lundi 9 juin 2014

qui vivra, verra

voilà quinze jours que je n'ai rien écrit
du moins ici
peut-être n'ai je plus rien à dire
du moins ici
peut-être ce que j'ai à dire n'est pas intéressant
du moins à mes yeux
peut-être même n'ai-je plus envie de faire l'effort d'écrire
du moins ici
peut-être ai-je trop à dire
sans savoir par où commencer
ni si cela convient d'écrire tout ça ici
peut-être que oui
peut-être que non
sans doute que non, trop perso. ou trop con...

j'approche de mes dix années de blogging (en octobre)
J'ai adoré ça, blogguer, j'ai même écrit un livre pour expliquer la démarche

Je m'interroge:
il est peut-être temps que j'arrête,
que j'écrive ailleurs, autrement, en morse, en pointillés ou en écriture sympathique

je n'ai plus rien à dire de nouveau,
du moins ici
je suis au bout de mes possibles
du moins je le crois
d'ailleurs il y a je ne sais combien de billets en brouillon que je ne publie pas

ils ont été écrits il y a quelques jours, quelques semaines ou même quelques années
dans ces billets je ne me retrouve pas, ou plus

Qui vivra, verra ;-))



65 commentaires:

  1. Il faut parfois écrire ailleurs, autrement, autre chose, il faut parfois faire une pause, brève ou plus longue, peu importe, pour retrouver le plaisir d'écrire... ici !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'écris davantage sur FB pour le moment (enfin, un tout petit peu!)

      Supprimer
  2. Tu te poses des questions, ce qui n'a rien de surprenant après tant d'années de blog. On ne se demande pas forcément pourquoi l'envie est venue, mais lorsqu'elle s'amenuise ça pose question. Continuer ou cesser ? Les réponses n'ont aucun caractère d'urgence et ton titre dit déjà tout…

    Je crois que tu peux te sentir libre d'écrire, ou pas, au rythme qui te convient. Qu'importe si c'est deux fois par mois ou deux fois par an.

    Amicales pensées

    RépondreSupprimer
  3. Coum, Coum...allons tu sais bien que l'inspiration est cachée au fond de toi. Dans toutes ces choses que tu ne t'autorises plus a dire, dans toutes celles que tu n'as jamais osé dire, dans toutes celles qui font tes tripes et ton cœur. Et puis d'abord qu'est ce que c'est que ces manières de penser que ça ne va pas intéresser tes lecteurs? Et si tu commençais par publier tous ces bouts de brouillon, tiens ça pourrait faire une rubrique. Le titre? " fonds de tiroirs" ou bien " taillures de crayon" ou bien...
    " jus de cervelle" bref, un endroit où tu déposerais des textes un peu orphelins, qui n'attendent rien, qui expriment simplement un sentiment, une idée, un rayon de lumière, le regard d'un écureuil, le tintement d'une assiette sur la table, la douceur d'un morceau de fromage qui fond sur la langue...
    Des bouts de vie, des bouts de toi, des chaussettes trouées, des musiques oubliées, du vent dans les branches, une goutte de pluie sur les carreaux. On aimera, pour sûr. Qui vivra aimera.
    Aimera retrouver " une femme simple, fougueuse, aimante, sensible" celle que tu es toujours au fond de toi Coum. Et n'oublie pas que les défis d'écriture sont d'excellents moteurs qui réveillent les carrosseries flemmardes.
    Je t'embrasse du fond du cœur.
    Allez, hurry up!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pierre, Célestine..vos "conseils" à Coumarine, sont de la projection.. ;)

      Ce que je sens depuis un moment ici, ce sont des personnes qui aiment beaucoup Coum' qui la lise pour certains depuis très longtemps et qui en quelque sorte ont "peur" de la voir partir..

      Mais peu semblent ressentir le grand désarroi, l'angoisse, et la solitude qui souvent , trop souvent imprègnent les mots de coumarine depuis des mois..

      Certes coumarine se dirige vers une voie de sagesse digne de son age et de son parcours, certes elle a appris à regarder la vie autrement depuis la perte de son œil, certes elle est allée chercher profondément en elle, le sens de tout ça, certes elle s'est encore développé spirituellement, certes elle communique de l'espoir ...
      Certes ecrire en ligne depuis presque 10 ans faut du souffle et d ela matière..on peut comprendre sa lassitude et l'encourager à quoi..? Tenir bon? c'est ça..mais pour qui et pour quoi vraiment? est-ce ce qu'elle a envie d'entendre...?

      Moi j'entends tellement d'autres interrogations bien plus vastes et profondes derrière tout ça..le cri d'une femme solaire qui a peur de s’éteindre et qui cherche l’étincelle, la flamme.
      la frustration, l'amertume, et l'espoir fou de trouver comment rebondir, comment exulter à nouveau une vie intense, et pas résignée.

      Coum' lâche vraiment tes vieilles peau et accepte ta mue. .On ne doit rien, à personne.
      Fais toi une nouvelle peau ;)

      comme toujours cash et sans précaution. Pardon d'avance si j'ai froissé quelqu'un. je dis ce que mon coeur pense :)

      Supprimer
    2. Julie... juste merci
      tu me connais, et tu me devines, tu lis en moi
      c'est même un peu effarant...
      J'essayerai d'écrire au sujet de ton commentaire, dès que je le pourrai

      Supprimer
    3. @ JulieM
      Que voila un commentaire particulièrement pertinent...
      Certains proches de l'auteur du blog devraient en prendre connaissance.....

      Supprimer
    4. Julie, je ne me reconnais pas dans les propos que tu me prêtes : je ne "conseille" rien à Coumarine. Tout au plus je l'encourage à agir en toute liberté :)

      Supprimer
    5. Célestine... je constate que j'ai oublié hier de répondre à ton commentaire...
      Si tu as lu celui de JulieM, tu auras lu que je me retrouve bien dans ce qu'elle me dit...
      Tiens... je reviendrai peut-être vers les défis d'écriture... juste pour m'amuser ;-))

      Supprimer
    6. @PIERRE : ha je te reconnais bien là Pierre, toujours un peu sur la défensive ;) Je persiste : projection (tu en as suffisamment parlé sur ton blog de cette liberté d'écrire ou pas ;) et puis ya pas de mal à faire de la projection ;) c'est naturel non? Quand donner quelques conseils, rire, le vilain mot, rassure-toi te ne fais jamais ça! ;) c'est bien pourquoi je l'ai mis entre parenthèse d'ailleurs.
      Et puis si tu me relis, justement, "encourager" c'est bien là le noeud.. ;) bref.

      Supprimer
    7. Chère Coumarine.J'ai écrit avec mon cœur, comme tout le monde ici. Avec sincérité . Comme tout le monde. Je me sens vraiment bête ce soir, en découvrant tous ces commentaires et surtout tes réponses. Je le sens en décalage. Et un peu peinée du peu de cas que tu as fait de mes mots. Je sais que ce n'est pas très important au regard de ce que tu vis. Que tu aies oublié de me répondre est sans doute un acte manqué que je te pardonne bien volontiers. l m'éclaire sur la difficulté de tomber " juste" difficulté que n'a pas Julie. Chacun ne peut écrire qu'avec ce qu'il est, sa personnalité profonde, ce qu'il vit, et la nature de ses relations a l'autre. Pardonne moi de t'avoir si mal comprise. Et d'être si peu pertinente. Heureusement Julie est là pour te comprendre.Je ne souhaitais que te redonner de l'énergie, maladroitement, comme d'hab.
      Je t'embrasse. Fort.
      Celestine

      Supprimer
    8. Célestine, je te réponds par mail, si tu veux bien. En attendant je t'embrasse

      Supprimer
  4. Ce serait tellement dommage de ne plus pouvoir vous lire... mais je comprend. Peut-être est-ce le moment d'une simple parenthèse? J'espère continuer à pouvoir lire encore ces petites paroles. Amicalement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne sais pas Brizou... qui vivra verra... ;-))

      Supprimer
  5. Même tes questionnements (qui sentent le coup de blues) nous passionnent. C'est te dire si nous sommes accros !
    Accros et même un rien inquiets pour tout te dire, ou pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tiens ça c'est un compliment qui me fait vraiment plaisir... merci Walrus
      Il me fait plaisir d'autant plus que je dois creuser profond pour retrouver mes mots, mes paroles

      Supprimer
  6. Tes écrits me manqueraient bien sûr et j'espère que tu t'éloignes un peu... pour revenir plus tard.
    Bonne journée Coumarine.

    RépondreSupprimer
  7. Tenir blog (du moins du style de celui-ci) doit relever du principe de plaisir, sinon, si ça devient pensum.... mieux vaut ne pas se tirlipoter la cerise avec ça !

    Mais là, c'est plutôt tes états intérieurs globaux qui sont en cause....
    bloguer/pas bloguer, c'est un symptôme....
    enfin c'est mon impression....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. voilà c'est ça.... mes états intérieurs comme tu le dis sont en cause...
      d'abord et avant tout

      Supprimer
  8. Coïncidence : je me trouve dans le même cas de figure. Je n'ai d'autre solution que : laisser reposer. Ce qui ne me repose pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bienvenue tardlesoir
      je compte venir te découvrir un peu...

      Supprimer
  9. je pense comme Walrus, j'avais exactement la même impression en te lisant, surtout que ce n'est pas la première fois que tu en parles...
    donc oui, inquiets et accro, c'est sûr!
    Bises et soigne-toi bien, Coumarine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu n'as jamais eu la tentation d'arrêter tout? Au bout de temps de temps d'écriture sur ton blog?
      Bises Adrienne, merci à toi

      Supprimer
  10. Tu nous manquerais énormément, je me souviens du plaisir que j'ai eu en te découvrant il y a 8 ans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah! mab.. mes commentaires n'apparaissent pas chez toi ;-((
      suis devenue spam ;-((

      Supprimer
  11. Normal de traverser des périodes de doutes. On évolue, on se transforme. Ce que l'on disait hier n'est plus en concordance avec ce que l'on ressent aujourd'hui....Normal....Pourtant on l'a écrit. Nous sommes des acteurs qui nous transformons au cours de notre vie. Nos rôles sont multiples, nos cycles différents, nos centres d'intérêts varient et nos aspirations se modifient. Normal, la vie nous change. Je dirais même heureusement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la vie nous change, en effet...
      je ne suis plus celle d'autrefois
      merci pour ton commentaire

      Supprimer
  12. Si écrire est devenu difficile, voire douloureux, mieux vaut s'abstenir. C'est toi qui sais, qui sens, ressens...Aujourdhui dans la Libre B, il y a un article très intéressant sur un écrivain Martin Page. Dans son dernier livre "Manuel d'écriture et de survie" il écrit notamment ceci:"Un écrivain est quelqu'un qui a pris une décision: je vais m'en sortir. Et pour çà, il va inventer des ruses et des chemins inédits. L'imagination est une force intime et politique."
    Je crois que tu trouveras ces chemins inédits.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bcp la citation de cet auteur: oui c'est ça, inventer des ruses et des chemins inédits pour s'en sortir...
      merci Charlotte

      Supprimer
  13. Et bè, si même la fidèle Coumarine s'en va !

    Cela dit je te comprends très bien et suis tout à fait dans les mêmes dispositions à l'heure qu'il est.
    Il me semble que la plupart des commentateurs n'ont pas assez relevé dans ton texte le "du moins ici".

    Je suis dans la même situation, j'écris toujours, presque autant qu'avant mais pas dans le blog qui devient comme une quatrième roue du carrosse, je ne viens pas spontanément vers lui. Je le laisse ouvert mais je me demande si ce n'est pas simplement une survivance car je suis quelqu'un qui a du mal à rompre, à quelque niveau que ce soit. Mais j'aurais sans doute l'esprit plus libre pour le reste si je fermais tout à fait.
    Cela dit je prends du plaisir lorsque je finis par pondre un billet, même si au départ je l'avais ressenti comme un peu artificiel. Et j'ai envie de garder un contact, aussi ténu soit-il, avec ma vieille blogosphère. Alors...

    Bref je ne ferme pas vraiment et comme toi je dis qui vivra verra...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, Bernard le "du moins ici" n'a pas échappé à tes yeux
      J'écris ailleurs... mais chuuut encore!

      Je comprends que tu gardes ton blog parce qu'il est difficile de rompre... j'éprouve aussi ce sentiment. J'écris ici depuis trop longtemps pour partir vraiment
      Et donc qui vivra, verre
      Merci d'avoir poussé la porte des commentaires

      Supprimer
  14. Coumarine, je te lis depuis que je blogue, je t'avais découvert à travers Blogdepsy je crois...Je vois bien que tes écrits ne sont plus dans le même ton depuis un moment... peut être ton mal l'explique ou pas... ou juste le ras le bol.... ou envie d'autre chose.... mais j'aimais te retrouver, te lire, écouter ta sagesse souvent... tu m'as bien aidé.. Alors merci et qui vivra verra , j'espère à bientôt. Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le ton de mon blog a changé en effet...
      mais moi j'ai changé, je dois affronter un problème de santé important
      J'ai perdu ma légèreté...
      J'aimerais la retrouver
      Je vais la retrouver!!!
      Merci Manou de te fédélité

      Supprimer
  15. Coumarine, je rejoins Julie dans son commentaire... Moi qui te connais si peu, dans tes derniers billets, j'ai senti cette perte de foi... Je me suis dit que la vie va... à la voir, à la sentir, à l'entendre, à la toucher, à la dire, il arrive que l'on ne sache plus comment être en elle, quand des évènements douloureux nous bousculent et quand les années passent par dessus le marché... Alors oui, tu te dois le meilleur à toi-même et à personne d'autre... Je t'embrasse comme si je te connaissais depuis toujours marraine soleil...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai Aimedjee que tu me connais peu. Mais tu as sans doute saisi bcp de moi, de ma sensibilité...
      Trop vive disent certains... mais c'est celle-là qui me permet d'écrire
      Je t'embrasse aussi

      Supprimer
  16. Il y a longtemps que je m'interroge sur ce que vit Coumarine et ce que je pourrais lui dire.
    Encourager, pas encourager... quels mots trouver...
    Pour avoir traversé quelques épreuves, je tentais d'y trouver référence...
    Je commençais à trouver un fil...
    Je me rends compte que je naviguais pas loin de Julie M.
    Je n'ai donc plus rien à dire.
    Julie, tu fais gagner du temps à Coumarine, elle n'aura pas à se donner la peine de me lire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. menfin Candide... j'aime bien tes commentaires... ils me secouent, j'aime ça!
      Justement je trouvais que je ne te voyais plus bcp ici!
      pfffffffffffff tu sais que tu me manques?

      Supprimer
    2. :oDDD

      T'es bien la première femme qui me dit qu'elle aime que je la secoue ! ! ! ! !

      En même temps, tu dois être la première...

      ;o))

      Supprimer
    3. ben oui, j'aime bien qd je pressens que le "secouage" va m'apporter quelque chose
      Je ne me ferme jamais face à un "secouage" que je pressens féconds pour moi

      ;-))

      Supprimer
  17. Ah, cette liberté de penser et d'écrire ! Personne ne peut connaître nos profondes pensées et pour moi c'est là qu'est la vraie liberté. Par contre, même sur un blog, lorsqu'on envisage d'arrêter pour diverses raisons, on se sent obliger de se justifier de peur de faire de la peine ou peut être pour ne pas être oublié et toujours se sentir aimé. Coumarine, il faut penser à ce qui est bon pour toi et non pour nous. Il faut parfois tout arrêter pour se retrouver et être en paix. J'adhère complètement au commentaire de Julie M et je souhaite de tout cœur que tu arrives à trouver une certaine sérénité. Un blog doit se tenir dans le plaisir et non devenir une corvée pour faire plaisir aux autres. On sait bien que l'on peut compter sur les amis(es) quand il le faut, mais elles doivent aussi se faire discrètes le moment voulu. Alors Coumarine, reprend ton souffle et tu reviendras quand tu auras retrouvé ton énergie. Amitié.

    RépondreSupprimer
  18. Vous avez l'air de penser tous que mon blog est devenu une corvée, et que j'ai besoin d'encouragements... vous vous trompez..
    Mon "malaise" (disons ça comme ça) va bien plus loin qu'un blog qu'on continue ou pas.
    Et ce n'est pas non plus uniquement une question de santé...
    Désolée Lauriza de cet accueil un peu musclé...
    Mon prochain billet tentera d'éclairer cela... on verra..

    RépondreSupprimer
  19. « Vous avez l'air de penser tous que mon blog est devenu une corvée, et que j'ai besoin d'encouragements... vous vous trompez.. »

    Ce "vous vous trompez" me surprend… Peut-être faut-il savoir lire au delà des mots, comme Julie, pour saisir ce que tu as voulu dire dans ce billet. La plupart d'entre-nous ne semblent pas avoir eu cette capacité et s'être bêtement fié au sens le plus apparent.

    Au vu des réponses que tu apportes à ceux qui se sont trompés, effectivement un peu "musclées", cela me pousse à être encore plus discret dans mes commentaires, devenus déjà rares suite à quelques déconvenues du même genre dans le passé. Il m'est désagréable d'avoir l'impression de tomber à coté de la plaque lorsque j'ai simplement envie d'apporter un réconfort et cela me donne juste envie de me taire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Pierre,
      Ah ben c'est sûr qu'en devenant muet, on ne court pas le risque bienfaisant d'être contredit !
      Tu m'étonnes… Toi qui, plus d'une fois qu'à ton tour, contredit ceux qui commentent chez toi…
      :-)

      Supprimer
    2. Pierre, c'est exact, j'ai mis ici en cause mon écriture sur mon blog. Ceux qui m'encouragent, ne peuvent pas se tromper de bcp dans leur souci de me témoigner leur amitié. Je l'apprécie énormément.
      Mais il se fait que Julie a écrit un paragraphe qui m'a touchée en plein coeur. Il m'a remuée profondément, il a remué ce qu'il y a en moi de plus intense et de plus secret. Cela dépasse de bcp l'écriture ou non sur mon blog. Ce passage c'est celui-ci:
      "Moi j'entends tellement d'autres interrogations bien plus vastes et profondes derrière tout ça..le cri d'une femme solaire qui a peur de s’éteindre et qui cherche l’étincelle, la flamme.
      la frustration, l'amertume, et l'espoir fou de trouver comment rebondir, comment exulter à nouveau une vie intense, et pas résignée."

      Pierre, ta réaction est un peu bizarre: du type puisque je ne suis pas compris dans ma démarche de réconfort, eh bien, je m'en vais, je disparais de la circulation...
      En plus ce n'est pas à toi que j'ai répondu de façon musclée...
      Au lieu de t'enfouir dans ta dignité blessée, pourquoi n'avoir pas essayé de comprendre de l'intérieur ce qui m'a touchée à ce point ds le commentaire de Julie
      On peut tous tomber à côté de la plaque, ça m'est arrivé aussi. Mais toi comme moi, nous sommes de bonne volonté, ouverts à l'autre
      Bonne journée à toi!

      Supprimer
  20. @ Alainx, je ne crois pas que la comparaison soit tout à fait pertinente : la contradiction, tant qu'elle découle d'une idée "productive" (ou "fécondante", pour reprendre le terme de Coumarine) est appréciable. Mais quand un "contradicteur" vient me dire que j'ai tort, sans argumenter solidement ses assertions, il peut m'arriver de le remballer vertement. Ici, avec Coumarine, il n'y a pas eu de contradiction, mais au contraire des tentatives de "soutien"… qui sont plus ou moins tombées à côté de la plaque. Et plusieurs des réponses de Coumarine m'ont semblé un peu sévère envers des personnes qui se voulaient réconfortantes.

    @ Coumarine, en lisant le commentaire de Julie j'ai pressenti qu'elle tombait juste et qu'elle avait su voir au delà de tes mots. La réponse que tu lui a faite a confirmé cela. Je comprends donc que cela t'ait remuée. D'ailleurs je n'ai pas surenchéri, n'ayant rien de plus à apporter à ce qu'avait écrit Julie et me sentant incapable de vraiment comprendre ce qui te touche en profondeur actuellement.

    Cependant, comme je l'explique à Alainx juste au dessus, j'ai trouvé que ton mal-être te rendait un peu injuste envers certains de tes commentateurs (probablement parce que je m'y suis identifié…). Je me suis senti d'autant plus à l'aise pour réagir que je n'étais pas directement concerné. Ce n'est donc pas une question de dignité blessée mais de "solidarité" envers des personnes que j'apprécie par ailleurs.

    Je n'ai pas dit que je disparaissais de la circulation : je continuerai de te lire tant que je trouverai dans tes mots quelque chose qui m'enrichit, m'ouvre à d'autres façons de penser et de ressentir. Cela fait des années que je te lis, tu le sais bien. C'est peut-être ce qui fait que je m'autorise à te dire que tes réactions en période de mal-être peuvent manquer de courtoisie envers les personnes qui t'apprécient. En tout cas c'est ainsi que je le ressens. Ce n'est pas une critique, seulement l'expression d'un ressenti. Si cela me touche, cela peut toucher d'autres personnes.

    A toi de faire ce que tu veux de mes mots :)

    Je suis persuadée que tu es de bonne volonté et avec une volonté d'ouverture… mais, même avec la meilleure bonne volonté, on peut faire des erreurs. Si je t'en fais part, c'est parce que je crois que c'est important.

    Amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. " Ce n'est donc pas une question de dignité blessée mais de "solidarité" envers des personnes que j'apprécie par ailleurs."

      Merci Pierre de te faire ici le gardien de ma
      courtoisie, vraiment merci!!
      Mais à part Lauriza que je reconnais avoir traité un peu "durement" je ne vois pas mes autres manquements. Je lis mal sans doute... passe-moi tes lunettes cela ira mieux!
      Cela dit on va passer à autre chose, d'accord?
      A bientôt et sans rancune

      Supprimer
    2. Coumarine, je te rassure. Je n'ai nullement pensé que tu t'adressai personnellement à moi puisque tu a commencé ta phrase : " Vous avez l'air de penser TOUS ..." . Loin de moi de me sentir visée. Tout le monde a mis son petit grain de sel et tu en as été un brin agacé. Tes pensées d'appartiennent et je sais que tu es très respectueuse des autres. Alors je souhaite que tu découvres ce qui est bon pour toi afin de te remettre sur le chemin de l'apaisement et de la sérénité. Amicalement.

      Supprimer
    3. Coumarine, je te rassure. Comme tu commençais ta phrase par : "Vous avez l'air de penser TOUS que.....", je ne me suis pas du tout sentie visée personnellement. Tes pensées t'appartiennent et je souhaite que tu retrouves le chemin de la paix et de la sérénité. Amicalement.

      Supprimer
    4. J'ai mis 2 réponses car la 1ère n'a pas voulu passer. Un bug avec Blogger. Finalement elle n'était qu'en attente mais je ne pouvais pas le savoir.

      Supprimer
    5. merci Lauriza...
      je reconnais que tu me rassures...
      Car loin de moi de vouloir manquer de courtoisie...
      donc merci!

      Supprimer
  21. Mais où est passé le texte que tu as posté hier... sur le livre de Jon Baer ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il y avait un bug!
      impossible de mettre un commentaire
      Je remettrai ce billet quand j'en aurai le temps: demain je présente une auteure (et amie) et son dernier livre à l'AEB (Association des écrivais belges

      Supprimer
  22. Je souscris pleinement à ce que dit plus haut Julie M., je ne pourrais pas mieux exprimer ce que je ressens depuis quelque temps à te lire...
    Alors,simplement : fais ce que bon te semble, chère Coumarine, ici ou ailleurs. Fais ce qui est bon pour toi. Et si parfois tu as peur de te perdre, n'oublie pas qu'au coeur des errances se crée un nouveau chemin...
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh! MyZ... il y avait longetmps
      J'espère que tout va bien pour toi?
      "n'oublie pas qu'au coeur des errances se crée un nouveau chemin..."
      Merci pour cette parole, je m'en souviendrai!

      Supprimer
  23. Je comprends ton questionnement, ce sentiment d'usure qui s'installe mais pas chez tes lecteurs .......prends ton temps et fait ce que ton cœur te murmure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. voilà Miss Zen... c'est ce que je fais, je prends mon temps!

      Supprimer
  24. J'ai lu attentivement ce texte... alors pas de "prise de tête" chère Coumarine... Nous avons tous (nous les blogueurs) des doutes du genre "J'écris ? j'écris plus ... J'ai plus rien a dire, je n’intéresse plus personne etc....ET..... on continue et voilà ! Prenez votre temps chère "écrivaine" ... car moi je fais une pause LOL je vous embrasse.
    PS - Je vous signale que j'ai eu le courage de commenter avec un PC défectueux (polices en rades) j'utilise donc en partie le clavier visuel oufff! c'est pas une preuve de l’intérêt que je vous porte çà lol!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, Claire,, je prends mon temps... on verra bien!
      merci pour l'intérêt que tu me portes...;-))

      Supprimer
  25. Je suis déjà venue, Coumarine. Et je vois que votre mal-être est authentique. Le cas est fréquent : on voit, dans des blogs, des gens dire : je m'arrête, mais on sent qu'il y a comme une sorte de manipulation pour être supplié de n'en rien faire. Et le blog repart de plus belle après de nombreux témoignages genre : je ne saurais me passer de vous. Quand j'ai lu votre billet, c'était la première fois que je venais chez vous et je n'ai pas douté un seul instant de votre sincérité. J'espère que vous vous retrouverez.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tardlesoir, ça m'est arrivé autrefois de dire que je m'en vais dans l'espoir qu'on me retienne, dans l'espoir qu'on me dise de rester!
      C'est très différent aujourd'hui... il y a qqch qui est cassé en moi Peut-être pour toujours, mais peut)-être pas
      Me connaissant l'inspiration et surtout la motivation reviendront, je crois
      Merci d’être revenue

      Supprimer
    2. J'espère que vous reviendrez, pas pour les autres mais pour vous-même, cela voudra dire que la cassure, comme pour les os, s'est ressoudée. Ce qui peut prendre du temps.

      Supprimer
  26. Bonjour Coumarine.
    Je passe de temps en temps, lis, repars, mais, c'est toujours un grand plaisir que te lire. Là, j'espérais que tu avais remis un autre article. Hélas, toujours point d'article.
    Je laisse peu de commentaires, ce qui est rare, venant de moi, mais, les autres te répondent bien mieux que je ne saurai faire.
    En ce moment, c'est la débandade sur les blogs. Beaucoup de mes blogopotes ont aussi cette usure, des qui ont des blogs depuis plusieurs années, comme nous.
    J'ai dit aussi, il y a seulement quelques jours, que j'allais fermer mon blog, le dernier.
    Je ne sais pas ce que je vais faire. Des coups de blues, on en a tous régulièrement, des sautes d'humeur, de colère, de déception, alors, c'est notre blog qui trinque. Oui, nos pauvres petits blogs qui ne demandent rien à personne, sauf, un peu d'attention.
    On se demande comment rebondir, comment continuer notre petit bonhomme de chemin, on se demande si notre blog peut nous aider à avancer, vaille que vaille.
    ps : j'ai une petite fille qui risque de perdre la vue à un oeïl. Elle est sur la tangente. Amblyopie. Après 6 ans, on dit que la vue est totalement perdue, et, ma petite fille va avoir 6 ans à la fin de l'année, on vient seulement de lui découvrir cette "maladie de l'oeïl". Là, la pitchoune a un gros pansement sur son oeïl sain, pour obliger l'oeïl paresseux à bosser un peu plus. On verra le mois prochain ce qu'il en est, si elle a retrouvé quelques 10e.
    J'ai aussi des soucis avec mes yeux, alors, tu penses bien comme ton cas me touche.

    J'ose croire que tu continueras à écrire.
    Quand on a l'amour de l'écriture dans la peau, difficile de décrocher, comme ça, sans état d'âme. Ca fait tant d'années, même si je ne suis pas une régulière, que je te suis, que j'ai apprécié tes ateliers d'écriture. J'étais admirative (heu, le suis encore) de ton écriture, tiens, je viens d'aller lire "tardlesoir", encore une que je ne connaissais pas et dont l'écriture ressemble à la tienne, une écriture qui "me parle".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Juliette de ta fidélité et d'être passée par ici ;-))

      Supprimer

un petit mot à dire?

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails