jeudi 14 mars 2013

Un noble souci!



Dans mes mails ce matin j’ai trouvé
un message d’une grande importance :
un chef islamiste assurément bien inspiré
prétend qu'il faut les couper proprement
toutes les petites choses qui dépassent
du sexe féminin qu'il rêve lisse et sans péché

Dans la chaleur de son pays
il prétend que ces choses ont une odeur incommodante
pour le fin gourmet qu'il a toujours été.
Il est soucieux, voyez-vous des mystères secrets
de la femme voilée qu’il prétend 
cacher tout entière aux yeux lubriques des hommes.

C'est assurément un souci qui l'honore
de veiller de cette manière si délicate
à l'hygiène de ces femmes encapuchonnées
Plus de bouton d'amour, plus de papillons sauvages
Juste un trou banal pour les besoins de son pénis

Cher Homme, la femme de votre pays
vous en sera –éternellement- reconnaissante !


texte inspiré de cet article
http://www.essentielle.be/actu-people/tunisie-un-depute-qualifie-lexcision-doperation-esthetique-66246.html
et écrit cette semaine pour Kaléïdoplumes, un forum d'écriture

53 commentaires:

  1. Que tout ça est bouleversant !

    Et malgré tout :

    Je crois en l'homme, cette ordure,
    Je crois en l’homme, ce fumier,
    ce sable mouvant, cette eau morte.
    Je crois en l'homme, ce tordu,
    cette vessie de vanité.
    Je crois en l'homme, cette pommade,
    Ce grelot, cette plume au vent,
    ce boute-feu, ce fouille-merde.
    Je crois en l'homme, ce lèche sang.

    Malgré tout ce qu'il a pu faire
    de mortel et d'irréparable.

    Je crois en lui
    Pour la sûreté de sa main,

    Pour son goût de la liberté,
    Pour le jeu de sa fantaisie.
    Pour son vertige devant l'étoile,
    Je crois en lui pour le sel de son amitié,
    Pour l'eau de ses yeux, pour son rire,
    Pour son élan et ses faiblesses.
    Je crois à tout jamais en lui
    Pour une main qui s'est tendue,
    pour un regard qui s'est offert.
    Et puis surtout et avant tout

    Pour le simple accueil d'un berger.

    Lucien Jacques

    (kéa)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, malgré tout, je te rejoins kéa!
      je crois profondément en l'homme aussi,malgré tout ça, à cause de tout ça...

      Supprimer
  2. ah ben c'est le pompon, l'excision, jusqu'alors était une pratique ancestrale qui n'avait "rien à voir" avec la religion, ce qui me semblait peut être "éducable" à force d'informations. Mais si l'islam s'y met, c'est la fin des haricots !
    La scène d'excision de "fleur du désert" me marquera à vie..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mais Avalon ici dans nos pays civilisés, cette pratique continue à se faire...
      comme tu le dis plus bas, c'est une fléau qui atteint les femmes dans leur plus profonde féminité...
      Mais contrairement à toi, je garde confiance en l'homme!
      relire le beau texte qu'a mis kéa au dessus!

      Supprimer
  3. 400 millions de femmes sont excisées dans le monde, UN fléau de l'humanité. Une forme de "gynocide", sans plaisanterie aucune. Franchement, y'a que ce con d'homme pour rejeter la Nature ainsi. Finalement, c'est rejeter le divin. Moi, je vous jure, l'humanité me fout la gerbe !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Évidemment Avalon, ceci n'est pas à minimiser mais il y a aussi ceux à qui comme toi "ça fout la gerbe" qui me poussent à espérer en l'humain malgré tout. Combattre l'obscurantisme par l'obscurantisme (colère et vengeance), ne mênerait à rien. Non il y a dans l'humain des trésors de grandeur et de lumière que nous commençons tout juste à exploiter. kéa

      Supprimer
    2. ce n'est pas une question de confiance mais de réalisme. Je suis quelqu'un de très positif, combative, souriante, optimiste, qui ne veut pas gâcher ma vie ni celle des autres. Je crois que vous méprenez mes propos complètement. Mais au contraire de certains, je lis énormément des histoires vraies, cette année, j'ai lu toutes les guerres, je lis actuellement "l'ensauvagement". Saviez vous qu'en Chine, ils ont pratiqué le cannibalisme ? Des atrocités, l'homme en déclenche toutes les secondes sur terre. Ce n'est pas une question de confiance, croire en l'homme ou pas, c'est regarder les faits. Je crois que vous méprenez vraiment ce que je suis, ce que je combats , ce que je veux. Mais en faire des poèmes n'y changera rien. Beauvoir, Sartre ont poétisé sur la vie, le communisme, n'ont pas cru en la montée du nazisme. Ils ont été ridicules comme il n'est pas permis avec leurs mots quand des millions de personnes sont mortes après.
      Poétiser, c'est bien, lancer des fleurs au monde oui. Moi, je ne ferais pas de mal à une mouche, je risquerais ma vie sans conditions face à la discrimination. Mais la naiveté et le manque de réalisme m'épouvantent. Mettre une paquerette dans le canon n'empêchera pas le canon de tirer. Par contre, empêcher les usines à armes de se développer peut aider. Bref, c'est dans la gadoue et le charbon que l'on peut croire en l'homme, pas cachés derrière des théories et des mots. En çà, je ne vous rejoins pas.
      ps : j'ai aidé des filles excisées à se libérer du joug de leurs maris, bien sûr que cela existe en France. Mon cadeau était le sourire de la fille, pas de "croire en l'homme". Je crois en Mon Action. La bonté et la beauté oui, mais pas la naiveté et l'inaction.
      Je crois que vous n'avez strictement rien compris à mes cris de révolte ici, c'était le coeur et non l'obscurantisme. Lire et s'éduquer , c'est bien, mais rester planqué derrière des concepts, c'est franchement risible. Montre moi les trésors sur le terrain, alors, oui, j'applaudirais. Derrières des mots, cela ne signifie rien. Même avec l'érudition la plus honorable et noble. cela ne fera pas avaler la pilule de l'ironie ni de la souffrance.

      Quant aux 400 millions de femmes, demandez leur ce qu'est pour elles d'avoir été trahie par leur mère, d'avoir été vendue par leur père, maltraitée par leur mari si elle croit en l'homme encore. Elles ont envie de vivre, d'être bonne pour elle, de se faire du bien, mais croire en l'homme .. Quand on connait la vraie souffrance, on se pardonne à soi et contextuellement parlant, mais pas universellement. Quand on connait l'homme, on part au front, au combat pour glaner des petites victoires, non pour croire en cette paix universelle qui mène à l'inaction et à fermer les yeux. Sauver une femme excisée, c'est déjà rendre le monde meilleur. On peut croire à l'homme toute sa vie derrière des mots, c'est si facile.. Comme de croire en l'histoire de Jésus sans s'être un peu documenté historiquement parlant.

      Supprimer
    3. Je suis moi aussi pour l'action Avalon même si mon commentaire pouvait, sans que je le veuille, laisser entendre qu'il suffit de croire en l'humain et d'attendre.
      Évidemment ce n'est pas dans en quelques lignes qu'on peut exprimer l'ensemble de sa perception et si le lecteur s'en tient à ces quelques mots de mon expression, évidemment ça semble mince.
      Même chose pour moi, si je pense te cerner avec les seuls mots que tu as déposés ici, je serai bien en dessous de ce que tu es en tant que personne, j'en suis certaine.
      Ceci dit, je suis très heureuse que tu aies exprimé ce que tu ressens. Ça m'amène à réfléchir plus à fond.

      À travers l'histoire on a vu des peuples en détruire d'autres et ensuite les peuples victimes reprendre des forces et devenir les bourreaux des premiers, et ainsi de suite dans un cercle infernal. Les excisées en excisent d'autres et ce cercle n'aura pas de fin, selon moi en tout cas, à moins d'une réelle prise de conscience de l'autre versant qui nous habite et de le mettre en action. Oui il faut agir et d'ailleurs tous ceux qui prennent conscience que cette dimension les habite ne peuvent se retenir d'agir. Disons pour n'en citer qu'un : Pierre Rabhi et il y en a tellement, tellement d'autres. kéa

      Supprimer
  4. je comprends la colère d'Avalon, j'ai la même
    et je voudrais dire à Kéa que citer ici Pierre Rabhi, que je connais et respecte, est assez hors de propos
    l'humanité n'est sans doute ni meilleure ni pire qu'avant... et c'est bien cela qu'il faut voir avec réalisme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends que le sujet abordé ici est hautement émotionnel et cela rend difficile de s'exprimer sans générer le conflit. En cela nous tombons dans le même piège qui a toujours causé tant de calamité sur notre planète.

      "...l'humanité n'est sans doute ni meilleure ni pire qu'avant"
      La différence est que nous sommes aujourd'hui à un point tournant, ou bien on franchit le pas que nous avons à franchir ou bien on s'élimine nous-mêmes.
      J'ai confiance moi, que nous le ferons ce pas, et il est grand temps ! kéa

      Supprimer
  5. Tout cela fait peur et quelle horreur que cette mutilation.

    RépondreSupprimer
  6. Il y a une grande différence entre croire en l'homme
    et croire en l'Humain (homme ou femme d'ailleurs)
    Et parce qu'on continue envers et contre tout à croire en cette humanité... on peut choisir de vivre et d'entrer dans l'action, dans l'engagement, pour que les choses aillent meiux si possible. Bien des gens luttent, d'autres restent cois
    car c'est bien là le plus important: AGIR
    Si je "perdais" ma foi en l'Humain, en ce qu'il est appelé à devenir, il n'y aurait plus aucune raison de vivre...

    RépondreSupprimer
  7. Il me semble que chacune et chacun de nous a reçu quelques talents, l'un saura dire, l'autre saura agir, le troisième sera dans l'instant, le quatrième aura besoin de temps ... il y aussi tous les cocktails possibles. En certains moments, il m'est arrivé de désespérer de l'homme, de l'humain même.

    Je vais parler en "je". Oui, naturellement je suis une contemplative, j'ai beaucoup de mal à agir. Je connais les racines dans mon éducation, il y a sans doute des composantes dues à mon tempérament. Certes lorsque je travaillais, je repérais assez fréquemment les enfants en souffrance, désormais à la retraite, je suis sans doute largement inutile puisque je n'agis pas de manière visible. Qui a le droit de me juger, voire de me condamner ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends que tu aies du mal à agir ! ce n'est pas en adhérant à quelque minorité active que les choses peuvent changer car ces minorités combattent par les mêmes moyens avec lesquelles elles sont combattues et le cercle de l'incompréhension continue. Il faut sortir de ce cercle pour que l'action porte fruit et c'est pourquoi j'ai cité Pierre Rhabi parce que je considère qu'il est sorti de ce cercle infernal et que son action est juste... pour le moment... car les dérapages ne sont jamais exclus. Personne n'est à idéaliser ! kéa

      Supprimer
  8. histoire authentique d'une secrétaire dont il faut préciser l'origine nord-africaine eu égard à la suite : sa fille est envoyée là-bas pour les vacances et en revient dans un état mental et physique pas possible
    excisée sans que sa mère ait imaginé une telle trahison de sa confiance dans sa propre famille
    mais pratique-t-on des excisions en Belgique même ?
    en France quelques cas très limités remontent chaque année à la surface

    RépondreSupprimer
  9. Ce billet me rappelle un reportage sur une femme qui luttait de toutes ses forces, de village en village, contre l'excision des petites filles.
    Elle gagnait du terrain, peu à peu, étaient entendue.

    Mais, chose surprenante (tu me croiras si tu veux mais ce détail m'avait profondément marquée):
    Elle disait avoir plus de mal, souvent, à convaincre les mamans et grands-mères que les pères!
    Ainsi certaines de ces femmes, ayant subi cela, souhaitaient bien plus fort que leur époux l'excision de leurs petites filles.

    Je te promets que c'est vrai, Coumarine. Et c'était affligeant.

    RépondreSupprimer
  10. J’aime ma mère, j’aime ma famille et j’aime l’Afrique.
    Depuis plus de 3000ans, les familles croient fermement qu’une jeune fille qui n’a pas été excisée est impure parce que ce que nous avons entre les jambes est impur et doit être extirpé et fermé ensuite comme preuve de virginité et de vertu.
    La nuit de noce, le mari prend un couteau ou un rasoir et coupe avant de pénétrer de force sa femme.
    Si on n’excise pas une femme, elle ne se marie pas et par conséquent elle est expulsée de son village et elle est traitée comme une putain.
    Cette pratique continue malgré qu’elle ne figure pas dans le coran.
    On sait que la conséquence de cette mutilation est que ces femmes souffriront autant médicalement que psychologiquement pour le reste de leur vie.
    Ces mêmes femmes sont la colonne vertébrale de l’Afrique.
    Moi, j’ai survécu mais ça n’a pas été le cas pour deux de mes soeurs Sufia est morte totalement exangue après avoir été mutilée et Hamina est décédée durant son accouchement son bébé encore sur son ventre.
    Jusqu’a quel point notre continent serait-il renforcé si ce rituel si sauvage serait aboli?
    Il existe un proverbe dans mon pays : le dernier chameau de la file marche aussi vite que le premier. Ce qui arrive à chacun d’entre nous affecte tous les autres.
    Quand j’étais enfant, je disais que je ne voulais pas être une femme. Pourquoi voudrait-on l’être quand on souffre autant et que l’on est si malheureuse?
    Mais maintenant que je suis adulte, je suis fière d’être ce que je suis.
    Pour le bien de tous, essayons de changer ce que signifie… »être une femme ».
    130millions de femmes et de fillettes souffrent de ce mal. Les émigrants perpétuent cette tradition en Afrique et en Asie mais aussi en Europe et aux Etats-unis.
    Ces mots si forts est le discours de Waris Diris, la première femme qui parle publiquement de la mutilation génitale féminine et qui réussi à attirer l’attention sur ce problème.
    Le secrétaire général des Nations Unies Kofi Annan a nommé Waris Diris Ambassadrice spéciale de l’ONU pour la lutte contre cette atrocité.
    Depuis lors, la mutilation génitale féminine a été officiellement interdite dans de nombreux pays, malgré cela, elle continue d’être pratiquée aujourd’hui.
    avez-vous vu le film : "la journée de la jupe"?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme, amie africaine que je ne connais pas..
      MERCI de votre témoignage
      Je crois que seul quelqu'un qui sait ce dont il s'agit parce qu'elle l'a vécu elle-même, peut comprendre ce qu'il en est!
      J'aime vos mots, qui sont mesurés, et restent aimants, pour votre mère et votre famille, pour votre pays!
      Je n'ai pas vu ce film, par contre j'ai vu le film qui met en scène Waris Diris qui lutte contre cette atrocité
      Merci encore d'être venue ici mettre ces mots importants!

      Supprimer
    2. Ce discours est celui de Waris Dirié, non de celle ou celui qui a commenté. Bizarrement, "fleur du désert" et "la journée de la jupe" sont deux films travaillés en cours, faut croire que quelqu'un me suit sans que je le sache.
      Je voulais juste te dire que j'avais bien compris que tu parlais de l'humain et non de l'homme, que tu avais bien parlé aussi de la France etc.. J'ai compris tes mots, ton empressement assez "juvénile". Je voulais juste rajouter et conclure que même si on maitrise les mots et la littérature, il faut faire attention à ce qu'on dit. Et en l'occurrence, Kéa a été extrêmement maladroite en me demandant de faire attention à ne pas pencher vers l'obscurantisme. Je perçois de bon nombre "d'érudits bloggueurs" un goût prononcé des mots qui sonnent inappropriés, dangereux et absurdes pour les lecteurs qui les maitrisent à leur tour et les reçoivent comme étant réfléchis donc durs à lire. Je suis étonnée de ton manque de discernement (il est évident que le com précédent était une ode à Waris, l'auteur le stipule clairement, et dans le film, si tu l'a vu, ce discours ne passe pas inaperçu, il reste gravé dans nos coeurs ! :O Je suis assez étonnée de cette communication qui ne fonctionne qu'en mode "léchage ou lynchage". Savoir écouter derrière les mots ne semblent pas l'apanage de tous.
      Je te laisse à ton blog désormais, je ne veux pas te mettre mal à l'aise chez toi, je voulais juste terminer ce que toi et Kéa avaient lancé : une totale incompréhension de mes dires. Apparemment, vous étiez les seules à ne pas en mesurer la teneur, cela me rassure.

      Supprimer
  11. En effet, je n'ai pas vu que Anonyme faisait une longue citation...
    Mais Avalon, kéa n'a pas été maladroite, elle ne t'a pas accusée d'obscurantisme..
    Elle stigmatisait par ce terme l'excision et ceux qui l'exécutent, appelant les gens sensés (nous) à ne pas répondre à l'obscurantisme par un autre, à savoir, la vengeance et autres réactions à fleur de peau
    Je n'ai lu ici de la part de kéa ou des autres nul lynchage, ni d'ailleurs léchage...

    Pourquoi croire qu'on te suit à la trace?

    Mon billet n'était qu'un exercice d'écriture... je souhaite arrêter les commentaires ici...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Etant révoltée sur ce qui se passe sur ce sujet ici, je me permets de continuer à commenter, après tu effaceras si tu veux.
      "Mon billet n'était qu'un exercice d'écriture" : Sur l'excision ????!!!! Styliser l'excision ? L'ironiser sur sa "noblesse" ??? Tu crois vraiment que çà fait rien les tunisiennes les propos de cet extrêmiste ? Tu crois que même les plus érudites se sont assises après ses propos pour effectuer un exercice de style ???? Tant qu'on y est, soyons fous, stylisons le génocide rwandais, cambodgien, la folie d'Hitler (tiens, peut être que tu peux aussi te demander comment c'était avec Eva), poétisons sur les bras disloqués des enfants de Beslan. Allez, soyons fous.

      Et "tu n'avais pas vu pour le discours de Waris". Mais comment as tu pu imaginer un SEUL INSTANT qu'une jeune fille excisée t'offre ses mots spontanément!!! ??? Chaque année, je m'occupe de certaines d'entre elles, tu n'imagines pas l'effort que çà leur donne de lâcher juste UN mot dessus. Pour Waris, il lui a fallu 20 ans de vie occidentale ( et un alcoolisme avéré pour devoir constamment être confrontée à ces atrocités) pour oser parler devant l'ONU. Et elle l'a fait au nom des 400 millions de femmes, non pour envoyer un joli texte à une internaute.
      Ta naiveté me laisse pantoise.
      A toi qui t'insurges quand tes amies de coeur essaient de t'égayer la vie en souhaitant te voir relativiser sur ta maladie. A toi qui en aucun cas te verrait rire du mal qui te ronge, ce qui va de soit.
      Je pense que ton coeur est bon et beau, gentil etc.. Mais il est certain que poster de telles "douceurs" sur l'horreur ne pourront que t'apporter la révolte de certains comme moi, c'était le risque à prendre en écrivant ce genre de billet. Il faut assumer et non décliner mes commentaires. Je suis abrupte, dure, sans doute, mais pas irrespectueuse ni vengeresse comme le craignait Kéa.

      Supprimer
    2. je ne sais pas pourquoi tu me poursuis de ta hargne...
      ou plutôt si, je le sais...
      Avalon est bien Kristel je m'en doutais
      Je n'en dis pas plus...
      Quand je parle de consigne d'écriture, je peux simplement dire que je ne souhaite pas ici faire un forum d'opinion!!!!!!! sur lesquel des gens comme toi viennent en reprenant à leur compte des révoltes qui ne leur appartiennent pas...
      Mon texte est cynique et en aucun cas "doux"...
      Je te souhaite d'AGIR au mieux pour les femmes en détresse que tu accompagnes. C'est mieux et plus constructif que de venir ici prouver absolument que tu en sais plus que nous (pauvres naïfs!), que tes commentaires sont la vérité qu'il nous faut assumer. Kéa que j'apprécie bcp se situe à un autre niveau que celui de l'homme (que tu ne peux plus supporter tellement il t'a blessé!)
      Kéa tout comme moi parlons de L'homme, l'Humain , homme et femme, appelé à s'accomplir
      Bon vent (je préfère que tu ne me commentes plus... désormais j'efface ce qui vient de Christel, Avalon ou... quel pseudo encore???)

      Supprimer
  12. Que ce soit tradition ou même hygiène (mentale)
    cela me gène de penser que même sans orgue
    la barbarie est là qui décide et sacrifie
    opère de noirs desseins pour priver de sens
    un corps qui n'en possède pas tant que ça
    et dans cet acte si cruel mais aussi dangereux
    que la septicémie souvent emporte l'enfant
    il y a de la culture une incompréhension
    à vouloir perpétrer de mères en filles
    une amputation durable et si douloureuse
    heureusement il y a des chirurgiens qui donnent
    dans la reconstruction des chairs
    et fixent sur les lèvres du temps
    de nouveaux évents
    je ne connais pas asses les obscures ou pas raisons
    de procéder ainsi mais imposer et dégrader les corps
    c'est m'a t il toujours semblé injurier le créateur
    tout à une raison d'être ici bas sinon l'évolution
    se serait bien chargée de le faire disparaitre
    abhorrer la jouissance à ce point
    et faire de ces actes des motifs de réjouissance
    voilà qui me surprend encore
    je sais que notre point de vue d'européen est très relatif mais quel besoin de priver ces femmes en herbe
    de les castrer en quelques sorte , c'est une privation de l'être et de la liberté d'être soi , et cette césure durable à parfois des conséquences énormes , il ne faut pas seulement cicatriser physiquement mais aussi mentalement, sans parler de tortionnaire je pense l'obscurantisme et si pour les garçons je veux bien
    que le paraphimosis soit une raison pour couper le cordon il ne s'agit que d'un ombilic qui empêche mécaniquement
    un mouvement , la libération prépucienne est d'une autre portée !

    RépondreSupprimer
  13. Autant je comprends la révolte, la colère face à l'excision, autant je suis choquée par ce que j'ai lu ici dans plusieurs commentaires. Non par les mots employés mais par le ton utilisé. Jugements, attaques...justifiés par l'horreur du sujet abordé par Coumarine. Au bout du compte, incompréhension et rancœur me semble-t-il....
    Je connais assez Coumarine pour deviner combien la mutilation de ces millions de femmes doit lui être insupportable, et je ne vois absolument pas l'intérêt de l'attaquer, elle ou d'autres commentateurs, sur leurs mots...
    Les mots sont souvent imparfaits pour transmettre ce que l'on ressent... Au lecteur d'avoir l'esprit et le cœur suffisamment ouverts pour saisir leur intention, et assez d'humilité pour se dire qu'il n'a peut-être pas tout compris...
    Clementine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, Clémentine c'est parce je suis horrifiée par l'excision en général et par cet article un particulier, qui défend l'excision pour raisons 'esthétiques", que j'ai écrit (en colère!) ce petit texte cynique
      Juste que je n'aurais sans doute pas dû le publier ici...
      merci de ton passage... je t'embrasse

      Supprimer
  14. Tu as bien fait d'écrire ce texte, Coumarine. Peu importe la façon dont on en parle, tant que c'est pour dénoncer cette barbarie, et l'exercice de style auquel tu t'es livrée à tout à fait sa place ici. D'autres pourraient en faire un poème, une chanson, un tableau...

    Je trouve donc très regrettable qu'une commentatrice, qui montre par ailleurs sa connaissance du sujet, se trompe totalement de cible en s'en prenant aux personnes qui ne seraient pas suffisamment engagées à son goût. La virulence des attaques est totalement déplacée, inopportune, et en viendrait presque à occulter le sujet de fond.

    Amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Pierre pour ton avis, que je partage: un poème, une chanson, un tableau... l'art sous toutes ses formes peut parler des faits de société, même les plus terribles
      L'art se suffit d'ailleurs à lui-même, ne demande pas de développement

      Supprimer
  15. Je me permets d'ajouter ceci Coumarine :

    Quant à moi je ne m'en fais pas outre mesure avec ce qui s'est passé ici au sujet de ton article Coumarine.
    Y'a rien de nouveau sous le soleil. Toujours la même propension à générer le conflit et à la fin deux clans se forment qui se combattent. C'est classique ça comme processus !

    "Répondre par la colère à l'obscurantisme est aussi de l'obscurantisme." Hier j'ai exprimé ça ici et une personne a cru que je la visais et l'accusais d'obscurantisme. Pourtant ce n'était qu'une réflexion que je me faisais, bien plus à moi-même qu'aux autres. On écrit pour soi en premier, pour voir clair en soi. C'est sûr qu'en cours de discussion on ne pèse pas toujours ce qu'on dit dans le but de ne déplaire à personne. Ça rendrait l'échange tout à fait insipide.

    Mais là n'est pas la question ! la question je trouve c'est que nous ayons à apprendre à exprimer nos différents points de vue et même nos antagonismes de façon à s'enrichir les uns les autres plutôt que de constamment générer le conflit.
    "Exprimer son point de vue" n'est pas "imposer son point de vue" !
    Oh que nous avons du chemin à faire ! kéa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui! tu as raison kéa... nous avons tous et toutes bcp à apprendre pour dialoguer dans le respect de l'autre

      Supprimer
  16. J'aime Coumarine, j'aimme ses petites paroles !!!
    C'est pour moi un vrai bonheur de lire son blog,tous les sujets de la vie qu'elle aborde...
    Je suis désolée que vous ne vous soyez pas rendue compte tout de suite que ce témoignage n'est pas de moi.
    Je vois que j'arrive un peu tard pour rectifier...Je trouve ce commentaire totalement déplacée...
    Je suis désolée...
    J evous embrasse Coumarine et au plaisir vraiment de vous lire très bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci Anonyme
      Il manquait au début de votre commentaire les guillemets qui m'auraient indiqué une citation!
      Merci d'être revenue mettre les choses au point
      et ... contente de savoir que vous reviendrez ici
      (un pseudo?)

      Supprimer
  17. Je me pose une question: La circonsision est- elle ou pas , un acte de barbarie?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pense pas qu'on puisse comparer la circoncision à l'excision...elle n'induit pas une mutilation qui provoque des hémorragies, des douleurs chroniques et la suppression du plaisir clitoridien, très intense chez la femme

      Supprimer
    2. Ce n'est absolument pas comparable. Et de toutes façons l'un n'excuserait ou ne validerait pas l'autre! La circoncision n'ampute pas un garçon, l'excision est clairement une mutilation.

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    4. Désirée... c'est chouette que tu reviennes commenter ici...;-))

      Supprimer
  18. Un texte qui ne laisse personne indifférent.
    Des gestes inacceptables. Et il y en a tant d'autres de ces gestes inacceptables partout sur notre planète.
    Que faire, face à autant de souffrances! Oui je peux aider physiquement, ce sera une goutte dans l'océan mais une goutte importante.
    Pour qu'il y ait une grande différence il nous faut absolument miser sur une conscience plus grande, beaucoup plus grande, universelle.
    Sans cette conscience élargie nous allons continuer à nous prendre dans les filets de la colère, l'incompréhension et comme le dit si bien Kéa la division se met en place. Deux clans.
    Répondre à l'inconscience par l'inconscience, à la colère par la colère jusqu'à date on voit bien que ça ne fonctionne pas. Il serait temps de changer de stratégie.
    C'est révoltant l'excision, la torture, les enfants abusés, les guerres... Allons-nous enfin comprendre que l'ignorance qui nous habite est un fléau qui engendre tous ces maux et nos gestes deviennent des coups d'épée dans l'eau.
    Moi, une seule chose me motive, me donne espoir c'est tout faire pour abandonner l'ignorance et aller vers la conscience.
    L'amour se trouve là, l'empathie, l'aide, le partage, le moyen et le désir d'agir. Maty

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je suis d'accord, l'éducation est primordiale.

      Supprimer
  19. Inconscience, ignorance, certes quand on ne veut pas savoir!

    RépondreSupprimer
  20. Merci Coumarine, il faut sans cesse dénoncer,dénoncer, dénoncer.Les blogs sont aussi fait pour cela
    - Je viens bien tard et tout à été dit précédement alors...je vous embrasse.

    RépondreSupprimer
  21. Le Coran exige aussi la circoncision du cerveau??? non? On dirait pourtant...

    RépondreSupprimer
  22. Ce thème récurrent de l'excision contre lequel je me suis rebellée il y a déjà 30 ans est une sauvagerie absolue qui mériterait des décisions et des actions fortes de la part de nos dirrigeants y compris en France. Mais qui aura ce courage politique et humain de protéger de façon systématique nos adolescentes africaines vivant en France ? Si je comprends combien cette info t'a choquée Coumarine, je m'interroge sur le fait qu'un sujet si grave, si ancrée dans certaines cultures africaines et là reprise par des responsables islamistes puisse être traité sur un blog comme une info ordinaire. Je comprends la réaction d'Avalon qui connait si bien le sujet pour le vivre avec des femmes excisées. Nous qui ne connaissons le sujet qu'à travers des mots, articles ou livres, nous ne sommes pas les mieux placées pour décrier cette pratique. Avalon a réagi avec ses tripes, son émotion. Je comprends que cet excès de ce que tu as sans doute pris pour un jugement t'ait touchée comme un rejet. Mettre Avalon (ou Kristell) à l'index est une décision que je respecte certes car nous sommes libres d'accueillir dans nos maisons-blogs qui nous voulons. Mais ne crois-tu pas que choisir un tel sujet était risqué dès lors que tu ne souhaite pas ouvrir le débat aux personnes directement concernées et entendre leurs propos de colère et de révolte ?
    Je suis tellement épidermiquement solidaire de ces femmes que le poème de Lucien Jacques choisi par Ikea m'a paru totalement hors de propos. Son choix m'a paru choquant même si j'entends bien le message qu'elle a voulu faire passer. Nous qui sommes bien au chaud dans nos foyers, faisons bien attention à ne pas pratiquer l'angélisme ou la naïveté face aux horreurs des guerres, aux massacres, aux tortures, aux génocides et cessons de croire que l'Homme est bon par essence. Ne nous aveuglons pas avec nos mots.
    Je ne sais si tu publieras ce long commentaire. Je l'espère car je te pense tolérante. J'ai essayé par mes propos d'ouvrir une fenêtre de compréhension sur les propos d'Avalon et qu'au delà de ta colère du moment, tu lui ouvriras de nouveau les portes de ton blog. Ce qui est mon cas, elle y est la bienvenue, telle qu'elle est avec ses révoltes et son immense générosité. JE t'embrasse fort, ma chère Coumarine. Heureuse d'être de nouveau parmi vous sur la blogosphère. J'espère que tu m'honoreras de ta visite et te souhaite d'ors et déjà la bienvenue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malou, je n'ai jamais interdit à Avalon de pousser la porte de mon blog!
      Elle fait ce qu'elle veut, et même (tu me connais) elle est toujours la bienvenue!!
      Simplement que je ne voulais pas faire de mon blog un forum de discussion
      Et pour se faire, je n'aurais jamais dû publier ce petit texte...
      Après 8 ans de blogs, j'ai encore des choses à apprendre...

      Supprimer
    2. "Il faut toute la vie pour apprendre à vivre" selon Senèque. Je t'accompagne sur le chemin, ma chère Coumarine (sourire). Je t'embrasse.

      Supprimer
    3. Bonjur Malou,
      Il est possible que le poème de Lucien Jacques t'ait paru complètement déplacé dans ce contexte-ci. C'est ton point de vue et tu as le droit de l'exprimer.
      Mon point de vue est différent et ne vient pas nécessairement de l'aveuglement comme tu le dis. À vrai dire, aussi loin que je me souvienne, j'ai été concernée par ce sujet.
      Si tu considères que ton point de vue est le bon et que tous devraient l'adopter, ça c'est une autre histoire. kéa

      Supprimer
  23. Coucou Coumarine,
    Je ne sais pas si tu te souviens de moi : Alessandra...Ben voilà j'ai très envie de reprendre mes activités 'blog' et répondre à tes petits billets....quand tu en écris.
    Alessandra

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh! Désolée Alessandra... me souviens plus trop de toi ;-((
      Mais tu es la bienvenue ici...

      Supprimer
    2. On s'est vues chez Anne Marie Trekker lors de la présentation de ton livre à Tellin. J'ai aussi participé aux Tables d'écriture et écris encore pour l'Ecritoire de Bousserez.
      j'écris encore beaucoup (notamment une bio sur la vie de ma mère suite à la déportation de sa famille et participe à des ateliers d'écriture) mais je fais surtout du théâtre...Toujours dans l'artistique et je vis dans la région de Mons avec mon mari et mes enfants d'un premier lit.
      Voilà pour les info.
      A bientôt Alessandra

      Supprimer
  24. J'arrive un peu tard, mais... j'observe...

    C'est bien mal connaître Coumarine que de n'avoir pas compris le sens de son texte. Il suffit simplement de le lire calmement pour en percevoir tout le cynisme, et le positionnement qui en découle.

    J'aime beaucoup le point de vue féminin sur la circoncision : "Ce n'est absolument pas la même chose".
    Sans doute serait-il intéressant d'expliquer ça au bébé mâle qu'on taillade, ça le rassurerait peut-être !

    Je suis TOTALEMENT D'ACCORD avec vous sur la gravité des suites de l'excision, que ce soit à court terme (infections, hémorragies, décès...) ou à long terme (mutilation du plaisir féminin), sans parler de la peur et de la douleur.
    Mais je ne suis pas sûr que la douleur et la peur du bébé soient différentes.

    Et alors, en quoi l'une de ces mutilation serait-elle plus, ou moins, acceptable que l'autre ?
    Seriez-vous en train de définir un classement d'acceptabilité (j'ai bien écrit "acceptabilité") des mutilations en fonction... en fonction de quoi d'ailleurs ? Expliquez-moi.
    Serais-je fondé à soupçonner que le fait que la circoncision appartienne aux rites d'une religion répandue la rende plus acceptable ?

    Désirée pourrait-elle nous expliquer en quoi la circoncision n'ampute pas un garçon ? Merci d'avance, Désirée.

    Ne pourrait-on se mettre d'accord sur le fait que toute atteinte à l'intégrité physique d'une personne par la force, et à fortiori d'un enfant, est inacceptable ?


    Encore une chose : c'est fou le nombre d'"Anonymes" qui fleurissent sur ce sujet: n'aurait-on pas le courage de ses opinions ?


    Candide, un mec






    RépondreSupprimer
  25. J'oubliais : j'invite les personnes qui pensent que la circoncision (661millions d'hommes de plus de 15 ans, OMS 2009), est une pratique bénigne à aller voir ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Circoncision
    Intéressez-vous aux chapitres sur la douleur (y'a une jolie photo), les complications, immédiates et tardives, décès (117 garçons en 2010 aux "States", une paille !)...
    Et puis aussi cet intéressant chapitre : "Vente et utilisation commerciale de prépuces d'enfants circoncis dans des produits médicaux et cosmétiques", tout un programme !

    RépondreSupprimer

un petit mot à dire?

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails