samedi 21 janvier 2012

Timidité, quand tu nous tiens...

Je ne sais pas vous... mais certains blogueurs (que j'apprécie énormément) m'intimident
Par leur grande culture, leurs billets longuement développés et détaillés, avec de nombreux liens qui renvoient plus loin encore...,et cela dans tous les domaines(livres, cinéma, artistes, histoire...)
Je lis leurs billets avec grande curiosité, avide d'apprendre ce que je ne connais pas...
Surtout quand il s'agit de livres étrangers (domaine dans lequel je suis peu familiarisée, ou la musique, que j'apprends à connaître davantage
Parfois les billets, pour intéressants qu'ils sont, sont tellement fouillés que je lis en diagonale (pardon) n'ayant pas le temps, ni l'envie de tout lire...

Au moment de commenter, parfois je m'en retourne sur la pointe des pieds. Quand je ne connais pas grand chose au sujet, je me vois incapable de laisser un commentaire valable... à la hauteur... peur de dire une bêtise!

Timidité, amour propre mal compris, peur du jugement.... toussa toussa
Parce que écrire un commentaire "passe partout", non je ne peux m'y résoudre...

48 commentaires:

  1. OUI OUI OUI, je suis intimidée face à certains d'entre vous qui m'impressionnent....
    Ca vous étonne?
    ;-))
    Mais je sais que c'est réciproque...il parait que j'impressionne aussi...ça alors!
    moi un petit bout de femme de rien du tout;-)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... certains d'entre vous qui m'impressionnez....
      c'est plus juste..

      Supprimer
    2. désir de singularité pas paradoxal, ne pas tomber dans le bateau sans écoper de peine.
      j'arrive à lâcher prise et me laisser aller, me disant que sans analyse et sans jugement mes incursions, insertions, incises seront ou pas de mise, au risque de l'incompréhension doit on tout garder pour soi ?
      Certes le silence peut sembler souvent la meilleure réponse quand on est devant des montagnes de savoir ou des puits de science, mais une contribution, aussi modeste soit elle, telle un caillou sur un chorten, apportera toujours un plus, une différence.

      merci coum est désolée de passer entre les lignes...faute de mieux

      Supprimer
  2. Je comprends très bien votre sentiment, j'ai très souvent le même à la lecture de certains billets. Et... je vous surprendrai peut-être ? Ca m'arrive aussi, parfois, sur votre blog. De manière certes différente, parce que ce que j'y lis est plutôt "de votre cru" et non sur le cru de quelqu'un d'autre, mais j'ai parfois l'impression que ce que je pourrais y laisser comme commentaire est tellement pauvre ou banal que ça n'en vaut pas la peine... A tort ou à raison ? Je crois que c'est ça qui est bien justement : se laisser surprendre par ce que les autres nous apprennent, nous apportent, et du coup rester dans cette humilité qui caractérise ceux qui savent qu'ils ne pourront jamais tout savoir... et gardent un appétit insatiable pour la connaissance. Pour ma part, je comprends petit à petit que j'ai tout à apprendre, et encore plus depuis que je me suis mise à apprendre...
    Bonne soirée, Coumarine, et très bon week-end !

    RépondreSupprimer
  3. Coum' !
    Comme je te comprends.
    Je ne commente pratiquement jamais. Non seulement je suis "intimidée" par les billets (les tiens, ceux des autres), mais je suis aussi intimidée par les commentaires... et alors là... c'est beaucoup de trop pour ma petite personne.. bouche fermée je deviens.
    ...Déjà que je ne suis pas une grande bavarde dans la "vraie vie".

    RépondreSupprimer
  4. Je ne pense pas que ce soit de la timidité, mais je suis exactement comme toi à ce sujet! je passe et ne laisse pas de trace comme un oiseau se pose un moment sur une branche et va ailleurs

    RépondreSupprimer
  5. Il y a des commentaires comme des anémomètres, ils mesurent les courants d'airs
    d'autres se présentent comme des toutes boîtes avec des pubs déplacées
    certains sont sidéralement vides
    quelques commentaires ont oublié de se taire
    d'autres sont incroyablement terre-à-terre
    parfois ils vous infligent des leçons avant de vous mettre dans le coin
    des commentaires sont même des armes blanches ou non, de poing ou de mauvaise guerre
    quelques-uns cherchent même à vous vitrioler si pas à violer votre intimité
    tous ceux-là polluent parfois la toile parce que parmi qui voyage entre les blogs, se dénombrent aussi des fanatiques, des tordu(e)s, des spadassins, des angles obtus...

    puis il y a "LES" commentaires
    ceux qui confirment que plus il y a de portes et de fenêtres à ouvrir sur une page, plus elle sera partagée
    ceux qui peaufinent, sèment à d'autres vents, s'aiment autrement
    les mots ciselés, respectés, réinventés, libérés
    les phrases comme des arbres nomades, comme des rivières remontant vers les sources, comme les tapis volants des nuages, comme des coquillages en fleu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'aime beaucoup le commentaire de JEA

      Supprimer
    2. moi aussi (comme toujours...) j'aime BCP le commentaire de JEA
      Il a toujours les mots justes, des mots qu'il réinvente dans l'amitié et dans la poésie...
      Tu sais jEA, tu es de ceux que j'admire pour leur immense culture
      Je te lis et chaque fois j'apprends quelque chose... j'aime..
      J'aime aussi te mettre un commentaire, parce que quelques liens se sont tissés entre nous
      Et c'est là que des fois, je suis intimidée
      .-))

      Supprimer
    3. ce n'est pas une immense culture
      juste la chance d'avoir des hectares et des hectares de forêt domaniale derrière chez moi
      (quand les blouses blanches ne m'en empêchent pas)
      pas de chasse gardée, ni de pièges, ni d'interdictions, ni de barbelés
      un espace avec des bibliothèques d'arbres
      des vitraux pour tous les points du jour
      des clairières pour tracer un lien entre hier et demain
      des marais sans cage
      et des oiseaux innombrables et inébranlables
      la timidité empêche de marcher sur les oeufs tombés d'un nid et sur les étoiles tombées de la nuit

      Supprimer
    4. ah JEA...
      la nature est ton Maître, oui...(tes photos le prouvent)
      mais tes livres...tes livres...
      tes livres en papier... dans ta bibliothèque en bois, sur des étagères alourdies par ces auteurs qui t'accompagnent
      ...et les citations que tu donnes toujours tellement à propos! ;-))

      Supprimer
  6. Je commente les autres depuis que j'ai moi même un blog. Avec simplicité. Avant j'étais comme toi. Je n'osais pas, ou je me disais : "Bah, il y a déjà tellement de commentaires..."

    Et puis quand j'ai eu moi même un blog j'ai compris que je me trompais.

    Bien sûr il y a des commentaires plus profonds, plus détaillés, plus techniques, plus poétiques, etc...
    Mais ils sont tous importants, car ils représentent tous uns personne. Et que chacun est différent.
    Un peu comme des petits cailloux. Tous différents mais tous nécessaires à l'équilibre d'une pile, et ceci sans hiérarchie, sans élitisme.

    Et pourtant, dans la vraie vie, je suis une muette. :)

    RépondreSupprimer
  7. Toussa toussa, comme toi. Même si les mots vibrent, viennent toucher le coeur, l'esprit et que l'envie de laisser un message vient démanger le bout des doigts.
    De douces pensées à toi :))

    RépondreSupprimer
  8. Je comprends bien cette retenue que tu exprimes, Coumarine.

    Pourtant deux choses me surprennent dans ta note, que je trouve significatives. D'abord le « pardon » pour tes lecture en diagonale (considérerais-tu cela comme une faute ?), ensuite la formule du « moment de commenter » (le commentaire serait-il une sorte de passage - signe de passage - obligé ?).

    Cette approche joue sans doute un rôle dans la "timidité" dont tu parles...

    Pour ma part, si je suis parfois impressionné par la qualité de certains blogs, je ne ressens pas de gêne à ne pas m'y exprimer : je considère que, n'ayant rien de particulier à apporter, mes mots seraient superflus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pierre, tu me comprendras mieux si tu lis ma réponse à JEA, dont j'aime et admire le blog et la personnalité...;-))

      Supprimer
    2. Coumarine, je comprends fort bien l'envie d'envoyer un signe d'amitié. Ce que je comprends moins c'est l'envie de le faire publiquement...

      Probablement parce que je conçois les commentaires comme un moyen de partage et que leur accessibilité à tous, spécialement quand il y a beaucoup de lecteurs, me pousse à n'exprimer que ce qui peut avoir un vague intérêt général (notion tout à fait subjective). Dans les autres cas les mails privés conviennent fort bien. A moins que l'on désire montrer autre chose que seulement un signe d'amitié...

      Supprimer
    3. Pierre... figure-toi que bien des fois on m'a reproché de rester "à distance" des gens quand je répondais
      Je réponds aux commentaires avec chaleur, mais en restant toujours à une certaine distance..
      Comme j'ai un certain nombre de lecteurs et de comm ;-))) j'ai envie parfois de me lâcher, de sortir du "bloguesquement correct" avec son vague intérêt général, en un mot, d'être plus spontanée
      Je me demande pourquoi tu veux me prêter absolument des intentions cachées...serais-tu mon psy? (sourire...)

      valavala ;-))

      Supprimer
    4. Oh tu sais, Coumarine, les reproches ne sont que l'expression de désirs personnels insatisfaits par l'autre. Alors les gens qui nous reprochent quelque chose, on peut les laisser réfléchir à leurs attentes...

      Que tu te lâches un peu (ou même beaucoup) me semble être une très bonne chose ;)

      Et sans vouloir jouer au psy, il peut m'arriver de faire part de mes interrogations en te lisant. N'est-ce pas le principe du dialogue ? A toi de voir si ça évoque quelque chose en toi ou pas :)

      Supprimer
  9. Ce soir, j'ai le vague à l'âme
    J'attendais une visite qui n'est pas venue
    Je tremble aussi, très désagréable (médicaments)
    Je vous dis merci de passer ici
    mais je me sens pas capable de vous répondre à tous
    DESOLEE( ben oui Pierre, c'est dans ma nature de parler comme ça ;-))))))

    RépondreSupprimer
  10. Ca m'interpelle beaucoup, ce billet...ainsi donc, beaucoup de gens ne laisseraient pas de commentaires par timidité...tu as sans doute raison, et tu nous renvoies tous à cette part de nous-mêmes qui nous fait toujours trouver les autres extrêmement mieux que nous, plus spirituels, plus justes, plus vrais...J'aime beaucoup la fin du commentaire de JEA aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu sais Célestine, tous les deux jours je reçois un mail me disant qu'on n'ose pas commenter chez moi mais qu'on me partage le commentaire en privé......
      j'essaie de rassurer, parce que franchement qui suis-je pour impressionner de la sorte?
      Alors que moi-même je recule devant le commentaire que j'aurais ENVIE de mettre, par timidité ou je ne sais quoi...;-))

      Supprimer
  11. Il me semble que c'est toujours bien (je pense que le blogueur apprécie de toute façon) de signaler son passage, et de dire qu'on a lu et qu'on a aimé. C'est tout simple. Et rien n'empêche de revenir plus tard, faire un commentaire circonstancié, en bonne et due forme o:)

    Mais est-ce de la timidité? Ou, plus souterrainement, n'est-ce pas plutôt l'envie d'être "aimé", apprécié, le sentiment de devoir et lire de façon approfondie et commenter de façon pertinente, pour retenir l'attention de l'autre.

    De toute façon, tu as aussi une immense culture, une immense expérience de vie, et puis, cela se mesure-t-il? A chacun sa richesse, à chacun sa différence...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu sais Pivoine... mon billet voulait parler aVANT tout des blogs très documentés que j'admire... et pas des commentaires reçus et donnés...
      parfois je suis étonnée de la façon,dont on 'perçoit" mon message
      c'est ça aussi un blog,

      Supprimer
  12. Peut-être faudrait-il creuser dans l'idée du donner / recevoir...
    Un jour, il y a bien longtemps, un collègue a dépanné ma voiture et j'avais trouvé cet acte gratuit tellement touchant que je ne savais comment le remercier, moi qui à 20 ans ne savais rien faire ou presque...Il m'avait alors dit que ce qu'il me "donnait" là, je le rendrais simplement un jour, autrement, à quelqu'un d'autre...
    Mais oui, pour les blogs, je pense que c'est ainsi... J'écris / je lis, je prends / je donne, et cette alchimie créé du lien sur la blogosphère.
    Bonne journée Coumarine que je lis sans commenter... sauf aujourd'hui, j'avais juste envie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue Cathy...
      Ce que tu orantes là est TRES intéressant; J'ai appliqué cela à mes enfants: leur disant que ce que j'avais fait pour eux...ils le referaient pour leurs propres enfants...
      C'est une chaine de l'amour qui doit aller de l'avant..;

      Supprimer
  13. Souvent je compare la blogo a une immense cour d'école , il y a des " clans " , les timides , les bagarreurs ,les leaders , les pleurnichards , les observateurs ...
    Oui , pas toujours facile de glisser un commentaire sur un blog littéraire , politique , ou sur un billet très bien écrit où le nombre de commentaires déjà posés intimides
    Dis , ça devient presque un métier de bloguer et de commenter ??
    Avant de commenter , je me pose cette question " ais je envie de revenir , vais je apporter un petit plus , ma trace a t'elle un sens ? "
    Oui , nous sommes tous timides ,impressionnés et tant mieux , tu vois , j'ai plus de mal avec les " poussez vous j'arrive , moi je sais , moi je vais vous dire "
    eux , ils peuvent m'agacer , les redresseurs de tord , les étaleurs de culture
    Toi Coumarine , je le sais , tu impressionnes , oui , et c'est comme ça , parce qu'un chose est certaine , tu ne l'as pas cherché
    poser un commentaire , c'est être en partie jugé , c'est comme ça ....
    je rebondirai un de ces jours sur ce billet
    bon dimanche à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui Jeanne, il y a des redresseurs de torts, des conseillers qui semblent en savoir plus que toi!
      Ca m'éneeeeeeeeeeeeeerve autant que toi
      rester simple et chaleureux... pas vsi simple finalement
      Je t'embrasse

      Supprimer
  14. Chère COUM.
    Et si je te disais que depuis (2006) que je te lis tu m'intimide énormément.
    A tel point que c'est très rare que je te laisse des commentaires.
    bon dimanche Coum.

    RépondreSupprimer
  15. Tu sais que tu m'as fait cet effet là pendant un certain temps avant que j'ose enfin commenter chez toi ;) Tu le sais il me semble te l'avoir déjà dit :) Bises chaleureuses :)
    Julie M.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Julie...ben ça alors...
      euh...supprimer l'option des commentaires... peut-être une bonne idée? (ou peut-être pas;-(((

      Supprimer
  16. Intimidée ( complexée?) par qui ou par quoi ?
    Et pourquoi?
    L'autre serait-il mieux( cad plus intelligent , plus cultivé, plus... mieux que moi?
    Notre besoin de reconnaissance par l'autre est impossible à rassasier.
    De plus,l'autre ne comblera pas notre manque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ahhhhhhhh Charlotte
      je te reconnais bien là!
      (c'est comment encore le titre exact du petit livre de Stieg Dagermann??? ;-))
      Je t'embrasse

      Supprimer
  17. Bonsoir Coum,

    après un très long jeûne internet je reviens ... j'en profite pour te dire que loin d'internet, tu restais près de mon coeur.

    Je suis, quant à moi, intimidée par la force du style, la précision des mots de nombreux blogueurs (ses).

    je t'embrasse
    nicole qui est devenue lilloise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chère Nicole..
      suis heureuse de pouvoir te relire...de voir que tu n'as pas délaissé complètement la blogosphère...;-))
      Je t'embrasse aussi

      Supprimer
  18. sourire, Coumarine. Sais-tu que j'ai mis beaucoup de temps avant d'oser mettre un commentaire chez toi ? J'avais peur que tu ne trouves mes mots inintéressants, les tiens l'étaient tellement. Mais je ne te connaissais pas bien alors, car maintenant, je sais que tu lis et que jamais tu ne juges. Tu es une femme à l'écoute, attentive et si généreuse. Alors, tu vois... (sourire).
    Je t'embrasse fort. Douce nuit à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chère Françoise...je suis contente que tu déposes tes commentaires ici... je ne suis que moi, et peut-être celle que tu décris ds tes derniers mots
      Non je ne juge jamais personne, sachant la richesse que chacun porte en soi, qu'il faut parfois prendre la peine de VOIR

      Supprimer
  19. Bonjour Coumarine,
    ---------------------------------------------------

    Puisque tu as lancé le sujet, je m'autorise à dire ceci : depuis peu sur la toile, j'ai pu constater que le commentaire que l'on met, et même si on cherche à bien l'écrire, il n'offre pas toujours le retour escompté, personne ne peut ignorer que chacun cherche à être lu, donc à être visité, mais tous les blogueurs ne jouent pas le jeu, et c'est là qu'il peut être long de trouver quelques lecteurs ou lectrices.

    Quand je vois le nombre de commentaires que j'ai laissé ce mois-ci chez les autres, c'est assez décourageant. Sans doute, le sujet que l’on traite ne plaît pas ou alors, nombre de blogueurs (ses) ont suffisamment de lecteurs(trices) pour ne plus en visiter d’autres.

    Quant à la timidité, elle semble être quelque part un excellent motif pour passer son chemin, et pourtant lorsqu’on crée un blog, l’on sait pertinemment que l’on va devoir visiter d’autres blogs et donc laisser des commentaires.

    Bien sûr, les commentaires passe-partout n’ont aucun intérêt, car ils ne reflètent pas la personne qui les écrit, c’est pourquoi, dans mon cas, je tente toujours d’y insérer une note de poésie qui, d’ailleurs, me donne la possibilité de dépasser cette timidité qui, je le reconnais, peut être un obstacle dans certains cas à la vue de notes où l’intellect est surdimensionné.

    Merci à vous de m’avoir permis de poser ce commentaire, avec toute ma sympathie, Jack le poétiste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher Jacq... le phénomène de la blogosphère m'a intéressée depuis le début
      Tu as vu que j'ai écrit un modeste essai sur le thème
      Avoir des lecteurs, c'est la première étape, pas si facile...il faut bien du temps avant que son pseudo ne soit connu et reconnu;-))
      Ensuite si on désire avoir des commentaires, c'est évident qu'il faut aller lire et commenter les autres, se créer un chemin
      Tout le monde n'a pas envie de faire ça,mais simplement écrire et publier
      Un blog de poésie est le plus difficile à commenter, parce que mettre autre chose que :"comme c'est beau!!"...ben pas évident!
      Toi tu mets des commentaires écrits avec bcp de soin...et tu es chaleureux
      Sache que tôt ou tard, les lecteurs (et commentateurs viendront

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
    3. Bonsoir chère Coumarine,

      Je te remercie pour ton honnête réponse, et je comprends qu'il faut être patient si l'on veut être visité et commenté. Je dois aussi reconnaître que tout le monde n'a pas forcément le temps pour y consacrer plus de temps qu'il n'en possède, et chaque jour est un nouveau jour.
      Encore une petite question, j'ai remarqué que tu écris Jack avec un "q". Aurait-il une raison à cela ou est-ce une simple fantaisie ? J'avoue ne pas comprendre, merci à toi de m'éclairer, mais ne t'inquiète pas, ce n'est pas important, cela a simplement animé ma curiosité.

      Douce soirée, avec toute ma tendre sympathie, Jack le poétiste.

      Supprimer
    4. ohhhhhhhh scuse!!!
      Ce n'est qu'une erreur, j'ai pensé à Jacq(ues)
      Tu vois auj j'ai consacré du temps à visiter quelques blogs amis!(dont le tien) Cela m'a pris plus d'une heure!
      Or tu as vu que j'ai un nouveau projet d'écriture qui est prioritaire pour moi pour l'instant

      Supprimer
  20. Ah, Coumarine : "Notre besoin de consolation est impossible à rassasier".
    Stig Dagerman termine ainsi ce court texte :
    "... Je sais que les rechutes dans le désespoir seront nombreuses et profondes, mais le souvenir du miracle de la libération me porte comme une aile vers un but qui me donne le vertige : une consolation qui soit plus qu'une consolation et plus grande qu'une philosophie, c'est-à-dire une raison de vivre."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pourtant, il s'est suicidé...ce texte ne finit pas sur une note de désespoir... bizarre

      Supprimer
  21. Est-ce que je suis timide avec toi? Oui et non. Oui quand tu as tes problèmes de santé, je te l'ai dit à l'époque, je ne savais pas quoi t'écrire, de peur d'être à côté de la plaque. Non car je n'ai pas eu peur en 2010 de t'interpeller en pleine Foire du Livre de Bruxelles ou de te suggérer une fois d'enlever des commentaires trop privés à l'égard de ton fils. Mais, çà m'arrive comme toi de ne pas savoir quoi mettre comme commentaire. Et puis, il y a aussi des jours où je n'ai pas le temps d'en mettre ou tout simplement pas l'envie. A bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui il y a des jours où on se contente de lire, et on n'a pas trop envie de faire l'effort de mettre un commentaire..
      pour l'instant, je ne visite pas énormément les blogs...;-((

      Supprimer

un petit mot à dire?

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails