mardi 30 décembre 2014

Essaie encore


Je ne me sens pas trop capable de venir écrire ici en ces jours où les familles et les amis se réunissent dans le rire et la bonne chère, et parfois dans l'éclatement des non-dits
Incapable d'entrer dans la ronde des souhaits bisoutés échangés d'un blog à l'autre
J'attends que "ça" se passe
Les f^tes et leurs flonflons, les repas pantagruéliques,  les souhaits convenus et les bisous de bonne année... désolée, la vieille ronchon que je suis ne peut plus entrer dans cette danse artificielle...

Alors même que les avions continuent à se scratcher
les extrémistes à couper les têtes de ceux qui ont l'audace de ne pas prier Dieu comme eux
les SDF à mourir de froid sur les bancs qu'on leur refuse
les politiques à chercher comment leur parti clouera méchamment le bec à l’opposition!

L'art sauvera le monde dit-on
Mais qui le pense quand les budgets de la culture s'effritent au rythme de la crise qui n'en finit pas de criser?
Les librairies s'écroulent les unes après les autres
D'ailleurs lit-on encore? les jeunes par exemple à qui on n'aurait plus l'idée d'offrir des livres, menfin voyons, à l'ère des Ipad et autres smartphones...

Dans le secret des demeures bien protégées du froid, il y a pourtant bien des pannes de chaleur intérieure: des couples qui s'éloignent ou se déchirent dans leurs désaccords, des jeunes qui se réfugient dans leur chambre ou qui s'évadent dans la rue et dans la drogue auprès des "copains"

Bonne année les gens.... oui mais tous ceux qui ont mal d'une manière ou d'une autre? dans leur corps ou leur coeur, qui viennent de perdre quelqu'un qu'ils aimaient?
Bonne santé les gens... oui mais tous ceux qui ont à affronter pour des mois, sinon de années, un truc plus ou moins lourd auquel ils ne s'attendaient pas?

Pas facile de trouver le juste ton: ton qui semblera trop sombre pour ceux qui tiennent à faire la fête et désirent oublier pendant un moment leurs soucis et trop sucré pour tous ceux qui cachent derrière un sourire de convenance leur chagrin, leur détresse

Je ne sais pas trop comment vous dire Bonne Année!

Je vous laisse avec ces mots du poète Guillevic, qui a l'art d'aller à l’essentiel

"Tu n'as pas réussi
A faire de tous les instants de ta vie
Un miracle

Essaie encore"







105 commentaires:

  1. Je suppose que ceux qui ont pris la peine d'écrire leurs voeux sur une carte, d'y coller un timbre et de me l'envoyer, sont sincères :-) alors moi aussi, qui pourtant m'étais dit "cette année je n'envoie pas de cartes", j'écris des voeux, je colle des timbres, je mets à la poste... et mes voeux aussi sont sincères! :-)
    Pourtant moi aussi tous les matins en me réveillant, je pense d'abord à toutes ces jeunes filles enlevées et violées par des milices voilées de noir, et pour qui la seule issue est le suicide, vu que la "communauté internationale" ne semble pas trop se soucier d'elles...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui! je suppose que tes voeux sont sincères: d'ailleurs je te mettrais bien en MP mon adresse postale pour avoir le plaisir de recevoir des voeux d'Adrienne;-)

      Supprimer
  2. Merci pour ce beau texte.
    Il rencontre bien ce que je ressens parfois, mais n'oublions pas ce beau "c'est la nuit qu'il faut croire à la lumière"
    Je te souhaite, Chère Coumarine, une heureuse année 2015. Anne-Michèle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je pense en effet qu'il est important de ne pas se voiler les yeux, et que croire à la lumière qd il fait nui est un acte de foi
      Bonne année à toi aussi chère Anne-Michèle

      Supprimer
  3. Bonne année aussi à Anne-Michèle, croisée à l'une ou l'autre époque de cette existence... (Marie-Françoise / Pivoine).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hihi, me voilà devenue entremetteuse ;-))

      Supprimer
    2. Bonne année à toi aussi Chère Piivoine :)

      Supprimer
  4. Apparemment ! Enfin! Je sais commenter sans passer par Int. Explorer !!! (Pivoine).

    RépondreSupprimer
  5. Un mot de Guillevic que j'aime beaucoup. Une belle conclusion pour ce billet où je me retrouve un peu ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah ouf, Naline
      j'avais peur de me faire taper sur les doigts pour ce qui pourrait passer pour de la "sombritude" ;-))

      Supprimer
  6. Tu as parfaitement raison, Coumarine, dans le fond tout le monde est d'accord avec toi. Le monde est noir, noir, noir, et tout ce que nous essayons encore de faire, c'est de survivre à l'anéantissement programmé de l'espèce humaine, et au nôtre. S'étourdir pour ne pas trop penser, voilà ce que les gens font.
    Ce qui me trouble vois-tu, c'est que nous prenions conscience de cela une fois par an, au moment d'écrire les voeux, ces espèces de choses incantatoires et un peu magiques qui n'empêcheront pas les accidents, les cancers, les divorces...mais tant pis, on le fait quand même parce que tout est absurde au fond, et que rien ne l'est vraiment. Notre vie ici bas, c'est tout et son contraire à chaque seconde. Alors non, Coum, ton billet n'est pas sombre. Il est l'expression de ta sensibilité profonde. Et de ta grande conscience philosophique. Comme tu le sais, je les partage. J'ai envie de gueuler "ça sert à quoi tout ça ?"
    Mais tu vois, je ne peux quand même pas t'empêcher de te souhaiter du bonheur pour 2015. Parce que les mots positifs repoussent le mal comme les gousses d'ail les vampires.
    ;-)
    Et que ça ne mange pas de pain.
    Bises plus que jamais célestes
    ¸¸.•*¨*• ☆

    PS je t'offre en retour cette citation de Proust
    Soyons reconnaissants aux personnes qui nous donnent du bonheur ; elles sont les charmants jardiniers par qui nos âmes sont fleuries.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non Célestine! je ne dis pas que le monde est noir, ni même noir noir noir!
      Je veux dire que je ne veux plus me laisser prendre aux gentils souhaits (surtout sur les blogs) quand ce ne sont que des compliments de gens qui ne te connaissent pas vraiment, qui t'ont rencontré, non dans le quotidien de la vie, mais dans des jours "festifs"
      Comme le dit Manuel Ruiz dans "Les quatre accords toltèques" les gens ne font que dire des choses d'eux (tant dans les compliments que dans le négatif)... Ils ne parlent pas de toi. Ils parlent d'eux, de ce qu'il espèrent d'eux.
      Bises toutes simples...;-)

      Supprimer
    2. Il dit ça Manuel Ruiz ?
      je ne me souviens pas ...pourtant je l'ai lu ce livre !
      La parole impeccable, ça c'est difficile.Mais essayer toujours de faire de son mieux...encore et encore...
      Bisous

      Supprimer
    3. oui !
      C'est le 2ème accord, celui qui me parle le plus et qui pour moi est le plus difficile:
      "Quoi qu'il arrive, n'en faites pas une affaire personnelle"
      Pour ma part je relis régulièrement ce précieux petit livre: les 4 accords sont tous les 4 très précieux à intégrer

      Supprimer
    4. Oui il l'a dit ! Même qu'un jour à table je m'en souviens très bien c'était un mârdi, le Manuel il a dit "l'est pas mauvaise ta soupe, mais ça manque un peu de sel..." Il l'a dit !

      Bleck

      Supprimer
  7. Très jolie conclusion de ce poète ... difficile en effet d'avoir envie de souhaiter quoi que ce soit... franchement cette année à part à mes enfants chéris...mes voeux seront dispensés avec parcimonie.... Je te les envoie quand même ! bises tendres

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je crois Manou que tu es de cette catégorie de gens qui ont des difficultés à passer ces fêtes
      Je voudrais te donner un peu de courage...
      Et je t'embrasse

      Supprimer
  8. Merci Nicole ! Merci de mettre en mots mon malaise, ma réflexion, mon blues. merci de citer un de mes poètes préférés.

    Merci surtout d'être toi.
    Je t'embrasse.

    Nous n'avons pas pas réussi
    A faire de tous les instants de notre vie
    Un miracle

    Essayons encore !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui Agnès, j'ai pu me rendre compte de ce que tu aimes Eugène Guillevic!
      Je suis moi... tu es toi... nous sommes bien comme nous sommes, nous ne cessons jamais d'essayer à nouveau!

      Supprimer
  9. Vous n'avez pas parlé du changement climatique...
    Malgré tout ça, profitez bien des instants de bonheur qui s'offriront à vous en 2015.
    MM.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MM?
      qui c'est ça?
      non je n'ai pas parlé du changement climatique, ni du gavage des oies pour nos palais gourmets...;-))

      Supprimer
    2. ceci dit, belle nouvelle année à vous aussi ;-))

      Supprimer
    3. Je suis une vraie anonyme, je n'ai pas de blog...
      Marie-Martine.

      Supprimer
  10. ben au départ, vous lire ce soir plombe un peu l'ambiance, encore que nous avons passé la nuit de noel ds l'église ouverte et vide du Crotoy heureux de communier avec l'indicible du vide et non d'une tablée puisque cela ne nous disait rien
    peut-être que ces moments de fin d'année permettent tout simplement à chacun de communiquer qqchose de la joie intérieure qui ne se permet pas de sortir à un autre moment
    peut-être pas
    on s'en fiche après tout
    on a peut-être envie de s'interpeller entre humains ohé vous autres bonne année!
    merci pour votre commentaire ronchon vous commenciez à me manquer bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hoho j'aime beaucoup ce commentaire, chère Sylvie!
      "peut-être que ces moments de fin d'année permettent tout simplement à chacun de communiquer qqchose de la joie intérieure qui ne se permet pas de sortir à un autre moment
      peut-être pas"
      Oui oui, c'est ça, tout à fait ça!!!
      (si vous le voulez je ferai encore des commentaires ronchon... ça me plait ça en définitive, j'ai toujours dû me contrôler et rester sage!!!

      Supprimer
  11. et puis j'ai oublié.....belle année à vous chère" ron nu" (petit nom affectueux qui signifie ronchon en langage du jura mais je ne suis pas certaine de l'orthographe!!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah ben... je peux pas vous aider pour l'orthographe de ce mot en langue du jura ;-))
      merci encore!

      Supprimer
  12. Pour convenus qu'ils puissent être, je ne doute jamais de la sincérité des souhaits que l'on m'adresse.
    Là où j'ai comme un souci, c'est au niveau de leur efficacité, mais ça, c'est une toute autre histoire :-)

    Alors, pas de vœux, chère Coumarine, mais je t'embrasse et j'espère, j'espère...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. voilà Walrus... je ne doute pas de la sincérité des voeux que je reçois... le souci est au niveau de là où tu le dis... efficacité!
      Cela me transperce le coeur de voir tous les détresses de notre monde...que dire Bonne année;.. j'y arrive pas trop!
      Merci à toi cher Walrus!

      Supprimer
  13. Tu as raison. C'est "convenu". Tellement convenu qu'on s'y contraint, plus ou moins, plus ou moins vite aussi. Je crois que les gens - enfin, ceux que je fréquente - ne se font plus trop d'illusions et ces dernières années, les bisoutages ont été furtifs voire inexistants pour les plus proches. On ne se souhaite plus une bonne année. On se souhaite les meilleures choses possibles. On espère que ça ira. Je crains davantage le boulot où, par politesse, il vaut mieux lancer un "bonne année" rapide histoire de ne pas désobliger les quelques uns qui tiennent encore à la tradition. Mais, ça passe vite. Heureusement. En une journée, c'est fini.
    Pour le reste, ça peut être l'occasion d'un coup de fil sympa, une bonne excuse pour rappeler quelqu'un, reprendre contact naturellement... C'est aussi ça la "bonne année".
    Sur les blogs et sur le net, ça y va de ses souhaits, bien sûr... si ça fait plaisir aux gens, pourquoi pas. Je sais que je le ferai aussi, à ma façon, rapide mais sincère. Et puis la vie reprendra son cours, comme toujours...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour Béatrice,
      je ne souhaite plus faire les choses par simple politesse, et pourtant on s'y sent tous forcés. C'est le sésame pour ne pas être exclu: personne ne souhaite ça!
      Tu as raison quand tu évoques la possibilité d'une reprise de contact: un coup de fil sympa, une attention, un sourire aux voisins, un commentaire chaleureux sur un blog. Tout cela fait partie de la vie en société.
      Merci de ton passage ici!

      Supprimer
  14. Mais tous les instants de ma vie ont été des miracles !
    Des fois des bien.
    Des fois des pas bien.
    Mais des miracles...
    J'ai aimé.
    J'ai été aimé.
    Rien que ça, déjà, est un miracle.
    Non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah le gout!
      Tu le sais que je t'aime beaucoup, mon borgne préféré ;-))) (chuuuut pas le dire à Heure bleue!!!)

      Supprimer
  15. Tu ronchonnes, et pourquoi pas ? Il y a du vrai dans ce que tu dis, et en même temps... à quoi peut-on s'attendre ? A quelle impossible "justice" dans le sort de chacun ?

    La vie n'est ni belle ni moche : elle est bigarrée, variable, changeante, mouvante, instable. Depuis la nuit des temps il y a des moments gais et des moments tristes, du bonheur et de la souffrance, de la paix et de la guerre. Et tout ça simultanément, en continu, du début à la fin de l'année. Certains ont plus de chances que d'autres (la plupart d'entre nous, n'en doutons pas), qui auront une vie de misère de leur naissance à leur mort, sans qu'il soit même question pour eux de penser à un mieux-être. Et ils sont des millions comme ça.

    Alors je te souhaite de savoir profiter pleinement de tous les bonheurs, petits ou grands, que la vie mettra sur ta route.
    Amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pierre à la fois contente que tu aies franchi la parte des commentaires (ben oui, il y a tout un passé d'amitié entre nous!) mais un peu perplexe quant à ce que tu me dis, avec tant de sérieux...
      Bon on efface tout et on recommence, l'année 2015 sera celle des rires, de la fête, de l'amitié et je serai la première à la danser avec vous tous...

      Supprimer
    2. Oh je n'ai pas voulu être "sérieux", Coumarine, en tentant de relativiser les choses pour se souvenir combien on n'a rien à attendre de "la vie" :)

      L'année 2015, comme toutes les autres, sera pour chacun de nous ce qu'on décidera qu'elle soit.

      Je t'embrasse

      Supprimer
    3. et bien cher Pierre, j'attends beaucoup de "ma"vie
      mais je sais que c'est moi qui la tricoterai, comme je l'espère...

      Supprimer
    4. j'ai oublié de t'embrasser
      tu le sais je t'aime bien
      (oups peut-être que tu le sais pas au fond...et je suis réellement contente que tu n'as pas tout à fait oublié le chemin de mon blog...)

      Supprimer
    5. Oh mais je n'ai jamais oublié le chemin de ton blog :)

      Moi aussi je t'aime bien, même si on n'a pas toujours été d'accord ;)

      Supprimer
    6. tu vois? moi non plus je n'ai pas oublié le chemin de ton blog
      Tu es parmi mes plus anciens lecteurs, et même si parfois en effet je ne suis pas très d'accord avec ce dont tu parles... je t'aime bien (c'est une redite, comme tu vois... pour être sûre que tu l'as bien vue ;-))

      Supprimer
    7. ça ne te concerne pas Pierre, mais en me relisant, je suis surprise du nombre de fois que j'utilise les mots "voir, vue etc"
      étonnant ça!

      Supprimer
    8. Je vois ça ;)

      (mais je ne l'aurais pas vu si tu n'en avais pas fait la remarque)

      Supprimer
  16. Le livre a été plébiscité sous le sapin, tant en Belgique qu'en France.
    Oui; oui, la lecture est bien vivante et les les lecteurs aussi
    Oui, oui, les temps sont durs.
    Oui, oui, les bons voeux à répétition n'ont aucune saveur.
    Aussi ceux que je t'adresse sont peu nombreux. Choisis-en que tu aimes, un Beau et réalise-le. Et je t'invite à un Passage sur mon blog.
    Belle année à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Patrice, toi tu lis, moi je lis et bcp de nos amis lisent!
      mais je parle des jeunes
      Mes petits enfants (de 15 à 17 ans) autrefois lisaient énormément! Ils ont dévoré de bien gros livres d’aventures.
      Mais maintenant je les vois en priorité plongés dans leur smarphone
      A regretter? ou au contraire à s'en réjouir?

      Supprimer
    2. Patrice tu sais bien ce que je te souhaite... beaucoup de lecteurs pour ton nouveau livre. Et moi je me réjouis de le découvrir!
      Ceci dit je cours, je vole v ers ton blog.-))

      Supprimer
    3. La lecture, comme le livre, se cultive dès le plus jeune âge, j'en suis convaincu. Nous voyons nos petits-enfants grandir loin des écrans (sans les ignorer, télé un peu, ciné de temps en temps) et près de livres. Ils en garderont quelque chose. Les parents passent trop vite à la tablette, croyant rendre service à leurs enfants en les mettant dans le coup très tôt. Mais d'abord, lire, écrire, compter. Analogique et numérique sont complémentaires, pas antagonistes.

      Merci pour mon livre.

      Supprimer
    4. oui Patrice c'est une question de rester dans le coup quand tous les copains sont plongés dans leur smartphone!
      Et puis l'argent qu'ils ont petit à petit épargné, ils le consacrent à acheter la fameuse tablette ou smarphone
      Je suis désolée je te l'avoue quand je vous deux de mes petits enfants (17 et 15 ans) se tourner vers Internet plutôt que vers les Harry Poter qu'ils dévoraient autrefois...;-((

      Supprimer
  17. Pourquoi devrions-nous faire de tous les instants de notre vie un petit miracle? Les vers sont charmants mais nous ne sommes pas Dieu. Nous ne pouvons que faire les choses à notre mesure, un jour après l'autre. Nous ne sommes rien dans l'univers, une poussière, et nous ne pouvons pas réformer le monde qui nous paraît pire à cause de tout ce que nous en savons mais je ne crois pas : les hommes sont ce qu'ils sont, depuis toujours. Alors que pouvons nous faire : rester authentique, ne pas tricher. Et, ainsi que je me le dis parfois, que chacun essaie de ne faire rien qui puisse enlever quoi que ce soit à l'autre. C'est très modeste, mais le monde en serait transformé. Je crois qu'il faut rester modeste.
    Alors en toute simplicité, je te souhaite de traverser au mieux cette mauvaise passe et de continuer, envers et contre tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chère X,
      Faire de sa vie "un petit miracle", dans le sens où (je crois) l'entend Guillevic, c'est vivre avec intensité chaque moment, le vivre au mieux, même s'il est simple, monotone
      C'est ce que tu dis plus loin d'ailleurs:
      "Nous ne pouvons que faire les choses à notre mesure, un jour après l'autre"

      Je pensais t'écrire pour te demander des nouvelles... j'espère pouvoir le faire aujourd'hui

      Supprimer
    2. Il a bien raison ce X !

      Supprimer
  18. Je n'avais pas vu que tu étais revenue ici, un bug de mon lecteur sans doute...

    Mais en même temps que ton texte je découvrais une citation, sur un autre blog :

    "Le courage ne rugit pas toujours comme un lion. Parfois, c'est une petite voix douce qui murmure à la fin de la journée: J'essaierai encore demain !
    (Marie-Anne Radmache)"

    Alors je te souhaite juste ça, une petite voix douce...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Pastelle pour cette petite voix douce, un murmure qui encourage...
      tu me mets là un commentaire qui me fait vraiment du bien...

      Supprimer
  19. bonsoir chère Coumarine, je viens de penser à vous en allumant une petite bougie aux huiles essentielles, je souffle les effluves vers vous, à l'unisson pour cette belle soirée...d'amitié bloggeuse bises fraiches

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ooohhh j'ai de la chance d'avoir une (nouvelle) lectrice qui pense à moi de cette façon!
      merci sylvie, merci!

      Supprimer
  20. J'ajoute au commentaire de X que j'ai particulièrement aimé que oui nous sommes poussière mais quelle poussière! qui vois, entend, ressens, aime... Malgré la folie que je vois autour de moi, dans les média j'ai confiance que l'éveil prenne place et change la face de notre planète. Tous ces petits grains de poussière que nous sommes ont un coeur qui bât fortement pour ressentir la paix, la joie. Il n'y a qu'un pas à faire pour reconnaître ce besoin qui nous tenaille. Et bonne année 2015 Coumarine. Vraiment bonne année! maty

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah! chère Maty...
      c'est un peu un acte de foi ça! croire, croire que la poussière que nous sommes peut changer la face du monde...
      Il me faut me remettre à croire ça plus fortement...
      reconnaître ce besoin de paix qui nous tenaille comme tu le dis si bien!
      Merci maty, vraiment merci

      Supprimer
    2. À mon sens il ne s'agit pas de foi mais de choix.
      Dernièrement je pense souvent au fait qu'au sujet des guerres, des SDF qui meurent de froid sur les bancs, etc., on dit "c'est inhumain". Cela implique que nous savons que tout ça est contraire à notre nature mais nous choisissons tout de même d'agir ihumainement. C'est sûr que chacun se dit "pas moi". Malgré tout le visage du monde ne peut être que le reflet de nos choix !
      Remarque que j'ai beaucoup à mûrir à ce sujet. kéa

      Supprimer
  21. en ces derniers instants de l'année 2014, je reviens dire que cette année a été difficile pour moi...
    J'ai même failli arrêter mon blog, après dix ans de bons et loyaux services ;-))
    Mais ce n'est pas ce que je voulais vraiment...
    J'ai donc recommencé
    Dans quelques instants nous serons en 2015, je souhaite à ceux pour qui cette année fut difficile, de recommencer avec courage et espérance
    Je vous embrasse

    RépondreSupprimer
  22. Faut pas se forcer, si on a pas envie, on a pas envie, moi je fais et les gens qui apprécient ce que je suis au travers de ce que ce que je fais trouve leurs contes dans mes vœux ou mes autres trucs, ça fait des petits ilots de bonheur tranquille, changer le monde... Voilà au moins un lustre que l'idée m'a quittée, à quoi vouloir faire le bonheur de tous si on se met la rate au court bouillon et que ça rend malheureux les proches, j'ai commencé à renverser la vapeur et j'éclaire mon cœur et mon foyer d'abord, si tous le monde faisait pareil, le monde irait un peu mieux et c'est dans cet un peu que je m'y retrouve ENFIN, moins malheureuse, sans plus avoir à faire aveu d'impuissance, sans plus culpabiliser non plus, parce que la culpabilité me parait trop ancrée dans le socle judéo-chrétien et que ce socle là me gave comme une pauvre oie et je n'aspire pas à devenir foi(e) gras.

    Allez, bonne année Coumarine, moi je souhaite pour ceux qui me suivent, que 2015 soit toute pleine de curiosités et en musique s'il vous plait ;) Pour le reste, la vie y pourvoira, ou pas, à sa façon singulière, on est que des hommes après tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonsoir Marie
      tu écris "ça fait de petits îlots de bonheur tranquille"
      j'aime beaucoup cette phrase et le message qu'elle véhicule...Merci!
      Bonne année à toi aussi, et bonne créativité

      Supprimer
  23. Confucius a dit : "Notre plus grande gloire n'est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque chute". Je vois que tu n'as pas besoin de te relever car tu es à nouveau debout. Que cette nouvelle année t'apporte encore et toujours confiance en la vie. Je suis toute en joie de te retrouver sur ton blog. A tout bientôt Coumarine. Je t'embrasse plein les joues.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mais bien sûr que je suis débout! Ai-je un autre choix? Avons-nous tous un autre choix, sinon celui d'empoigner la vie à plein courage...
      Je t'embrasse aussi Aimedjee
      Que tout aille selon ton coeur

      Supprimer
  24. Permets-moi simplement de te souhaiter à t'autoriser de ronchonner, d'être une vieille ronchonneuse si tu souhaite fondamentalement l'être, de te rouler en boule si c'est ta position du moment, bref permets-toi-toi (c'est facile à dire oui c'est vrai mais je ne vois pas quoi d'autre te souffler à l'oreille.) le reste est de la littérature... Une bise.

    Bleck

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. quelle chance Bleck! Tu m'autorises à ronchonner ;-))
      cela ne m'arrive pas tellement souvent, non?
      merci et bonne année, cher Bleck

      Supprimer
  25. sur la pointe des pieds je viens ici mais pas comme le froid, me frotter aux autres , pas dans une geste démonstrative ni narrative ni même hâtive pour te souhaiter de rester toi, car comme tu es tu me plais, et si je viens moins c'est que le deuil frappe régulièrement et que ce soit gens ou bêtes il frappe mais pas à l'aveuglette.
    Je ne sais de quoi sera fait l'an neuf , je sais de quoi je voudrai qu'il ne soit pas fait, mais le droit à l'utopie entretient des espoirs , pourtant la réalité est moins brillante et plus triste souvent.
    Rester optimiste et rester debout ferme dans ses conviction et ancré dans ses combats .

    Je t'embrasse Coumarine et je salue les amis de ton blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah Thierry... tu te trouves apparemment dans des moments difficiles...
      Je ne peux que te souhaiter bcp de courage et que le soleil dans ta vie puisse revenir!
      Je t’embrasse aussi

      Supprimer
  26. Bonjour Coumarine 2015! Je reviens. J'ai lu juste ton dernier texte. Non, l'art ne sauvera pas le monde, Dostoïevski disait que ce serait la beauté. Et c'est vrai! Beauté d'un instant, d'un clin d'oeil, d'un sourire. Beauté de la persévérance.
    «Le ciel s'élargira»... C'est le début d'un poème d'Eluard.
    Je continuerai maintenant à te lire.
    A bientôt.
    Je t'embrasse (pas pour 2015, mais pour ta constance dans l'écriture)!
    Natacha

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonsoir Natacha, contente te retrouver ici!
      Oui bien sûr, la beauté... mais l'art en fait partie, tout comme toutes les beautés de la nature, et celles des qualités humaines, comme tu le dis si bien!
      La constance dis-tu? mais écrire fait partie de ma vie, tout simplement!

      Supprimer
  27. Bonjour Courmarine,
    Quel bonheur de vous retrouver, je vous connais depuis 2004, mais je n'ai jamais osé écrire, aujourdd'hui, je me suis décidé à écrire mon ressenti, mes émotions et miracle j'ai pensé à vous et je suis heureuse de voir que vous continuez de diffuser vos belles paroles.
    merveilleuse année à vous et à vos proches
    Je n'ai pas de blog
    Hal

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Hal d’avoir franchi la porte des commentaires...
      je vous réponds à la suite de votre commentaire suivant
      N'hésitez pas à revenir écrire ici...

      Supprimer
  28. En fait, c'est le début de votre billet qui m'a parlé, l'histoire de l'éclatement des nons dits en famille, j'ai choisi de ne pas les vivre, je suis donc restée chez moi, je n'ai pas voulu affronter ces moments de mal être et de non dialogue.
    Voilà, peut être que d'en parler va me permettre de cheminer et de prendre les choses à bras le corps pour sortir de état qui me mine et me désespère de la famille
    à bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Souvent en effet les fêtes sont l'occasion de frictions plus ou moins fortes, quand on exprime tout haut ce qu'on pense depuis un certain temps. Bien des films ont évoqué cela, et les "éclatements" sont d'autant plus explosifs qu'ils se sont tus
      Maintenant est-ce que éviter d'affronter ce qui existe de toutes façons, est une solution?
      Je ne sais pas.... à chacun de faire pour un mieux!, sans fuir

      Supprimer
  29. "La désespérance contemporaine" ou "la culture de l'inespoir" est un mal dangereux" contre lequel il faut vraiment lutter . Tu ne vas tomber la dedans j'espère. Cela n'apporte rien de bon. Les fêtes sont telles que nous voulons qu'elles soient.Si tu as envie d'une fête simple et chaleureuse qui t'en empêche? Je lis pour le moment "Une autre vie est possible" ou comment retrouver l'espérance de Jean-Claude Guillebaut( qui entre parenthèse vient faire une conférence au CO en Janvier) Il parle de ce mal .En deuxième page on peut y lire deux citations.
    "Un monde sans espoir est irrespirable" d'André Malraux et "Mieux vaut allumer une bougie que maudire les ténèbres" de Lao- tseu.
    Allumer une bougie voilà une belle image face à la noirceur entretenue, au "catastrophisme déclamatoire" ou "la dérision revenue de tout".
    Je nous souhaite une bonne année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chère Charlotte
      Je ne crois vraiment pas que je plonge dans la désespérance, en tout cas si tu l'as cru, détrompe toi, ce n'est pas le cas!
      Je me sens un peu perplexe d'etre ainsi "sermonnée"! Je n'ai pas fait de catastrophisme déclamatoire, j'ai tenté, bien mal sans doute d'attirer l'attention sur le fait qu'à côté des élans de bonheur et de solidarité, il ne faut pas oublier que notre monde est malade!
      Je suis sidérée par ex de qui arrive au docteur Mukwégé, que je crois tu as rencontré comme moi,
      Moi ça me fait un mal fou que qqun qui donne sa vie pour les autres soit accusé par son pays...par les gens mêmes qui devraient le protéger, le soutenir...
      Le Doteur lors de la remise de son prix a des mots au Parlement européen qui ne sont pas de l'ordre d'un catastrophisme déclamatoire... loin de là!
      Il a dit les conséquence bien concrètes des atrocités contre lesquelles il lutte depuis 15 ans
      Bon je ne vais pas en parler plus ici,cela fait la une des journaux aujourd'hui. J'en parle parce que j'ai rencontré ce médecin fabuleux, simple, qui ne mâche pas ses mots

      Supprimer
  30. j'aime bcp ce qu' a écrit Charlotte, ça fait du bien...

    RépondreSupprimer
  31. pour ceux que cela intéresse

    http://www.franceinter.fr/depeche-rdc-le-pouvoir-saisit-les-comptes-de-lhopital-du-dr-mukwege

    RépondreSupprimer
  32. Dans un monde qui part à la dérive il est vain d'adresser des voeux qui ne seront pas de toutes façons suivis d'effet.
    J'en formule un quand même, continuer à te lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. sans doute, oui je continuerai à écrire ici...
      merci mab

      Supprimer
  33. Charlotte écrit ce que je ressentais sans pouvoir le formuler aussi bien !

    Ils sont un peu fatiguants ces gens qui pendant "les fêtes" plombent l'ambiance en disant que les voeux sont creux, les fêtes superficielles, que tout cela n'est qu'hyprocrisie et convenances sociales.

    Qui les empêche, en effet, de penser ce qu'ils disent ou écrivent ? Qui les empêche de dire ou d'écrire des choses qu'ils pensent vraiment ? Qui les empêche de réunir les gens qu'ils aiment et avec qui ils se sentent bien ? Qui les empêche d'essayer de pardonner toutes les misères et vilenies qu'on leur a faites ou dites ... Qui les empêche de sonder leur propre coeur et d'y trouver un peu de lumière et d'espérance ?

    De toute façon et quoi qu'il arrive, "il est poli d'être gai' !

    Merci Charlotte :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bon je n'ai rien à ajouter...
      ah si! il serait temps que Charlotte ouvre un blog, elle a quantité de choses à dire...

      Supprimer
    2. Anonyme, je te dis que rien ne m'a empêché de réunir, d'embrasser, de congratuler, de célébrer et que rien ne m'empêche non plus de considérer à leur juste mesure des voeux envoyés en l'air. Bonne année no name.

      Supprimer
    3. bien sûr Patrice... pour moi c'est pareil, nous avons eu une fête de famille (nous étions 22) à la fois attrayante, joyeuse, et chaleureuse
      J'ai passé un bon temps avec tous les miens que j'avais réunis pour la célébration de l'année nouvelle.
      quant à no name... je préfère que vous mettiez un pseudo... c'est tellement froid de répondre à un(e) anonyme!

      Supprimer
  34. Merci Patrice. Bonne année à vous aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah tiens, je viens juste d'ajouter un commentaire... et de vous demander de vous "nommer"
      Bonne année à vous homme ou femme;-)))

      Supprimer
  35. Bonsoir, je réponds à anonyme, qui dit que c'est facile de dire ce que l'on pense à des proches (sœurs) sans risquer de les blesser, les mots sont souvent violents et qui nous dit que la personne est prête à encaisser tout notre déballage ? Non, vraiment, toute vérité n'étant pas bonne à dire, j'ai fait le choix de ne rien dire pour le moment , ce n'est pas l'envie qui me manque mais j'ai peur de faire très mal et de le regretter.
    Bonne soirée
    Hal

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu as vu Hal, l'anonyme te répond plus loin...

      Supprimer
  36. Mon état d'esprit est proche du tien.
    Je te fais des bises virtuelles chère Coum' et te serre contre mon coeur.
    Continuons à écrire pour réchauffer nos cœurs, à nous lire pour savoir que nous ne sommes pas seuls.
    Douces pensées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. important de savoir qu'on n'est pas seuls...
      Au fond on a besoin les uns des autres
      douces pensées à toi aussi Cloudy!

      Supprimer
  37. Peut-être ce passage d'une année à l'autre est-il simplement l'occasion d'espérer faire mieux dans l'illusion d'un jour que nous souhaitons tout neuf...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Almanito la farceuse d'être venue jusqu’ici!

      Supprimer
  38. à Hal : Bien sûr que non, ce n'est pas facile dire ce qu'on pense à des proches et de risquer de les blesser. Ce n'est peut-être pas toujours nécessaire/possible non plus... Il faut parfois aussi trouver le bon moment, les mots justes ? Chaque situation est différente.

    à Coumarine : je me rends compte que mes paroles ont peut-être été un peu trop "directes". Si je vous ai blessée, je m'en excuse, ce n'était évidemment pas mon intention. C'est juste que la plupart des personnes que je rencontre me disent détester cette période de fête, ses fastes et ses flonflons.Cela me donnait à penser qu'on n'est pas obligé de faire la fête si on n'en a pas envie et que l'on peut décider de vivre cette période comme on le souhaite ou même de faire comme si elle n'existait pas.

    Un passant qui passe...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @au passant qui passe...
      Non vous ne m'avez pas blessée, juste que j'ai trouvé que vous avez suivi votre pensée (marre de tous ces gens qui disent détester cette période de fête) sans écouter ce que j'essayais de dire à savoir que le monde souffre (ben oui!)
      Faire la fête oui et de tout son coeur, mais avoir le courage de ne pas oublier cela... agir si possible
      Par ex aussi qu'il n'est pas évident de dire à ses proches ce qu'on pense vraiment, parce que tout simplement on décide de ne pas blesser
      La vie est mouvante et change de couleur selon les gens que l'on fréquente ou l'angle selon lequel on regarde les choses

      Passez encore autant que vous voulez... si vous êtes UN passant, je sais donc que vous êtes un homme ;-))

      Supprimer
  39. Oui, Guillevic sait aller vers l'essentiel et, en peu de mots, nous guider...alors essayons encore...et merci Coumarine !
    que chacun vive les fêtes comme il le désire, comme il le peut...en étant le plus authentique possible...pourquoi vouloir paraître ce que l'on n'est pas?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonsoir Gazou
      Je sais que tu aimes Guillevic, et je sais que tu es toujours prête à "recommencer" comme il le préconise
      Merci pour ton passage

      Supprimer
  40. Si les souhaits de "Bonne année" sont sincères, Coumarine, je ne vois pas où est le mal ? Cela ne nous fait pas oublier tout ce qui va mal dans le monde. "Bonne année" c'est tout de même plus sympa qu'une insulte. Cela permet parfois aux gens de s'embrasser, de se prendre dans les bras, de se retrouver, c'est plutôt sympa non ? :-)
    Je te souhaite plein de bonnes choses pour 2015, chère Coumarine. ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les souhaits sincères sont précieux, chère Françoise, ils font du bien, ils repassent l'a^me, comme je l'ai écrit dans un ancien billet. Je m'insurgeais contre les petits mots hypocrites, je n'aime pas les voir sur les blogs
      Merci pour tes souhaits, je te souhaite le meilleur pour toi, et pour ton petit fils auquel je pense ;-)

      Supprimer
  41. J'aime quand tu sors de tes gongs pour dire des choses non conventionnelles et qui pourtant correspondent à une réalité.
    ça fait longtemps que je fuis ces fêtes royaume de la consommation, ces obligations de donner des cadeaux inutiles à des gens qui n'y tiennent pas.
    Quand la famille était réunie (six adultes aujourd'hui) c'était toujours l'occasion de régler ses comptes ou de se taire.
    Noël, je l'ai passé au Canada près de ma fille en souffrance sentimentale, loin de tout et qui risque de se raccrocher à une illusion d'amour...Je lui ai approtée avec une autre de mes filles, un peu de réconfort qu'elle n'a pas toujours compris croyant qu'on voulait lui dicter sa conduite.
    J'espère que ce voyage loin de tout n'a pas été vain et qu'elle arrivera à s'assumer toute seule.
    Mais nos enfants sont là pour grandir sans nous. Je me demande si je la reverrai car le temps aussi pour nous ...
    Je te souhaite bien de belles choses, non pas des contacts euphorisants qui réconfortent sur l'heure, mais la force de regarder l'avenir avec lucidité et malgré les nuages des bouées d'enthousiasme.
    Je sais que cette année fut dure pour toi et que tu ne demandais pas de pitié, juste une écoute bienveillante.
    Je t'ai beaucoup lu dans le silence ...moi-même me suis enfermée dans le silence pour toutes sortes de raisons. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'aime tes voeux Saravati, ils sont vrais et puissants. J’aime ce que tu dis au sujet des contacts "euphorisants qui réconfortent un moment mais qui s'évaporent très vite... ils sont inconsistants!
      Comme tu le vois je ne suis plus très bavarde non plus.
      La question est de savoir si tu as envie de renouer avec es mots...?
      Alors ça demande un effort
      (je parle pour moi aussi)
      Je t'embrasse

      Supprimer
  42. bonsoir Coumarine, vous allez bien?juste un petit coucou affectueux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Sylvie
      je suis sous le choc... comme vous sans doute
      et si on se tutoyait?

      Supprimer
  43. oui pour le tutoiement et oui je me sens en état de choc avec réveils la nuit, une incompréhension
    bizarrement je n'arrive pas à écrire....ou si peu
    je t'embrasse chaleureusement

    RépondreSupprimer

un petit mot à dire?

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails