublié de mettre mon nom sur anonyme : Maty

    RépondreSupprimer
  15. Reprendre son souffle c'est possible après avoir soufflé un peu, le temps, par exemple, d'un retrait dans un lieu de paix. Les épreuves sont parfois bien lourdes mais si elles ne nous tuent pas, elles peuvent nous rendre plus forts d'une force intérieure nouvelle. Cela ne vient pas du jour au lendemain.Le travail se fait à notre insu . On n'est pas vraiment maître du jeu ! Notre inconscient nous joue tellement souvent de drôles de tours. Et un jour, on se réveille en se découvrant nouveau, différent. Comment s'habituer à ce changement ,c'est comme s'il fallait s' apprivoiser soi même .Le passé, l'avant, ne reviendra pas, vivre, être dans l'ici maintenant n'est pas toujours évident mais c'est essentiel. Car on s'essouffle en effet à tenter de toujours vouloir prévoir, de prévenir, de se projeter dans un futur inconnu.
    Je ne connais pas Guillevic mais je vais de ce pas aller à sa rencontre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chère Charlotte, c'est ce que j'ia fait. J'ai repris mon souffle pendant quelques jours dans un milieu de paix
      Et dans ce lieu de paix, Guillevic le poète est partout présent, j'ai appris à l'aimer...

      Supprimer
  16. Oh, toi aussi tu as faim ?

    Je remarque une chose : tu ne te sens plus "coupable" de tes longs silence. Il me semble percevoir en toi davantage de sérénité, de calme. Comme une acceptation de ce qui est…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mais non Pierre, je ne me sens pas/coupable... compte tenu de ce qu'est devenu ma santé, je fais ce que je peux, et j'essaie de le faire bien, dans l'amour...
      merci de ton passage qui me fait plaisir;-)...

      Supprimer
  17. Heureuse d'avoir de tes nouvelles Coumarine. C'est sûr qu'on s'inquiétait tous à ton sujet. Il y a des coups très durs à encaisser dans la vie... et la phrase qui me parle le plus dans ce que tu dis, est : "je n'ai plus peur des mêmes choses, qui m'apparaissent à présent bien ténues"... oui bien ténues. Cette affirmation je la trouve positive parce que pour avoir cette expérience il faut s'être rapprochée de Soi, s'être rapprochée de la Réalité et cela n'a pas de prix, cela vaut tout l'or du monde.
    Une amie de mon fils a perdu sa fille dernièrement et c'est une difficulté infinie qu'elle traverse. Tu peux entendre son témoignage sur utube. Je te donne le lien (j'espère qu'il fonctionnera) : https://www.youtube.com/watch?v=MgGXgEtNsLM

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups !... kéa... si tu ne m'a pas reconnue !

      Supprimer
    2. chère kéa (tu vas bien?) j'apprends au jour le jous à accepter ce que j'ai à vivre
      Dans le plus de sérénité possible
      Merci à toi pour le lien que j'écouterai en silence

      Supprimer
    3. Oui pas mal du côté santé et comme toi j'apprends aussi au jour le jour. Présentement ce que je découvre c'est de déposer mon fardeau sur Ses épaules au lieu de le garder sur les miennes. Ouf ! quel soulagement... je ne dépends plus de rien ni de personne... tout me vient de cette source dont je viens moi-même. Tu sais les p'tit oiseaux qui ne sèment ni ne moissonnent... c'est vrai... compris de la bonne façon par exemple... ce qui n'est pas évident j'avoue.
      La vidéo est bouleversante mais rayonne d'espoir à la fois. Les humains... une super race quand même ! Donnes m'en des nouvelles si tu veux. kéa

      Supprimer
  18. Apprendre à trébucher
    Intégrer les faux pas, en faire sa danse.
    Apprendre la marche imparfaite de tous ceux qui ont dans le corps un poids qui se déplace et les entraîne.
    Sans qu'ils n'y puissent rien.

    Et danser avec ça.
    Tous.
    Des semblables
    Qui tentent de rétablir l'équilibre
    A chaque pas
    Entravés, empêtrés dans les vies et les histoires
    Qui s'agrippent, déséquilibrent.

    Jeanne Bénameur, Laver les ombres

    (Un passant qui passe :) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. cher passant qui passe
      je te dis "cher" même si je ne sais pas qui tu es, car ces mots que tu m'offres, ont suscité en moi une vague d'émotion: ils sont tellement vrais, c'est exactement ce que je vis
      "intégrer les faux pas, en faire sa danse"
      Merci merci

      Supprimer
    2. Magnifique Un passant qui passe. kéa

      Supprimer
  19. beaucoup d'émotion en te lisant! prends soin de ta belle personne

    RépondreSupprimer
  20. Juste te dire que je suis là... pas loin. Amitiés.

    RépondreSupprimer
  21. @sylvie et mel...
    merci à toutes les deux...
    savoir que mes lecteurs sont toujours là, fait tant de bien...

    RépondreSupprimer

un petit mot à dire?

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails