mardi 17 septembre 2013

(haute) couture

enfiler une aiguille... c'est devenu pour moi la galère
puis quand j'ai enfin réussi à glisser le fil dans le petit trou (grrrrrrrrrrr... il existe je crois des petits machins-trucs qui permettent de simplifier la tâche), faut me pencher sur la réparation à effectuer
Un trench bleu marine, une déchirure à l'ouverture du bas

Je m’attelle à la tâche, je souffle, je transpire, je force mes yeux (enfin mon oeil!)... je me décourage..

JE M'OBSTINE, je ne veux pas me déclarer vaincue

Bon la réparation est (plus ou moins) faite, c'est plutôt du rafistolage... pas impeccable du tout, mais comme personne ne viendra mettre ses yeux sur ce bas de trench... je décide que ça ira (et j'espère que ça tiendra...)

J'espère aussi que cela conviendra à monsieur mari à qui appartient le vêtement ;-))
(je signale qu'il m'a rien demandé, c'est moi qui trouvais son imper devenu vraiment piteux...)

Bien sûr je pourrais lui mettre ciseau, fil et aiguille dans ses mains perfectionnistes ;-)
après tout qui a dit que c'était là un travail de femme?

Mais il est vrai que j'ai beaucoup cousu autrefois, confectionnant les vêtements de mes enfants... c'était SUPER réussi, autant le dire

Tiens voilà que la nostalgie me serre le cœur...
Alors je viens écrire ici, cela me consolera-t-il?



Ce mercredi matin je reçois d'une lectrice fidèle autant que discrète cette image en bis améliorée...elle m'a fait sourire. Merci Suze
La voici



49 commentaires:

  1. oui, sans aucun doute, cela te consolera, en tout cas cela desserrera une certaine tension, la mise en mots est si importante pour calmer les maux de l'âme...en tout cas, c'est ainsi que je vis l'écriture....j'écris d'ailleurs beaucoup quand ma vie m'étouffe ! tu me rappelles ma mère grande couseuse devant l'éternel qui a dû renoncer parce que ses yeux l'ont lâché. Je t'embrasse ma chère Coumarine....

    PS Je suis sûre que ta reprise sera fort appréciée par Monsieur Mari...ah le dévouement féminin, une vraie plaie (sourire!!!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui,cela lui a fait plaisir, alors même qu'il ne m'avait rien demandé, sachant ma difficulté
      C'est fait, mal fait...mais c'est fait ;-))

      Supprimer
  2. Comme je te comprends! et si tu essayais le tricot? les aiguilles sont plus grosses et le travail moins précis, non?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui oui, tricoter j'aime encore bien...mais il y a parfois des réparations élémentaires à pouvoir faire...en couture!

      Supprimer
  3. "Tire, tire, tire l´aiguille, ma fille
    Demain, demain, tu te maries, mon amie
    Tire, tire, tire l´aiguille, ma fille
    Ta robe doit être finie
    ......."
    ... chantait Line Renaud ! (et ma mère...)

    Je vois que ça dure.... pour le mari ....

    Et un trench neuf ???

    :-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah non ah non!
      tu connais pas le mari!
      On use ses affaires jusqu'à la corde...et même au delà!!! ;-))

      Supprimer
  4. Je n'ai pas perdu le fil de ton histoire, c'est déjà ça !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ahhhhhhh Walrus... c'est déjà ça en effet
      Attention mon prochain billet sera incompréhensible!!!

      Supprimer
  5. Voilà une histoire cousue de fil bleu !
    :-))
    Belle soirée, Coumarine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh Naline, comme c'est joliment dit...;-))

      Supprimer
  6. Nostalgie, elle nous rattrape dès que l'on accepte pas la réalité.
    C'est un faux désir qui envahit et il transporte en lui un malaise qu'on ne veut pas, il serre le coeur comme tu le dis.
    Et oui le petit outil pour enfiler c'est génial... Maty

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OK Maty, je vais réfléchir à ce que tu dis concernant la nostalgie
      Pierre (Alter et ego) dernièrement parlait de "nostalgie heureuse"
      euh, moi elle me serre le coeur, elle implique un renoncement, et c'est pas toujours facile à vivre,

      Supprimer
    2. Je réfléchis "nostalgie heureuse"... Peut-être?
      Il reste que pour moi la nostalgie heureuse, c'est hier, ce n'est pas maintenant. Dans ces moments-là je ressens un faux désir qui m'habite; désir de retrouver ce doux moment. J'aime mieux vivre chaque nouveau instant. Je n'aime pas la nostalgie ni des beaux ou mauvais moments, c'est bien ça, ça me serre le coeur. Maty

      Supprimer
    3. Je m'interroge:
      vivre le moment présent, suppose-t-il qu'il n'est pas bon de revenir vers le passé, éventuellement pour en avoir la nostalgie?

      Supprimer
  7. OOu là ! j'enragerais, déjà que je peste en utilisant le bidule.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah! encore une qui utilise le bidule!! ;-))

      Supprimer
  8. Chère Coumarine! votre récit sur la couture me ressemble beaucoup. J'ai moi aussi eu un soucis à l'œil gauche(tumeur maligne). Ce qui fait que c'est pratiquement l'œil droit qui bosse tout seul. Et quelle galère pour enfiler une fichu aiguille.Cela me prend plus de temps que de coudre! Je pense souvent à vous et je me dis que vous avez un super courage et un entrain à toutes épreuves;je vous embrasse bien affectueusement. Marylène

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Marylène
      Je suis touchée quand quelqu'un vient me dire qu'il (elle plut^t!) a eu un problème grave à un de ses yeux!
      Sans doute n'avez-vous plus, comme moi, accès à la vision binoculaire... de là nos difficultés!
      Vous devez sûrement avoir comme moi un super courage...D'ailleurs je n'ai pas cette impression d'être courageuse, vu que je plonge dans le marasme bien trop souvent...;-))
      Je vous embrasse aussi (Avez-vous un blog?)

      Supprimer
    2. Je suis vraiment ravie de pouvoir enfin parler avec vous.En fait,c'est Emi,ma fille que vous connaissez bien,je crois,qui a un blog"Montagnes d'ici et d'ailleurs"; Je suis sur Facebook et je serais absolument ravie de vous avoir comme amie!
      Bien affectueusement à vous.

      Supprimer
  9. Bonjour Coumarine, me revoilà aussi de retour après de courtes vacances en Bretagne.
    Les raccomodages n'ont jamais été mon truc...
    Quand je suis bien obligée d'employer ma machine à coudre ( pour faire des ourlets par exemple) c'est comme un combat avec cette machine qui rechigne à faire ce que je lui commande et le fil se casse.
    C'est vrai que je ne suis pas douée pour lire avec patience attentivement les modes d'emploi.
    Et toi avec un seul oeil tu racommodes le veste de R: Chapeau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah! Charlotte, te voilà!
      Je me demandais ce que tu devenais...j'apprends donc que tu es allée en Bretagne... oups il ne devait pas faire très beau là non plus?
      Bonne reprise ici..

      Supprimer
    2. Il faisait beau et bleu. Nous sommes rentrés mardi quand il a commencé à faire gris et pluvieux.

      Supprimer
  10. CouCoum!
    Eh bien, je vais te dire un truc qui ne va peut-être pas te consoler mais au moins te faire sourire. Quelles que soient tes difficultés pour enfiler l'aiguille, le trench de ton mari sera toujours beaucoup mieux cousu que si c'était par moi...Car je suis une tripe en couture! la plus grande tripe que la terre ait jamais portée. Comme quoi personne n'est parfait...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah oui! je souris fort à la grande tripe qui vient ici m'écrire qu'elle est la plus grande (tripe!)
      ;-)))

      Supprimer
  11. Forte pensée vers toi, chère Coumarine !

    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  12. Mon problème à moi, c'est de voir double (diplopie), alors tu imagines pour coudre ou broder... :))
    Gardons le sourire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. aie la diplopie...;-((
      est-ce que on sait d'où ça vient?

      Supprimer
  13. J'adore raccommoder, oui, crois-moi. Surtout quand il s'agit d'un vêtement vieux, aimé. Dommage, je ne te connais pas en vrai, j'habite très loin de chez toi. J'aurais eu grand plaisir à réparer ce trench bleu marine. Normal, tout ce que tu donnes ici vaut bien une superbe reprise !
    P.S J'utilise moi aussi, désormais, ce petit ustensile qui évite de s'énerver avec l'enfilage des aiguilles ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hooooooooo Anne**
      quel joli commentaire tu me fais là!
      Je t'inviterais bien deux ou trois jours à venir faire tous les raccommodages nécessaires!!!

      Supprimer
  14. Chère Coumarine, Pardonnez mes absences, je me suis mise entre-parenthèse durant deux mois et bien croyez-moi cela fait du bien... et cela manque aussi. Mais j'ai tenu bon.LOL
    Ce jour j'ai lu quelques uns de vos articles - Celui sur la mort m'a surpris car il est rare que nous l'évoquions sur nos blog- C'est bien de l'avoir fait. Moi ce qui m'effraie c'est de fermer les yeux et ne plus voir ce qui va se passer!! J'ai pu voir aussi vos belles images de votre voyage et bravo d'avoir osé... les randonnées merci de tout vos partages - BON now euh... j'ai très bien connu ce petit appareil dont vous parlez c'est tout simplement un "enfile-aiguille" (la palisse)et bien cela m'a rappelé de bons souvenir car j'en ai vendu des cartons pleins dans les années 80- sur les marchés, dans les camping, dans les rue à la "sauvette" et même au bord des plages de Cap d'Agde alors que d'autres vendaient des souvenirs!! Quelle époque un carton de 50 me raportait 500fr et c'était du fric à ces années là... Souvent un cartons me faisait 2 jours!!
    AH la belle vie... la liberté. Mais sincèrement avec votre handicap cela serait encore difficile hélas.
    Coumarine vous êtes une femme formidable de courage et une sacré écrivaine sans aucun doute. Je vous admire!!
    -Et puisque vous avez réveillé ce souvenir je vais en faire un post avec la photo puisque j'en ai encore un sur mon étagère- Je vous embrasse très fort Claire de Nice.
    PS moi aussi j'ai souvent mon commentaire perdu chez vous et jamais la patience de le refaire - Je vous embrasse!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Claire de me raconter vos souvenirs de marché! C'est amusant
      Oui je n'hésite pas si ça me chante, de parler de la mort... vous, moi, tout le monde, il nous faudra passer par là... autant ne pas faire semblant que cela ne nous concerne pas

      (oui parfois blogspot fait la moue pour afficher les commentaires... zut de zut

      Supprimer
    2. Je fais toujours un copié collé de ma réponse avant de cliquer sur envoyer. Ainsi, plus de mauvaises surprises...
      Hello, Coum, un petit bonjour en passant. Belle journée, ma douce amie. Je pense a toi.

      Supprimer
  15. Si le sentiment nostalgique apporte de la joie dans le présent, alors oui !... parce la joie est toujours bienvenue peu importe ce qui me permet de la ressentir. Mais le sentiment nostalgique qui fait ressentir le passé comme plus précieux que le présent vient d'une incapacité à ressentir l'immense chance que j'ai d'être en vie présentement. Dans la vraie conscience, la gratitude est de chaque instant ! Je n'y suis pas tout l'temps, mais je l'ai assez connue (la gratitude) pour savoir que c'est ça la vraie vie. kéa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai parfois de la peine à ressentir au présent la chance d'être vivante...hélas
      Je t'embrasse kéa

      Supprimer
    2. C'est comme la petite abeille qui a l'outil spécial pour recueillir le nectar des fleurs. N'importe quel outil ne fera pas l'affaire ! kéa

      Supprimer
    3. mille bises kéa...j'espère que tu vas bien...

      Supprimer
  16. Chas me fait drôle de te lire ainsi , mais de fil en aiguille et sans jamais avoir eu maille à partir , je ne peux me départir sans fléchir la taille (pas si douce que ça)et puis faire le point ce n'est pas la croix ni la bannière.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thierry, tu es mon sourire...
      tes jeux de mots m'enchantent, mais où vas-tu les chercher???;-))

      Supprimer
    2. une manifestation de ma joie d'être encore en vie
      une voluptueuse jonglerie et sans doute une manière de soigner d'autres maux. ;)

      Supprimer
  17. Oui le petit instrument est génial mais il se perd facilement.

    RépondreSupprimer
  18. C'est le Goût qui enfile les aiguilles, je crois que la perte de vision lorsqu'elle arrive jeune est plus facile à accepter...

    RépondreSupprimer
  19. un coucou en passant ma chère Coumarine...j'espère que tu vas bien.

    RépondreSupprimer
  20. Bien venue chez les "Tamalou". Pour moi c'est la hanche gaucheche qui doit être remplacée, d'ici un mois, par un bout de ferraille plus en adéquation avec ce je demande à ma vielle carcasse. Pour la vue je suis déjà passé à la piqûre dans l’œil, une vraie gourmandise, mais le résultat est là !

    RépondreSupprimer
  21. Réussir à faire son deuil. Deuil de la jambe qui ne fonctionne plus aussi bien ou de la vision binoculaire...
    Faire avec.
    Utiliser une canne ou un enfile aiguille...
    Regarder les autres qui sont encore plus mal lotis...
    Bon courage.

    RépondreSupprimer
  22. je te rassure, même avec mes deux yeux, je mets du temps pour enfiler une aiguille ! et comme je n'ai aucun don pour la couture, le résultat des travaux (mimimum) ne doit pas être des plus jolis ; j'ai une amie qui suppléait à mes manques, heureusement.

    bon courage à toi car tu essaies malgré tout et c'est important, comme pour la maladie, ne pas baisser les bras. je t'embrasse et merci pour tes messages.

    RépondreSupprimer

un petit mot à dire?

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails